DkAsphalt [CR et règles]

Le rayon laser c'est une arme de brutasse.

DkAsphalt [CR et règles]

Hop, je me permets d'ouvrir un nouveau thread dans la bonne section pour parler de dKasphalt. Etant propriétaire du thread, je peux donc éditer le premier post à volonté, ce que je ferais pour y mettre différentes infos sur l'avancée du projet, au fur et à mesure.
On va continuer à en discuter sur http://matrice.johndoe-rpg.org/viewtopic.php?t=292

Mais le résultat en cours d'élaboration sera dispo ici.

De même je mettrais mes CR de parties ici.
Je réserve donc les 5 prochains messages.

----- CR de la première partie -----

Noir. Des hurlements. Les personnages ouvrent les yeux lentement. D'un coup, une porte s'ouvre et un claquement

de fouet retentit.
La course commence sur l'hippodrome de longchamp.

Mes deux joueurs sont un hell's angels nommé Bud le sage, énorme type à la longue barbe zztopienne et un

charognard, spécialiste en rien mais prêt à tout.

Les personnages sont harnachés et doivent tirer un attelage sur lequel un fils du métal se tient. Le but étant

de gagner la course, le dernier devant être exécuté le soir même lors d'une grande fête.

Après moultes prépéties humoristiques, où le hell's force le fils du métal à s'arnacher pour tirer lui-même l'attelage, les joueurs gagnent et sont sommés de retourner dans leur cellules.
Les joueurs apprennent qu'ils sont des esclaves drogués des fils du métal qui s'amusent en faisant ces courses puis revendent les meilleurs comme esclave aux autres tribus.
Quelques heures après une explosion secoue tout le batiment et des tirs se font entendre. Les fils du métal se font attaquer par plusieurs tribus et le confusion est à son comble.
Les personnages s'enfuient en volant une voiture dans laquelle se trouve un gamin et un autre esclave qui sait à peu près piloter, et une moto (et une botte, je sais pas pourquoi) au milieu des tirs croisés.
Tant bien que mal, ils prennent la route mais s'aperçoivent bien vite qu'ils sont poursuivis par 5 fils du métal sur un buggye et une moto.
Le poursuite s'engage entre boulogne et asnières. Les tirs fusent, les véhicules se percutent, se perdent, se croisent et se recroisent. Le hell's se débarrasse sans problème de la moto des fils du métal en les projetant dans la seine, tandis que le charognard en voiture (avec un coude brisé) galère beaucoup plus.
Un camion renversé met fin prématurément à la poursuite ainsi qu'à la vie du gamin et du pilote. Le charognard survit miraculeusement grâce aux harnais de sécurité et au hell's venu l'aider à la dernière seconde.
Nos compagnons récupèrent la voiture un peu pliée puis rallie tant bien que mal la fédération ile-de-france, regroupement de tribus censé accueillir tout demandeur d'asile pacifique et travailleur.

----- Résultat -----

Déjà, les deux joueurs étaient ravis. La partie a bien tournée et les règles de combat sont particulièrement fluides et efficaces même pour un joueur débutant (1ère partie) en dKSystem.

La création de perso s'est faite sans accroc et les deux joueurs ont longuement hésité sur les tribus à prendre prouvant qu'elles leurs plaisaient.

Le seul petit point noir de la partie à éét la poursuite. Les règles sont marrantes mais clairement il y a un ou deux jets de trop par round, il faut simplifier le processus. De plus, en l'état, elles sont assez abstraites, c'est à dire qu'on déduit ce qu'il se passe dpuis la résolution des règles et n'ont pas l'inverse, utiliser les règles pour résoudre une situation réèlle. Je ne sais pas si je suis clair mais je me comprends ;)
Donc pour l'instant ca passe, mais avec 4 joueurs à table, ca peut devenir difficile.

La suite, dès que possible, stay tune ;)
Dernière édition par orlanth le 16 Fév 2008, 13:04, édité 2 fois.
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 16 Fév 2008, 12:22

Haut

Hop, je remonte un peu le sujet pour y mettre les derniers CR de partie.
Ca peut paraitre un peu décousu parce qu'on a commencé à CR-iser sérieusement que depuis quelques mois.

----
Présent :

* Marc : Black Ninja, Indien
* Alexis : La fouine, Charognard
* Matthieu : Happy, Guérisseur
* Jibé : Bud Wiser, Hell's angels

Résumé :
Les personnages ont traversé la jungle et combattu diverses créatures avant de repérer un bouc aux cornes d'or. Ils abandonnent là Manufrance et le poursuivent jusqu'à un bâtiment au sol défoncé dans lequel disparait l'animal.
Le trou mène aux sous-sol. Les personnages utilisent des cordes pour descendre et tombent sur un tas de végétaux en décompositions et d'anciennes cages rouillées.
Ils explorent l'endroit qui se trouve être l'ancien sous-sol du jardin d'acclimatation.
Ils combattant un lézard géant puis arrivent, à travers un mur, à rejoindre le métro.
Ils finissent par rabattre le bouc dans un piège et le tue promptement avant de lui couper la tête et de la conserver dans un sac.
Entendant des bruits, deux formes apparaissent en haut des marches du métro mais ne voient rien. Black Ninja s'approche et entend un bourdonnement modulé, comme des chants ronronnants.
Les deux formes sont des hommes à l'air abruti manifestement en transe. L'indien les abat promptement.
Décision est prise par le groupe de suivre les bourdonnements.
Après quelques minutes dans les couloirs délabrés du métro, ils arrivent sous la place d'Italie, dans l'ancien centre commercial.
Simultanément, le perso d'Alex ressent des maux de tête et se met à avoir faim.
Devant les entrées du cinéma se trouvent une demi-douzaine de sectateurs.
Le groupe décide d'agir et monte un plan pour distraire les gardes.
Le plan fonctionne et le groupe entre dans le ciné mais en faisant du bruit et y voit les choses suivantes :
- Deux sectateurs s'enfuient par les balcons. Ils ne sont pas poursuivis par les pjs.
- 6 sectateurs sont concentrés, en transe, devant ce qui ressemble à un nid fait de pierre, de bois et d'os et de cadavres en décomposition.
- Dans ce nid, une forme humanoïde monstrueuse, gigantesque, les cheveux long et gras, les muscles secs entourant un squelette déformé. La bête.
- Trois cages comportent des enfants entre 5 et 10 ans, sous doute destinés à nourrir le monstre.

Action.
La fouine, complètement fou tente de repousser l'influence mentale de la bête aidé par Happy. Il réussit et peut agir presque normalement pendant quelques minutes. Il décide d'abattre le monstre en faisant s'écrouler les passerelles de métal situé au dessus d'icelui.
L'indien l'aide de l'autre coté de la passerelle tandis que Bud fonce chercher les cages mettant à profit sa force herculéenne pour sauver les enfants situés eux-aussi sous l'amas de métal.
Happy cherche des points faibles, surveille la scène et abat les sectateurs qui prennent trop la confiance.
Après quelques rounds tendus, la passerelle s'écroule sur le monstre en plein réveil alors que Bud finit par retirer la dernière cage.
En s'approchant des ruines poussiéreuses, les personnages s'aperçoivent que le monstre n'est pas mort et qu'il les regarde étrangement, comme s'il ne comprenait pas. Pendant ce temps, la fouine continue à se battre contre l'influence mentale et voit des images comme si un rêve se déroulait devant ses yeux. La bête veut manger et se rendormir.
Un pieu de métal est enfoncé dans la poitrine du monstre ce qui l'achève et permet enfin au Charognard de se sentir mieux.
Les personnages sortent enfin du cinéma et se retrouvent sur la place d'Italie avec trois cages pleines d'enfants décharnés et à moitié mort sur les bras....
Dernière édition par orlanth le 09 Avr 2009, 17:17, édité 1 fois.
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 16 Fév 2008, 12:22

Haut

Présents :
*Matth : Happy, Guerisseur
*Alex : La fouine, Charognard
*Roman : Bruno l'Gitan, Fils du métal
*Antoine : Burma 'purple bikini', Justicier ou Fils du héros.

Résumé :
Le groupe sort des ruines du cinéma de la place d'Italie avec les cages des enfants.
Vu que ça fait un bout de temps qu'ils sont partis, ou peut-être pour les surveiller, Mikael Zedong envoie deux membres de la tribu chercher les joueurs.
Les deux nouveaux zigotos sont là pour faire leurs preuves et sont donc envoyés sur des missions de mer... hem..de la plus haute importance...
Rencontre entre les deux groupes. Les nouveaux viennent chercher la tête de bouc et ne comprennent pas pourquoi les autres se font chier avec les enfants.
Engueulade, protection des enfants par Bud qui intime, fortement, l'ordre au fils du métal de se calmer.

Ils décident de se séparer, Bud et Black Ninja retourne rapidement avec la tête de bouc pour arriver à la fédération à temps.
Happy, la fouine et les deux nouveaux se chargent d'emmener les enfants jusqu'au Val de graisse, siège de la tribu de guérisseur la plus connue/puissante de Paris.

La place d'Italie est défoncée et difficile d'accès à cause de la végétation sortant par le sol et les bâtiments attenants, excroissance du jardin des plantes situé non loin.
Au fur et à mesure que les personnages s'éloignent (une heure pour traverser) la végétation disparait puis la route revient à la normale (pleine de trous et de lézarde mais utilisable).
Une fois à l'autre bout de la place, Happy repère une drôle de procession près du cinéma, quatre cultistes y entrent l'air décidé.
Décidant de s'éloigner au plus vite, les pjs descendent vers le quai d'Austerlitz pensant aller plus vite pour rejoindre les véhicules garés à Bercy.
Dans une avenue, un carrefour est barricadé par une tribu d'une dizaine de punk faisant la fête et pogotant au son d'un vieux tourne-disque passant de la musique classique.
C'est à ce moment que les pjs entendent des bruit de pas, de course et des chuchotements dans leur direction.
Ils se préparent mais rien ne vient.
Un coup de feu précipite les choses.
La fouine fonce vers le camps punk pensant qu'ils se font attaquer de dos.
Les autres restent là en attente.
D'un coup, l'apocalypse. Des détonations de pompeux achève de réveiller les punks, complètement défoncés au sac en plastique prisunic brulé. Une décharge déchiquète le punk responsable de la musique juste devant le charognard qui ne se fait pas prier pour se cacher sous le corps.
Levant la tête il aperçoit les cranes luisants de deux skins venus mettre fin à la fête.
Et là, ça part en vrilles.

Une grenade explose au milieu du camps, tuant plusieurs punks et en blessant gravement plusieurs autres. Le charognard se fait déchirer la bouche, la langue et une partie de la mâchoire par un éclat et s'écroule mortellement blessé.
L'adorateur de Véronique et Davina enfile rapidement sa tenue de combat, une combinaison de fitness jaune et rose fluo et fonce, se faisant accueillir par deux coups de fusil à pompe venant d'une rue adjacente.
Accusant le coup, légèrement blessé, il riposte sur les deux nouveaux skins venant sur le flanc pour prendre l'ensemble en tenaille.
Aidé du fils du métal, il finit par se débarrasser, plutôt salement, des deux crânes rasés.
Pendant ce temps, Happy court aider la fouine et se fait tirer dessus par deux punks survivants complètement affolés et disposant de redoutables saturday night spécial, des flingues bricolés maison.
Arrivant près de son ami, il tente le tout pour le tout pour le sauver.
Il est suivi par le bodybuilder en jaune sur qui les punks tirent à leur tour mais sans le toucher. Décidant que finalement ils allaient plutôt tenter de survivre, les deux crêtes se barrent rapidement en pleurant leur mère.
Le fils du métal part explorer les bâtiments adjacents et tombe nez-à-nez avec un skin venu finir le travail en hauteur.
Le combat qui s'ensuit est particulièrement gore et ne sera pas retranscrit ici pour des raisons de morale.

Nous retrouvons donc nos héros dans le camp punk. Après un travail formidable d'Happy (et des jets monstrueux et l'activation de nombreux atouts), la fouine ouvre un œil. Il ne mourra pas aujourd'hui mais bouffera liquide pendant un bout de temps.
Le fils du métal est avec son chien, rongeant ce qui ressemble à un tibia de skin découpé à l'articulation mais portant encore une veille botte en cuir.
C'est à ce moment qu'un bruit de chuintement et de glissement se fait entendre.
Prudemment tout le monde décide de se planquer sauf l'adorateur de Véronique et Davina qui reste près des enfants.
Un hovercraft ultramoderne, portant lance-flamme en tourelle et mitrailleuse lourde sur point d'ancrage pivotant apparait dans la rue et se gare devant le campement.
Le haut-parleur se met à cracher : "Dégagez d'ici". Le fils du héros fait un pas, deux pas puis court vers l'entrée d'un immeuble voisin. Une fois l'importun éloigné, la mitrailleuse fait feu sur lui et le bâtiment, projetant des éclats et de la poussière partout.
Pendant ce temps, l'arrière s'ouvre sur deux soldats portant casque intégral et combinaison rouge et deux "infirmiers" en combinaison blanche et casque bulle.
Ils mettent les enfants sur des brancards, rentrent tout le monde dans l'hovercraft et partent....

Les pjs interrogent un des punk survivant sur sa tribu et décident d'y aller pour se reposer.
La tribu squatte un local situé près d'un pont. Ils sont une douzaine et, exhortés par leur pote blessé et les pjs, sortent se venger des skins.
Ils ne reviendront pas.

Les pjs se reposent et retournent comme ils peuvent à la fédération.
Deux casques ont été apportés : la tête de bouc aux cornes d'or et le heaume du guerrier gueule-de-rat.
Grande négociation pour faire valider la tête de bouc. Concertation avec le chef et les lieutenants Hell's, Punk et Indien. Travail intensif du fils du métal sur la tête de bouc, nettoyée, couverte de cuir et notamment d'un scalp de skin avec une crois gammée sur le front.
Le casque est effrayant. Rencontre ensuite avec les différentes tribus pour qu'elles votent le casque qu'elles préfèrent. Une bonne tchatche et de bonnes idées plus tard, le bouc aux cornes d'or est désigné vainqueur.
Black Ninja, Bud, Happy et La fouine gagnent le concours, une grande popularité ainsi qu'une faveur du chef.

Il va maintenant falloir faire vite, le chef Mikael Zedong part immédiatement pour la défense présenter le casque à son destinataire.
Parvis de la défense extérieur jour. En haut des marches un trône de bois blanc sculpté de formes tordues et d'images macabres sur lequel se trouve avachi un gros bonhomme suant.
Autour de lui, trois immenses gars, torses nus et haches de bataille à la main. Derrière le parvis, des centaines de vikings. Sur le parvis des centaines d'autres tribus, parisiennes et franciliennes.
Plus bas, le chef, les pjs et le supermutant portant une cantine de métal contenant le casque.
Le supermutant pose la malle entre le chef de la fédération ile-de-france et le chef des viking de l'est. Le coffre s'ouvre et un des viking prend la tête de bouc pour la remettre à son chef.
Celui-ci est impressionné. Il prend le casque, le lève au ciel et encaisse trois balles explosives haute vélocité dans la poitrine.
La suite se passe au ralenti.
La parvis explose sous les cris, tous le monde court partout. Les viking attrapent leur chef et l'emmène dans leur drakkar à l'arrière poursuivi par Happy qui les implorent de venir avec eux, elle peut le sauver ! Concertation, jeu de regard sous les hurlements puis les viking attrapent la guérisseuse et l'emmène dans le drakkar.
Pendant ce temps, la bataille fait rage. Tout le monde se bat ou tente de s'enfuir dans la défense, souvent les deux.
Une forme bouge le long d'un immeuble, la fouine vient de repérer le tireur qui court dans un bâtiment.
Aussitôt prévenu, le super mutant attrape la fouine et le fils du héros et traverse en quelque pas le parvis, dégageant sans pitié les malheureux sur son passage.
D'un geste, il propulse les pjs et Mikael Zedong au troisième étage, la poursuite commence.
D'étage en étage, de cages d'ascenseur défoncées en saut par les balcons, les pjs tentent de rattraper le tireur. Un moment bloqué, le chef donne un coup de poing à travers un mur de brique et l'explose sous les yeux médusés du charognard.
Pendant ce temps, le personnage d'antoine se fait surprendre et braquer et est obligé de laisser le tireur s'enfuir.
Mais la poursuite continue quand même. Saut entre deux immeubles effondrés, marche sur une poutrelle de béton à 30 mètres au dessus du sol, le fils du héros n'a que le temps de voir le dos de son adversaire avant que celui-ci ne disparaisse à la faveur d'un éclair provoqué par le reflet du soleil sur un morceau de verre.
Le tireur est noir et il n'a pas de fusil.
Le charognard cherche l'arme et tombe rapidement sur une mallette ouverte et abandonnée à coté d'un fusil de haute-précision bardé d'électronique et de capteurs.
Pas de doute, il s'agit d'une arme fourmi...
Dernière édition par orlanth le 09 Avr 2009, 17:19, édité 2 fois.
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 16 Fév 2008, 12:22

Haut

Un petit état des lieux depuis le début de la campagne.
J'ai écrit ça pour les nouveaux joueurs et pour remettre un peu tout en place au niveau CR.

Depuis plusieurs semaines, le chef de l'auto-proclamée Fédération Ile-de-France envoie les membres de sa tribu sur des missions toutes plus farfelues les unes que les autres. La dernière en date : trouver un casque à corne. Mais les évènements se précipitent et deviennent de plus en plus clair. Un chef viking, à la tête du plus gros rassemblement de tribus barbares que les terres françaises aient vu depuis la grande folie, se présente et réclame Paris. Son arrivée fut précédée de nombre de signes.

Tout d'abord le prophète, étrange personnage venu d'on ne sait où, ne se mêlant jamais au peuple et ne parlant qu'au chef annonça de grands bouleversements et une guerre venue de l'est. Parallèlement, une enquête mena un certain nombre de personnes à fouiner du coté de la centrale de Nogent où auraient été livré une arme d'une grande puissance : des missiles en nike air. Cette information ne resta pas longtemps secrète puisqu'un groupe d'amazone (les filles de la nouvelle aube) et un groupe mercenaire (le GammaDeltaPowerForceA) cherchèrent eux aussi à faire main basse sur les explosifs. Sans succès. Les missiles ne seront jamais trouvé et les mercos perdront trois hommes et du matériel dans l'affaire. Toutefois, les personnages ainsi que les amazones seront capturés et perdront trois semaines dans des prisons tenues par des militaires sur-armés. Lors d'un combat, avant d'être capturés, les amazones perdront une de leur combattante tandis qu'un personnage (Gaz') sera blessé grièvement à la jambe. Étrangement, il sera soigné par les militaires. Leur fuite provient d'un concours de circonstances impliquant la rébellion d'un gigantesque humanoïde, tank humain de 3 mètres de haut, aux muscles surdéveloppés. Le supermutant provoqua un énorme bordel, mis à profit par les personnages pour se tirer de là sous les tirs particulièrement mal ajustés des militaires.

De retour à la fédération, Mikael Zedong interrogea sommairement les personnages et le supermutant, qui a son tour fut intégré dans le groupe. Celui-ci, bien que taciturne et peu bavard, se révéla être un compagnon fort utile.

Quelques jours plus tard, une nouvelle mission fut confiée aux personnage. Le chef, soucieux de ne pas recevoir les quantités de nourriture que les fermiers de la fédération lui avaient promis, envoya le groupe demander des comptes. Après quelques péripéties et quiproquo, ils s'aperçurent que les céréales récoltés avaient pourri et avaient été vendu en l'état, à leur demande, à un village de conservateurs en picardie. Ceux-ci se servent des germes pour produire des drogues dont les personnages n'ont pu percevoir l'usage. Un mystère resté encore aujourd'hui sans réponse.
Toutefois, cette mission mena à une autre piste : les sectateurs. En effet, lors de la traversée d'un village anodin, les personnages aperçurent une procession où un enfant malingre portant une lourde croix de bois, suivi par une dizaine de personnes en robe noire allait vers ce qu'il semblait être un sacrifice.
Intervenant pour empêcher cela, les personnages tuèrent les deux mercenaires chargés de la protection mais ne purent attraper un des hommes en robe noire, ceux-ci mettant à profit le combat pour s'enfuir. Suivant des traces, les personnages entrèrent dans un franprix et découvrirent une cave sombre, puant la mort, dans laquelle s'entassaient des dizaines d'enfants sous-alimentés et mourants. Seuls quelque uns d'entre eux eurent la force de survivre au voyage vers la fédération où Xanax, Cialis et Happy, les guérisseurs de la tribu, les prirent en charge et les sauvèrent. Encore aujourd'hui, ces enfants ne prononcent pas un mot et ne réagissent pas.

Ceux que nous appelleront les sectateurs mais dont le véritable nom est : les adorateurs de Jason palus, seront rencontrés par la suite à de nombreuses reprises. Notamment à Paris où les personnages, venus vendre du matériel et acheter de la nourriture sur le plus grand marché de la région, situé sur les berge de la Seine, devant le palais de Bercy, ont croisé quelques membres de cette maléfique tribu se déplaçant dans les sous-sol de la capitale.
Promptement attaqué, battu et interrogé, ils avouèrent que leur quartier général se trouvait à la Défense dans la tour Elf/Total mais ne purent rien dire d'autres, ne faisant partie de la secte que depuis peu.

La dernière rencontre eut lieu récemment alors que les personnages finirent par mettre, enfin, la main sur ce qui pourrait faire office de casque à cornes.
Après une courte enquête, ils apprirent que des boucs à cornes d'or auraient été vu dans la jungle de ce qui était autrefois le Jardin des plantes.
Aidé de leur guide, le chasseur Manufrance, les personnages réussirent à attraper le bouc et à lui couper la tête non sans s'être essoufflé dans une longue poursuite les menant là encore dans les sous-sol parisien, notamment dans le métro aux alentours de la place d'Italie/Tolbiac. Entendant et suivant de douces mélopées, les personnages arrivèrent en plein dans une cérémonie macabre. Des adorateurs chantaient face à un monstre de légende, une créature semblable au supermutant mais pas vraiment terminé,aux muscles secs et la tignasse grasse, endormi sur un lit de cadavres et prêt à dévorer (du moins à ce qu'il semblait) les enfants enfermés dans les trois cages de cirque situées non loin. Au vu de certaines réactions parmi les personnages, il semblerait que le monstre disposa de pouvoirs de suggestion particulièrement puissants.
Le combat fut intense et démarra par la fuite de deux sectateurs dont l'un portait une mallette de métal.
A la mort du monstre, enterré sous des tonnes de métal et de gravats, les enfants furent sauvés mais pas pour longtemps.
Alors qu'ils allaient rejoindre la fédération Ile-de-france, les personnages furent rattrapés par un véhicule lourdement armé qui leur tira dessus avant de prendre en charge les enfants et de partir avec en lieu inconnu.
Tirant une croix sur cet échec, les personnages firent leur rapport à Mikael Zedong qui ne prit pas vraiment le temps de les écouter vu que la rencontre qu'il attendait depuis longtemps, l'arrivée du chef viking, devait se dérouler le lendemain.
Au matin, sur le parvis de la Défense où la rencontre avait lieu, le chef Viking se tenait là comme un roi en pays conquis tandis que le chef de la fédération lui remettait le casque à cornes, symbole d'un accord dont la teneur n'est actuellement pas encore révélée quand soudain il s'écroula, mortellement touché par trois balles de fusil.
Le corps en sang mais encore vivant, il fut emmené dans son drakkar suivi par Happy alors que le combat fait rage à l'extérieur.
La tireur ne fut pas retrouvé mais on sait qu'il est noir, très rapide et dispose d'un matériel de haute technologie : une arme fourmi.


Aujourd'hui :

*Happy est dans le drakkar du chef viking occupé à le sauver d'une mort certaine tandis qu'un chaman entonne une litanie mortuaire au milieu de lourdes odeurs d'encens.
*Le gitan est dans un parking souterrain, occupé à montrer à une jeune hell's toute les merveilles de l'architecture parisienne.
*Bud tente de remettre de l'ordre dans ses idées et rassembler les hell's angels pour éviter une tuerie avec les viking.
*Gaz est avec Bud et tente d'esquiver les viking à bord de son véhicule blindé.
*La fouine et Burma 'purple bikini' se grattent la tête devant la mallette et le fusil de précision.
*Jesus ikea tente de passer inaperçu, attaqué par les vikings et par les membres des autres tribus mais c'est pas facile en toge bleu et jaune.
*Black Ninja est introuvable...
Dernière édition par orlanth le 09 Avr 2009, 17:20, édité 1 fois.
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 16 Fév 2008, 12:23

Haut

Présents :

*Happy, Guérisseur joué par Matt
*Jésus Ikea, Viking joué par Michel
*Black Ninja, Indien joué par Marc
*Burma 'Purple bikini', Fils du héros joué par Antoine
*Gaz', Garagiste joué par Peter
*La fouine, Charognard joué par Alexis
*Bud wiser, Hell's joué par Jibé

Résumé :
Black Ninja est parti sauver Happy, retrouvée enfermée par les Viking manifestement en colère et monté les uns contre les autres suite au sauvetage du chef par la guérisseuse. Opération rapide et rondement ménée.
De retour à la fédération, les choses s'enveniment et Mikael Zedong s'engueulent avec le reste de son staff quand à la conduite à mener par la suite.
N'attendant pas d'en savoir plus, l'équipe décide d'aller terminer une affaire en cours en rayant de la carte la tribu de sectateur dont le quartier général est situé à la Défense dans la tour Axa.
En arrivant sur le parvis, l'équipe vire les charognards venus piller ce qu'il restait des cadavres et blessés graves du au combat de la veille entre les tribus franciliennes et les viking de l'est.
Positionnement de tout le monde, les bourrins en bas, Happy dans un autre immeuble pour couvrir au snipe, La fouine et Black Ninja rentrent dans l'immeuble en discrétion en passant d'autres batiments de manière à prendre en tenaille les sectateurs, retranchés entre le 10ème et le 13ème étage. Petit cafouillage du Mj au passage, vu qu'il ne devait y avoir que trois étages et que j'ai eu un peu de mal dans les description à ce sujet.

Bref, l'attaque commence.
Au menu, des pièges à grenade à moitié foireuses, des sectateurs tirant dans les escaliers, des la fouine jouant les spider man sous les balles des snipers, un jeu de cache-cache entre Happy et un tireur posté sur le toit d'en face, des combats au contact crado et des gens projetés dans la cage d'ascenseur jusqu'au final impliquant un sectateur foutant le feu à des enfants empilés comme de la viande et la destruction par le feu d'un mutant particulièrement bizarre, effrayant, pitoyable mais pas vraiment agressif. Du moins, c'est le mj qui le dit, c'est sans doute pas vrai.

Récupération d'un peu de matos et de quelques armes en mauvais état mais point de chef ni de sa mallette en métal, celui-ci ayant préféré déguerpir au premier coup de feu pour d'autres horizons moins dangereux.

De retour à la fédération, Mikael Zedong demande aux joueurs d'aller chercher des renforts dans la ville de Viré en Normandie. Le but : entrer dans la cathédrale, soulever un panneau et taper un code sur un pavé numérique, objet singulier qui vous a été montré pour éviter de faire n'importe quoi, non non c'est pas qu'ils ont pas confiance mais bon..

Sur la route, des mercenaires organisent un détour. L'équipe décide de s'arrêter et d'observer pour comprendre l'objet de ce détour. Les mercos sont en discussion avec des fermiers sans doute pour l'éternelle histoire : j'te file de la bouffe, tu protèges mes fesses. Sauf que là les mercos en ont voulu plus. Lorsque le chef merco met une balle dans la tête d'un fermier, l'action démarre. Gaz' traverse le camp à bord de son véhicule blindé, aidé par la fouine et les autres personnages.
Après un combat rapide, les mercos sont mis en fuite, et le chef blessé gravement à la jambe.
Les fermiers finissent par vous mettre au courant de l'objet de la discorde qui se trouve être un chargement de majiruana fraiche de près d'une tonne !
Après avoir prélevé votre paiement, 200 kg dans le véhicule de gaz' qu'il va sans doute falloir repeindre aux couleurs du flowerpower, l'équipe finit par atteindre Viré pour y découvrir un paysage entièrement détruit, des ruines fumantes et l'odeur de la mort....
Dernière édition par orlanth le 09 Avr 2009, 17:21, édité 1 fois.
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 16 Fév 2008, 12:23

Haut

Présents :
*La fouine, Charognard joué par alexis
*Bud, Hell's joué par Jibé,
*Happy, Guerisseuse jouée par Matt
*Bruno l'gitan, Fils du métal joué par Roman

Résumé :
Viré est normalement une ville de 100 000 habitants, du moins avant le cataclysme. Maintenant c'est un champs de ruines fumantes. Le ciel est noir et crasseux et la lumière filtre mal au travers des nuages lourds.
Laissant en arrière les véhicules, incapables de passer par les rues déchirées, vous entrez prudemment dans la ville. La fouine ouvre le passage et se fait éclaireur pour la troupe. Son œil aiguisé par des années de combats urbains aperçoit des mines posées sur le sol. Au loin, un point noir perce le ciel, lâche d'autres points noirs et disparait. Des explosions sourdes et des bruits d'armes à feu se font entendre a plusieurs kilomètres de là. Progressant dans les ruines, l'équipe aperçoit un cratère au milieu d'un carrefour éventré. Les bords sont liquéfiés et la terre projetée à des dizaines de mètres. De vieux véhicules rouillés gisent retournés non loin. Un coup de feu claque éclatant un morceau de mur à coté de Happy. Tout le monde se met à couvert dans le cratère, en attente. La fouine et Bruno sortent en courant d'un coté, Happy et Bud de l'autre. Un deuxième coup de feu. La fouine repère du coin de l'œil une flamme provenant d'une barricade posé en octogone au milieu de la rue à plusieurs dizaines de mètres. Il parcourt rapidement les ruines et s'approche du bunker. Passant au dessus de trois nouvelles mines en plastique vert posées juste devant le bunker, il attrape d'une main le canon de l'arme dépassant d'une ouverture et tire une flèche à l'intérieur. Aucun bruit. Il tire alors brutalement sur le canon qui tombe, emportant une masse métallique. Boum, le piège explose. Le bunker se transforme en une gerbe de flamme, projetant des morceaux de bois, de métal et de pierre, couvrant les alentours d'une poussière de feu. Ko et blessé mais toujours pas mort (on espère toujours mais rien ne vient), la fouine peste contre le sort et hurle sa haine à la face des éléments.

Encore plus prudents que d'habitude, les membres de l'équipe avancent dans la ville hostile. Toujours le hoquet des armes automatiques dans le lointain.
Arrivant près du parking d'un centre commercial de bord de ville, Happy repère un mouvement. Quelque chose de vivant ?
Une silhouette se détache sur le toit d'un grand magasin. Elle semble faire le guet et s'agite au moindre bruit. Bud et Bruno rentre discrètement dans le bâtiment tandis que La fouine et Happy passent par le premier étage en escaladant un vieux lampadaire.
A l'intérieur, il fait sombre, très sombre. Bud enfonce son pied dans une drôle de matière gluante et puante. L'odeur de pourriture et de décomposition prend à la gorge, s'insinue partout et sembler coller à la peau. Pour faire de la lumière Bruno tire un coup de fusil à pompe, ruinant du même coup les tentatives de discrétion. Dans le flash lumineux apparaissent furtivement les membres déchiquetés, les visages déformés et les cages thoraciques enfoncées de centaines de cadavres gisant en tas sur le sol, comme planté pour fertiliser un champ qui serait cultivé à l'intérieur du grand magasin. Comme s'il n'avait pas bien vu, Bruno en rajoute une couche en faisant exploser un cocktail molotov. Les flammes se répandent sur les cadavres carbonisant les chairs en un hurlement de gaz brulé. A peine ébranlé, un peu quand même, nos deux amis se font une torche avec des morceaux de bois et progressent vers le premier étage rapidement rejoint par la fouine et happy. C'est le moment que choisis le chien de Bruno pour attaquer quelqu'un. Le pauvre hère gémit en produisant un drôle de son étouffé, comme sortit d'une gorge non terminée. Son visage est dévoré par les crocs du dogue et il finit par s'effondrer sous les impacts de balles. Il est habillé d'une salopette et de chausses en plastique fin et bleu. Le premier étage montre qu'il dormait à même le sol et qu'il n'avait rien à manger. C'est donc l'endroit idéal pour établir un campement. La fouine met à profit ses connaissances en survie pour trouver de la nourriture, mais il n'y a quasiment rien que des insectes, pas de rat ni d'oiseau. Il créé aussi un condensateur pour récupérer un peu d'eau. Le lendemain de l'eau récoltée vous sentez une drôle d'odeur de fraise pourrie. Conclusion : l'air est empoisonné.
Il n'y a rien d'autre à faire qu'à avancer.

Au détour d'une rue vous entendez des cris. Suivant les bruits, vous apercevez un camion délabré dans lequel monte une vingtaine de personne menacés par deux robots sur-armés de plus de deux mètres de haut à l'apparence vaguement humanoïde. Vous ne restez pas pour voir ce qu'il se passe et partez dans l'autre direction. Soudain, deux personnes surgissent et courent vers vous poursuivies par un des robots. La fouine et bruno n'écoutent que leur courage et se dirigent à l'opposée tandis que Bud fonce aider les futures victimes soutenu par happy, mais de loin quand même. L'opération s'avère un poil plus risqué que prévu quand le robot fait usage de sa mitrailleuse dans la rue, déclenchant un enfer de balles explosives pulvérisant un des fuyards et blessant bud et happy, le deuxième fuyard se planquant sous le gros hell's. Mode fuite enclenché. Bud oublie qu'il est gros et se rappelle qu'il a du muscle dans les jambes, à moins que ce ne soit la peur, et fonce se planquer dans un des cratères qui parsèment la ville, le fuyard dans une main et happy sur l'épaule. La robot s'approche lentement, cherche sa cible et déclenche son tir, bizarrement sur une conduite de gaz récemment explosée et encore chaude. C'est le moment d'en profite. Bud surgit et soulève brutalement le robot qui tombe sur le dos comme la première connasse des tortues venues. Ensuite c'est à un festival de coup de poing et d'arrachage de morceaux de métal que nous sommes confrontés et Bud finit par avoir la peau de l'engin de mort.

Pendant ce temps, la fouine et Bruno rencontre deux autres robots. La scène alterne planque, attaque, ruse, sautage sur le dos et coup de fusil à pompe dans ce qui sert de tête à la machine, écrasant les circuits moteurs dans une gerbe d'éclats métalliques et de composants électronique. La fouine apporte son aide en fuyant prestement vers les égouts d'où il entend des voix.
Un canon d'arme à feu passe le coin et une voie puissante l'interpelle. Un énorme bonhomme a moitié nus, les vêtements en plastique déchirés, la barbe arraché et le visage bouffis et en sang apparait au fond du couloir. Il est accompagné d'un gars pas très grand trainant la patte et portant un sac. Fonçant vers la surface ce dernier n'a pas le temps de sortir qu'il est ramené sous terre par la fouine. Le gamin tombe de trois mètre sur sa jambe qui craque et se plie en un angle impossible provoquant un hurlement de douleur déchirant et un tombereaux d'insulte. Comprenant qu'il s'agit d'un sac d'explosif artisanal à base d'engrais et de sucre, la fouine finit par aller le poser sur le dernier robot de manière à aider son pote Bruno. Action qui se déroule quasiment comme sur des roulettes si on fait abstraction de la maladresse de la fouine conduisant à se mettre partout du mélange et risquant de perdre ses deux bras par la même occasion. comme d'habitude la chance est avec lui et le deuxième robot explose et s'effondre en morceaux.

Quelques minutes plus tard tout le monde est rassemblé dans ce qui ressemble à un gros collecteur d'égout à moitié effondré. A l'intérieur, une dizaine de personnes en haillons, l'air hagard, affamé, la plupart blessés gravement.
Le gros bonhomme s'approche alors de la fouine et l'attrape de son bras valide. Au milieu de son visage ensanglanté, les yeux abimés observent la charognard.
"La fouine ? C'est toi ?"
"Heu ouais, t'es qui ?"
"Je sais que j'ai pris cher mais tu devrais me reconnaitre. Je suis Bud, c'est qui le gros à coté de toi?"
"Là, je crois qu'il va y avoir un problème. En fait, Bud, ben c'est lui..."
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 16 Fév 2008, 12:23

Haut

Re: DkAsphalt [CR et règles]

Présents :
Happy, Guérisseur jouée par Matthieu
Black Ninja, Indien joué par Marc
Bud, Hell's joué par Jibé
La fouine, Charognard joué par Alexis
Bruno l'gitan, Fils du métal joué par Roman


Résumé :
Les personnages se trouvent dans les égouts, au milieu de la fange, entourés d'une douzaine de survivants hagards, blessés, dépenaillés et affamés. Au sol, un garçon hurle en tenant sa cuisse, pissant le sang, l'os brisé déchirant les chairs. Celui qui se prétend Bud et que nous appellerons dorénavant Bud prime présente le gamin comme étant Gaz' (alpha gaz maintenant). Interrogation. Le personnages comprennent petit à petit qu'alpha et prime sont leurs doubles. Ou plus exactement que les personnages eux-mêmes sont les doubles !
Cette histoire aurait pour origine la capture dans la centrale de Nogent où les personnages devaient aller chercher les missiles en nike air. Maintenus en captivité mais soignés au point de faire disparaitre toute cicatrices, les personnages réussirent à s'enfuir très (trop) facilement (voir Etat des lieux du 20 Février). Bud prime confirme qu'ils n'ont jamais réussi à s'enfuir, qu'ils ont été battu et torturé et qu'ils ne doivent leur survie qu'à une tentative ratée de transfert. Il y a quelques jours, ils ont été transporté en hovercraft depuis leur centre de captivité (sans doute Nogent) jusqu'à ici. Bud prime ne sait pas s'ils sont sensés être arrivé à destination vu que l'hovercraft s'est fait mitrailler et a eu un accident, leur permettant de s'enfuir. Happy n'a pas fait partie du voyage et Alpha pense qu'elle a été tuée par les militaires de Nogent. Depuis lors, Bud prime et alpha Gaz' ont tenté de survivre, et de sauver les habitants qui pouvaient encore l'être.
Après cette édifiante histoire, et bientôt rejoint par Black Ninja, les personnages prennent la décision d'aller se mettre à l'abri, en se dirigeant par les sous-sol vers l'extérieur de la ville, seul endroit susceptible de contenir des bâtiments encore debout.

Arrivant à un croisement, Black ninja marche sur un fil tendu, sans déclencher de piège. Quelques instants plus tard, La fouine et Black, en éclaireurs subissent le feu croisé de tir d'arbalète et de billes de fronde. Petit moment de confusion mis à profit par La fouine pour s'approcher en rampant de l'origine des tirs tandis que Bruno et Black ninja découvrent une anfractuosité proche permettant d'accéder à une salle bien plus large comportant deux sortie au plafond et une ouverture menant vers un couloir de contournement.

C'est à ce moment que les personnages entendent des cris gutturaux et des grognements provenant de derrière eux.
La fouine découvre que les tirs proviennent d'armes de fortune tenues par deux pouilleux des sous-terrains et leur demande leur aide. Pour toute réponse il reçoit un projectile en plein de le masque à gaz. Usant de son légendaire pouvoir de chef, il fonce en direction des cris et des bruits de combat ordonnant aux deux compères de le suivre. Sans succès.
Pendant ce temps, Bruno fait le tour et découvre dans une pièce une demi-douzaine d'autres combattants du même acabits. Il en met deux en joues et en abat un froidement après qu'il eut tenté de se retourner pour comprendre ce que le gitan lui disait au travers de son masque de hockey rembourré de tissu. Le dernier accepte de le suivre/précéder dans les couloirs et de lui servir de pare-balle.
Pendant ce temps le combat fait rage avec Happy, Bud et Black Ninja qui tentent de repousser des humanoïdes difformes, au visage lisse, habillés d'une combinaison de plastique bleu et armé de lames et de masse de fortune.
Arrivant de flanc La fouine tente le lancer de grenade. Au milieu d'un couloir. Dans des égouts défoncés. Il rate. La grenade explose au milieu, fracassant plusieurs assaillants, blessant la fouine et manquant d'arracher des morceaux à Bruno l'gitan qui passant par là n'en demandait pas tant. Mentionnons pour mémoire, le combat épique de Black Ninja, refusant, avec pitié, sur plusieurs tours d'enlever la vie de son opposant sous les exhortations de bud et les moqueries de bud prime, ainsi que la bagarre, toute en grâce et finesse, de la fouine tentant vainement, à coup de surin, de dents, d'éclatage de tronche sur des tuyaux et de glissade sur les boyaux humide, d'en finir avec une de ces ignobles créatures sans y laisser sa propre et précieuse peau.

Tout le monde se retrouve enfin. Encore blessé, encore plus mal en point. Enlevant son masque pour y retirer la flèche plantée, la fouine se fait allumer à bout portant par Bruno l'gitan sous les cris de confusion de la moitié du groupe. S'ensuit un petit quiproquo, à base de : 'mais j'ai un visage connard, putain je me vide, merde, putain c'est du sang hein, c'est ça c'est du sang, putain tu m'a crevé ordure.' de la fouine et des réponses type : 'ouais c'est ça, t'avais pas de visage y'a pas deux secondes, là tu viens de t'en mettre un mais je suis sur qu'en fait t'en as pas, on devrait d'achever pour la peine, sale traitre' de la part du gitan, la magnum encore fumant.

Sur ce, une lumineuse idée surgit et les personnages demandent aux pauvres gars laissés là s'ils savent où aller et s'ils disposent d'un abri. L'air apeuré, sentant leur fin venir, ils mènent tout le monde à travers la ville, vers une ancienne station d'épuration. Un petit buzz rapidement fabriqué d'une main experte par la fouine permet de calmer temporairement la douleur de Gaz' ce qui empêche ses hurlements d'être entendus par les robots marchant à la surface.

La porte de métal de la station s'ouvre sur le canon menaçant d'une mitrailleuse légère posée sur trépied. Un homme à l'air dur, en habit militaire et portant un famas à la peinture écaillée braque les personnages, leur intimant l'ordre de déposer les armes. Tout le monde s'exécute à l'exception de Bruno qui préfère s'enfuir seul dans la nuit noire. Et obscure. Et sombre. En poussant de petits cris de singes apeurés.
Pendant ce temps, les personnages sont acceuillis comme il se doit et mis en prison. Ils reçoivent la visite de la doyenne, une grande femme à l'air illuminé. Alpha Gaz va bientôt crever, c'est un fait. Heureusement, la communauté dispose des deux meilleurs soigneurs de la région et accepte qu'Happy aille prendre des leçons auprès d'eux. Les deux jeunes gens en blouses bleus utilisent un matériel de haute technologie, l'état de l'art de la médecine, le tout pris sur le célèbre catalogue Bric'rama dont la réputation n'est plus à faire lorsqu'il s'agit de fournir scie à métaux, pince coupante et autre perceuse à manivelle.
Après plusieurs heures de lutte et d'opération, aidé par la fouine, Happy finit par soigner la blessure de Gaz qui s'endort du sommeil du juste, à peine aidé par une douzaine de spliff baignés dans l'alcool à 90°.

Cherchant à ne pas perdre ses armes, Bruno finit par trouver une planque et un passage vers la pièce servant de prison et file quelques armes en douce à la fouine puis rentre dans la station. Les hommes protégeant les lieux sont tous habillés en treillis militaires et portent des badges et des écussons de couleurs pour se reconnaitre. Ils sont une vingtaine dont le chef qui semble connaitre les personnages.
Par quelques manœuvres dont il est coutumier, Black Ninja réussit à sortir de la vue de ses geôliers pour se faufiler dans la station, voler un vêtement qui le rend moins reconnaissable et écouter les conversations.
Il semblerait que les habitants aient toujours été en bon termes avec ceux du dessus et que ceux-ci aient pété les plombs récemment, décidant de supprimer toute vie à la surface. Rien de moins.
Apprenant qu'il existait une armurerie au troisième étage, Black Ninja décide d'aller y faire un tour. Damned, il y a trois portes et celles-ci sont fermées à clé. Quelques heures se passent pendant lesquelles les personnages sont libérés mais restreint au premier et au deuxième étage pour leur bien. Les habitants semblent se nourrir d'une algue provenant du fond d'un bassin à l'eau couleur de merde. Les militaires semble mépriser les habitants qui ne se rendent compte de rien, pris par une ferveur religieuse étrange.
D'un coup les lumières s'éteignent. Cette diversion est mise à profit par les personnages pour se précipiter au troisième étage. L'eau se met à bouillonner. De plus en plus fort. Toujours dans le noir, Bud tente de défoncer une porte à deux reprises et s'écrase violemment sur la porte de métal sans parvenir à la bouger d'un pouce. La fouine tente alors de la crocheter. C'est à ce moment là que les lumières se rallument et se reteignent par intermittence. L'un des militaires non loin repère les joueurs mais ne peut le signaler vu que sous sa gorge se trouve un couteau tenu par Black Ninja. Bud récupère alors la victime avouant qu'il ne s'agit que d'une mise en scène des militaires (qui sont en fait des mercenaires) pour tenir la communauté dans la peur tandis que la lumière s'allume de nouveau. Cette fois ils sont vraiment repérés. Le chef des mercenaires, powerAlpha1 ouvre le feu aidé par 5 de ses compagnons. Et là c'est le drame. Une demi-douzaine de mercenaires entrainés, disposant d'armes de guerre, tirant sur des personnages en pack génés dans leurs mouvements et ne disposant d'aucune couverture, font un carnage et blesse gravement Happy et Bruno. Mais pas Black ninja qui a une nouvelle fois disparu pour surprendre un des mercenaires. Lui posant une nouvelle fois le couteau sous la gorge, il demande, et obtient, un cessez-le-feu et propose une reddition immédiate en échange du soins de ses compagnons. Ne voulant pas provoquer d'autres dégâts et et risquant de perdre deux hommes de valeur, PowerAlpha1 accepte les conditions de Black Ninja.
Les deux blessés graves du groupe sont aidés par un medic, GammaRed. Après quelques minutes de réflexions, PowerAlpha1 fait une proposition que les personnages ne peuvent refuser. Soit ils s'enrôlent dans son armée. Soit ils sont exécutés sans autre forme de procès. Devant ce choix cornélien, les personnages acceptent.
PowerAlpha1 déroule alors une carte comportant le dessin de quelques rues et d'une grande bâtisse au milieu.
"Je suis content que vous ayez accepté. Nous allons avoir besoin d'homme de valeur pour notre prochaine opération. Vous voyez ce bâtiment ? Il s'agit du plus gros dépôt d'arme fourmi en France. Et nous allons l'attaquer."
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 09 Avr 2009, 17:22

Haut

Re: DkAsphalt [CR et règles]

Suite et fin de la première saison :

Présents

* Black Ninja, Indien joué par Marc
* Happy, Guérisseuse jouée par Matt
* Jesus Ikea, Viking joué par Michel
* La fouine, Charognard joué par Alexis

Résumé
Cette partie s'est déroulée en trois étapes.

1ère étape : L'approche
Les personnages sont emmenés dans le camp de surface des mercenaires, les GammaDeltaPowerForceA. Le camp est installé entre deux bâtiments effondrés au milieu de plusieurs véhicules militaires blindés à la plaque de tôle. Dans ce cas, une trentaine de mercenaires s'activent. Ils sont bien armés, bien équipés et se la jouent professionnels. L'organisation est ferme et le moral plutôt élevé, du moins c'est ce qu'ils veulent faire croire. Ils sont là depuis quelques semaines, attiré par la réserve d'arme, mais les attaques incessantes des robots et des sans-visage commencent à les user. Il est temps que l'attaque soit lancée.
Malheureusement la place est bien défendue. Des plots de mitrailleuse et de lance-flammes sont postés un peu partout sur la place devant de la cathédrale. Sur cette même place , deux trous béants dans le sol laisse passer à intervalle régulier des monte-charges énormes portant de nouvelles fournées de robots, toujours plus nombreux et allant toujours plus loin dans la ville. L'approche consiste à envoyer des unités tâter le terrain, abattre quelques robots de temps en temps, en gros tester les défenses.
Les personnages participent activement à cette phase. Une première idée consiste a tenter d'intervenir par le dessus de la cathédrale, à l'aide de corde et de grappin. Un test avec un cerf-volant attaché à un véhicule fonçant sur la place montre que les senseurs des mitrailleuses et des robots sont suffisamment sensible pour détecter la menace mais que l'angle de tir est bloqué. Ils ne peuvent pas tirer à plus de trois mètres au dessus du sol !
La deuxième idée consiste à voler un camion de récupération de cadavre robot pour voir où il mène. En effet, a chaque fois qu'un robot (ou un humain) est abattu, un gros camion-drône est dépêché sur place. Les robots des environs viennent alors escorter le camion rempli de reste vers on ne sait pas où.
A la faveur d'un combat et d'une embuscade menée parfaitement par les personnages, la fouine se cache sous le camion.
Il roule pendant une quinzaine de minutes et arrive dans ce qui semble être une ancienne casse auto. Deux concasseurs géants sont en fonctionnement, le premier fracassant le métal des robots, compactant l'ensemble et l'emmenant par des tapis dans une forge rougeoyante dans un sous-sol insondable. Portant le regard sur le deuxième compacteur, la fouine est victime d'une vision d'horreur. Une trentaine d'humains sont rassemblé en tas par des robots et jetés vivants dans la machine infernale ! Les hurlements, l'odeur du sang et le bruit atroce des os brisés finissent par briser la raison du charognard (yeah les règles de folie marchent !). Pour se protéger, celui-ci rationalise l'évènement et pense avoir vu des automates de métal se faire broyer. Ce qui engendrera nombre de quiproquo rigolo lorsqu'il rapportera l'information à ses camarades.
Toutefois, l'information principale viendra encore une fois d'un des camions de ramassage. Se promenant dans la ville pour rentrer au camp, les personnages s'aperçoivent que les engins ne se font pas tirer dessus par les robots.
Ils utiliseront cette voie pour introduire tel un cheval de quatre, les héros dans la place forte.

2ème étape : l'attaque
Et c'est parti. Black Ninja se fait déposer par le camion à proximité de la cathédrale. Au bout de quelques essais où il manque de se faire repérer par des robots, il réussit à placer son grappin correctement et monte sur une des tours.
S'introduisant dans la place, l'indien manque s'étouffer en repérant que l'intérieur, sensément sûr, est protégé par quatre lance-flamme couvrant l'ensemble des locaux !
Il essaye désespérément de prévenir les autres mais son communicateur fonctionne très mal (yeah, les règles de dégradation marchent aussi). Au bout de quelques minutes tendues, le message finit par passer et l'attaque lancée est reportée. Du moins quelques minutes. S'ensuit une interminable attente pour nos héros dans le camion, dont l'arrière bâché contient 12 mercenaires armés. Pendant ce temps Black Ninja joue à Spiderman et descend lentement le long d'une corde pour atteindre, par le dessus, l'autel devant recevoir le code d'aide donné par Mikael Zedong. Un mètre, deux mètres, pof une petite lumière s'active sur un des lance-flammes. Une petite flamme d'allumage apparait. L'arme cherche une cible. L'indien déglutit et remonte légèrement attendant que le circuit se coupe de lui même. Cinq minutes plus tard, le lance-flamme se rendort. Ouf. Nouvel essai. Le lance-flamme se rallume d'un coup, Black Ninja se jette derrière l'autel et tape le code à toute vitesse alors que l'alimentation de l'arme se déclenche. Le dernier chiffre rentré et l'ensemble des machines s'arrêtent d'un coup. Les robots, les mitrailleuses et les lance-flammes. C'est le signal pour sécuriser la zone. Malheureusement, le répit est de courte durée. Les personnages et les mercenaires ont tout juste le temps de foncer jusqu'à l'autel qui s'est déplacé et laisse apercevoir une ouverture menant dans le noir.
Quelques mètres plus bas, les héros posent le pied sur un sol de métal. De petites lumières apparaissent au fur et à mesure de leur progression. Une porte de métal large de deux mètres barre le passage. Sur le coté un petit pad permet de taper des chiffres.
A l'arrivée de Black ninja, l'écran positionné au dessus s'allume montrant le visage bienveillant et sans age d'une femme aux yeux bleus et au chignon blond.
"Bonjour, je suis Helène et je suis à votre service. Bienvenu citoyen 75-abri 1-Accréditation violette. Que puis-je pour vous ?"

3ème : le what-the-fuck
L'intérieur ressemble à un vaisseau spatial, si toutefois vous en aviez déjà vu (des cassettes de mauvaises séries SF des années 80 ?). Du métal partout, des portes qui chuintent, une nana-robot-ordinateur qui parle bizarrement et des niveaux d'accréditation.
Il semble que l'accréditation violette de black Ninja lui ouvre beaucoup de porte et lui donne beaucoup de droit. Plusieurs choses vont se passer.
La première c'est qu'une créature aliénoïdes se baladent dans les aérations et bute les soldats un par un, jusqu'au moment où Jésus ikea décide que ça suffit et part seul se balader dans les couloirs. Ca rate pas, la créature le choppe par les pieds et l'entraine à travers les tuyaux mais vu la taille du viking ça passe pas.
C'est le moment que le grand blond choisit pour balancer son cocktail molotov sur la bêbête, et que deux autres membres de l'équipe pour tirer des rafales de pistolet mitrailleur. Blessée et brulée, l'alien lâche sa prise et part finir de crever dans un quelconque repaire sous-terrains. On entendra ses plaintes craintives pendant tout le reste de la partie.
Ensuite, il y a séparation de l'équipe. Une partie se retrouve dans l'armurerie pour y récupérer les superbes armes qui se trouvent justement enfermée là. Dans cette grande pièce, une porte battante surblindée ferme une autre salle. Le chef des mercenaires, DeltaBlue, sort un appareil électronique et commence à craquer le code de la porte.
Pendant ce temps, la fouine et black ninja se dirigent vers les quartiers d'habitation. Après quelques dizaines de mètres, ce quartier se dégrade vite, c'est la prison. Un faible grattement se fait entendre derrière une des portes délabrées.
A l'intérieur se trouve le dernier être vivant de la base. Crasseux, le cheveux long, la peau pâle, décharné, il lève faiblement une main osseuse en direction de la fouine. Après quelques instants de réflexion, le charognard détache le prisonnier et le porte sur son dos dans une direction inconnue. Parcourant des centaines de mètres dans un labyrinthe sans lumière, la fouine, Jesus ikea et Black ninja débouche dans "la couveuse". Une immense salle, éclairée seulement par les leds des ordinateurs et un peu aussi par le sang fluorescent parcourant les tubes tout autour de la pièce. Ces tubes plongent dans des sortes de bulles transparentes où apparaissent des humains à différents stades de croissance.
Plorf, l'un d'eux est mûr. Une sorte de grande berceuse automatique s'en saisit puis le place dans un cocon électronique. instantanément, des fils surgissent et vont se plaquer contre sa peau et son crane. Des images apparaissent et défilent à toute vitesse depuis plusieurs écrans à l'intérieur du cocon.
D'un air calme et détaché, la fouine dépose le corps du prisonnier dans un cocon et le regarde s'éteindre doucement. Puis sous le regard horrifié de ses compagnons, il entre à son tour dans un cocon. Le transfert commence.


Épilogue :
Le visage tendu de DeltaBlue est faiblement éclairé par la lumière de l'écran du gigantesque ordinateur situé dans la pièce du fond de l'armurerie. A son coté, Happy jette un regard interrogatif à la grosse boite marqué du sigle maudit : l'œil d'atom. Des colonnes de chiffres défilent dans les yeux du mercenaire. A l'écran, une carte de la france (mais happy ne s'en rend pas compte) montre des gens, des tribus, des batailles parfois. Deltablue dézoome lentement et se dirige vers l'est. Happy voit le plus grand rassemblement de guerriers et de véhicule de guerre qu'elle ait jamais imaginé. Le mercenaire effectue un rapide mouvement de la main et la carte se déplace vers l'ouest. Dans la mer, de nombreux points blancs apparaissent.
"Qu'est ça veut dire ?" demande Happy.
DeltaBlue lève la tête, plantant son regard dans celui de la guérisseuse.
"Ça. Ça veut dire que la guerre a commencé."

Résumé rédigé par Yannick Polchetti
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 04 Mai 2009, 17:29

Haut

Re: DkAsphalt [CR et règles]

Pour ceux qui sont intéressés par ce fred et qui voudrait "l'original" (Bitume - édition spéciale 10ème anniversaire) de Monsieur Croc himself.
Sachez que je le cède pour 15 euros (frais de port compris). Très bon état général (presque comme neuf).

MP me...


Dernière chose : Clic pas là !
Avatar de l’utilisateur
Arkha
Golem saxophoniste
 
Messages: 710
Inscription: 01 Jan 1970, 01:00
Localisation: Haute-Savoie (74)

Messagepar Arkha » 29 Mai 2009, 23:17

Haut

Re: DkAsphalt [CR et règles]

Allez on y retourne avec le premier épisode de la saison 2.
Le prélude....


!!Présent
*Jack Daniels, mercenaire joué par Alexis
*Happy, Guérisseuse jouée par Matt
!!Résumé
Les personnages se réveillent dans une tente militaire, des appareils bizarres et bipants et des tuyaux branchés sur eux. GammaRed s'approche et demande si tout va bien puis leur explique ce qu'il s'est passé.
Les appareils volants sont revenu des bords de Viré et ont bombardé l'église. Voyant cela le GammaDeltaPowerForceA a décidé d'intervenir en force et d'aller chercher les petits gars. Dans les sous-sol, une bombe endommagea des réservoirs de gaz hallucinogè. Tout le monde fut affecté et commença à se tirer dessus. C'est alors qu'une unité de mercs pénétra dans le complexe et finit par extraire tout le monde sous une pluis de feu, de pierre et de métal. C'était il y a trois semaines.
Seule Happy s'est réveillé depuis. Venant prendre des nouvelles de ses nouveaux protégés, le chef PowerAlpha1 en profite pour faire faire un tour à Happy, lui expliquant comment fonctionne le camps, sa nouvelle maison.
Le camp s'appelle le BA 107. C'est l'ancienne base aérienne de Villacoublay dans le sud de Paris. Près de 150 personnes, principalement des soldats vivent là.
Le GammaDeltaPowerForceA est une tribu mercenaires d'envergure, à l'organisation extrêmement rigide. Il y a un système de rang, lié à l'origine, à l'ancienneté et à la réussite des missions. Les personnages commençent au rang de soldat (rang 3) au dessus des recrues (rang 1) et des combattants convertis (rang 2). Au dessus se trouvent les chefs d'équipes, puis les lieutenants qui doivent impérativement porter un nom à base de lettre grecques et d'une couleur, et enfin le chef PowerAlpha1 (qu'on va appeler PA1). Le religion est importante ici. PA1 dit être un prophète venant du futur, et parle du combat de Gigène, Raide et Souate les enfants d'Alpha et de leur combat contre les fourmis, les rejetons d'Omega.
Le matin entrainement, l'après-midi cours théorique, les jours défilent rythmés par les épreuves et egaillés par les veillées, tour à tour écoutant la parole de PA1, regardant Full Métal Jacket et le Jour le plus long sur un vieux magnétoscope, ou astiquant les armes dans une ambiance somme toute studieuse.

Vient le jour de la mission.
Happy est présenté à ses coéquipiers. Jack Daniels est un vieux mercenaire ayant parcouru les pays lointains avant de venir en France y chercher fortune. Il est chez les GDPFA depuis quelques mois et a déjà quelques missions à son actif.
Didi est un ancien punk ayant gagné ses galons de soldats au cours de quelques missions où il a montré un enthousiasme et une compétence certaine. C'est un peu le bleu de la bande. Li est le sergent, un type droit, honnête, inflexible. Julien et Pascal sont deux mercenaires efficaces ayant déjà plusieurs années de métier.

La mission est simple. Un village de Fermiers et de Conservateurs vit sous la protection du GDPFA qui leur fournit des armes et une assistance. En effet, ils sont situé à quelques kilomètres d'un camp avancé de Skins eux-mêmes appartenant à la nation Skin de Versailles, un peu plus haut. Etant de nature un poil violente, les skins font de temps en temps des raids autour d'eux mais s'arrêtent s'ils rencontrent une résistance. Une manière de tester quoi.

L'arrivée se passe bien, à part un pneu crevé, et les personnages sont accueillis avec chaleur par les villagois(es). Des gens charmants, vivant dans un style "petite maison dans la prairie". Un forgeron un peu brutal mais sympathique, un chef ouvert à toute proposition, une fille un peu pâle qui ne parle pas beaucoup, une directrice d'école adoratrice du Code suprême de conduite dit code de la route (elle essaye de dire aux gens de traverser dans les clous mais d'une part il n'y a pas de voiture dans le village, d'autre part on ne voit pas les clous uen fois plantés dans le sol ce qui est plutôt génant).
Le travaille commence. Happy examine tout le monde et s'aperçoit qu'un tiers environ des habitants est couverts de plaques rugueuses de boutons rouges sur le corps. De plus, la moitié environ mâche une sorte de tabac dégueulasses et en sont bien malades. De plus, le forgeron vient de se taper une hernie particulièrement douloureuses qu'il va falloir opérer. Du coté militaire, pas mieux. Les types ne sont pas soigneux, tiennent mal leur arme, patrouille quand ils ont le temps et négligent les pièges posés autour de la palissade de rondins tenant lieu de protection. Bref, y'a du boulot pour remettre tout ça d'aplomb.
Pendant la semaine, il se passe des choses. Une nuit, un hurlement provient d'une maison. A peine les personnages sortent de leur couche qu'ils se retrouvent nez-à-nez avec une créature humanoïde immonde habillée en robe à fleur (c'est pas ça qu'est immonde). Les yeux blancs, la bouche déformée, écumantes, les dents pourries, les membres décharnés et la peau pendante et déchirée (c'est ça). Ils abattent la chose ainsi qu'une autre dans la maison et une toute petite dans la chambre de l'enfant. Selon les personnages, ces monstres auraient dévorés les habitants et auraient pris leur place pendant la nuit ! Consternation, tristesse, enterrement.
Une autre nuit, Jack Daniels se réveille, après s'être endormi dans la grange suite à une sombre histoire de femme pas contente, en se grattant le visage. Il n'y voit pas goutte. Tout le village est baigné dans une brume épaisse, verdâtre et à l'odeur particulièrement ecoeurante. Le matin, la brume à disparut. Décidé à aller explorer le bâtiment de traitement de l'eau voisin, les joueurs envoient Julien et Pascal chercher des masques à gaz au camps mercenaires. Les heures se passent, puis la nuit arrive sans que les mercs ne reviennent. Puis d'un coup tout bascule. Leur véhicule revient en trombe. Pascal hurle quelque chose à propos de skins qui les poursuivent. La porte principale, une gros bloc de tôle mu par une grue de chantier, est fermée. Un coup de jumelle et Happy repère au moins quatre véhicules bourrés de Skins !
Le combat s'engage sur le chemin de ronde. Les rafales claquent dans la nuit mais les personnages tiennent bons. Quelques villageois tombent sous les balles. Julien et Pascal sont blessés par une grenade skin. Jack Daniels arrose au thumper, un lance-grenade à barillet, explosant les arbres alentours et les skins qui se cachaient derrière. Malheureusement un arbre tombe, brisant la palissade et tombant sur une des maisons. Les skins en profitent pour créer un deuxième front en défonçant la porte à la voiture bélier. C'est rapidement le bordel, d'autant plus que la brume à fait son apparition. Li se prend une rafale et s'effondre. C'est le moment de faire retraite, d'aller se reposer et de revenir. Malheureusement Li saigne abondamment et il ne survivra pas à un voyage jusqu'au camp. Sur sa demande les personnages décides d'aller voir un ami à lui situé du coté de Buc, un marchand Indien appelé Humide Amid, un ancien mercenaire. Le laissant sur place, Happy, Didi et Jack retournent discrètement au camps. Les flammes, la mort, l'odeur de sang et de la chair grillée les accueille. Les skins ont tout détruit. Ils ont rassemblés tout le monde sur la place puis les ont abattu. Ensuite ils ont attaché les plus basanés sur d'immenses croix et les ont cramé. Enfin ils ont fait un immense brasier avec les véhicules détruits, les maisons et le reste des habitants. Cette vision est abominable et c'est avec ce souvenir atroce que les personnages vont expliquer à PA1 l'échec de la mission, la mort de tous les villageois ainsi que de deux mercenaires de valeur....
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 17 Aoû 2009, 14:13

Haut

Re: DkAsphalt [CR et règles]

La suite. Là on commence vraiment à jouer Hardcore. Bitume staïle, fini les mutants et les pouvoirs psy, là on joue roots.

Présents :
Happy, Guérisseuse jouée par Matth
Jack Daniels, Mercenaire joué par Alexis
Johnny Walker, Mercenaire joué par Javier
Black Ninja, Indien joué par Marc

Résumé :

De retour au camps, les personnages annoncent la mauvaise nouvelle à PA1 qui pète un cable. Il attrape les premiers mercos qu'il voit (les pjs, ça tombe bien), demande au sergent Barnes (un gars de chez Omega black) de les accompagner, choppe une bagnole et fonce au hara où se trouve le sergent Li, convalescent. PA1 demande aux personnages de l'attendre, ce qu'ils font correctement, discutant le bout de gras avec les indiens qui gardent les lieux. Quelques minutes plus tard, PA1 sort de la pièce où il a rencontré Li et Amid, reprend la bagnole et se dirige vers le village de Fermiers pour inspecter les corps.
Arrivé au village, tout le monde descend et inspecte. Avec plus ou moins d'entrain. Le spectacle est ignoble, encore plus à froid. Des morceaux de cadavres sont répandu sur la place, quelques croix finissent de se consummer comme une fin de barbecue particulièrement macabre.
PA1 est concentré, il remue les corps, donnant des coups de pied, semblant chercher quelque chose ou quelqu'un. Il cherche la fille. Il ne la trouve pas, il pense qu'elle n'est pas morte, qu'elle a été enlevée par ces putains de skins.

Opération récupération.

Les personnages doivent aller à l'avant-poste, retrouver la fille et buter les skins. PA1 retourne au camp pour y ramener des renforts mais ne reviendra pas.

Sur place, les personnages observent et se positionnent. Black Ninja part en éclaireur. Jack Daniels, le spécialiste en piégeage convainc Didi et Barnes de poser des grenades à sa place, sur les véhicules Skins pour les empêcher de s'enfuir, soit disant il sera plus efficace pour leur tirer dessus au lance-grenade. Happy monte dans un arbre pour sniper. Bref, le plan se monte tranquillement, d'autant plus que les skins ne semblent pas sur le pied de guerre. Ils préparent une fête, mettent de la musique Oï, joue aux cartes, regardent des chiens se battre, vivent leurs vies quoi.
Pendant ce temps, BN se balade dans le camps, investit les lieux. Par terre, il voit du sang, que se pase-t-il ? Il rentre dans la maison principale où se trouve le chef, observe, ne voit pas la fille. Il sort, suit des skins qui discutent : toujours rien. Puis il revient dans la maison où quelqu'un tente de l'égorger. Pissant le sang, se tenant le cou à deux mains, il entend un chuchotement : "Black, c'est toi ?". Putain, c'est la voix de Mamoud Cochise. Il est là car les Skins ont intercepté un camion fourmi et qu'il voudrait le récupérer. Comme quoi, il y aurait des plans et du matos électronique de recherche. Ca lui permettrait peut-être de retrouver Mickael Zedong. Hein ?
Pas le temps de parler, il faut agir. Mamoud est avec le prophète qui vient de s'occuper des deux sentinelles sur le toit. Deux skins qui viennent de terminer définitivement leur tour de garde.
BN décide de lancer l'assaut dans la maison où se trouvent le chef et quatre skins.
C'est un massacre. Les skins s'effondrent dans leur sang, sans comprendre ce qu'il leur arrive, le chef est menacé, baillonné, attaché comme un veau. Damned, la porte s'ouvre, un skin revenu de pisser ouvre de gros yeux, puis son crâne éclate sous l'impact d'une balle tirée par Happy depuis son arbre.
Jack Daniels et Johnny Walker se lâchent et déchainent l'enfer de feu sur les skins faisant la fête. Les corps désarticulés sont projetés par le souffle d'une grenade, détruisant l'enclos à chien et les chiens qui vont avec, tuant du même coups une demi-douzaine de cranes rasés.
Une fois tout le monde calmé et les quelques survivants braqués, les personnages interrogent François dubuc, le chef de la joyeuse bande de lurrons. Il ne sait de quoi ils parlent, ne comprend pas pourquoi on l'attaque, il n'a rien fait, il veut rentrer à sa maison. Blam fait la winchester de Jack, abattant froidement un skin sous l'ordre de Barnes. Odeur d'urine et pentalon mouillé, François fait dans son froc et pleure. Il comprend pas pourquoi on lui en veut, c'est le camion hein, c'est le camion ? Ils l'ont trouvé et n'ont pu réussir à ouvrir l'arrière alors ils l'ont emmené à Paris pour trouver un gars capable de découper le blindage. François jure sur Louis XXII qu'il n'en sait pas plus. La fille ? Quelle fille ?
Allez hop, Barnes emmène les survivants dans Jeep, il sera bien temps de s'occuper de ce camion plus tard.
Boum !
La jeep explose, pulvérisant les skins et le sergent Barnes, projetant Happy sous une pluie de métal, de feu et de tous petits morceaux d'humains dégoulinants. Putain , il s'est passé quoi ?!
Vérification des véhicules restants, puis retour à la base avec un Didi se prenant la tête et basculant d'avant en arrière, une Happy sonnée tentant de comprendre ce qu'elle fout là, un Black Ninja prenant rendez-vous avec Mamoud sur le départ pour y voir un peu plus clair, un Jack Daniels comptant ses grenades pour voir s'il n'en manque pas une et un Johnny Walker décidément toujours professionnel, à peine choqué.
Va falloir expliquer à Omega Black la mort d'un de ses meilleur sergent et à PA1 pourquoi ils n'ont toujours pas la fille....

-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 31 Aoû 2009, 16:24

Haut

Re: DkAsphalt [CR et règles]

Suite des aventures de nos courageux mercenaires.

Présents :
*Jack Daniels, Merc joué par Alexis
*Bud, Hell's joué par Jibé
*Happy/Sad, Guérisseuse jouée par Matt
*Jesus Ikea, Viking joué par Michel

Résumé :

Part ouane (fort ze moni ?):

Le BA107 n'est pas très vif en ce moment. Les missions ne sont pas légions alors chacun vaque à ses occupations ou suit les entrainements et cours dispensés par les mercs.
C'est à peine si quelques murmures font état de bruits étouffés dans le baraquement où se trouve Happy, Jack et Didi. De toute façon, une fois qu'on a vu que c'était Omegablack qui était devant la porte, c'était mort, y'avait plus qu'à regarder ailleurs.
Bud et Jesus se réveillent enfin de leur coma. On leur fait faire le tour et ils commencent leur vie de mercs. Bud à du mal à trouver le sommeil, fait des cauchemars mais sinon tout va bien.
Puis quelques jours après, les skins ont débarqués. C'est un peu comme les anglais mais en vraiment plus chiant. Branle-bas de combat, tout le monde se met en position, les tanks (2 tanks légers pour être précis) sortent des hangars visant les deux énormes camions blindés remplis de skins qui venaient d'arriver à la porte. A leur tour les Skins descendent des camions et se mettent en position. Ils sont moins nombreux, clairement tactiquement désaventagé mais ils n'ont pas peur. Du tout. Un skin descend, l'air soucieux. A peu près 40 ans, des tatouages nazis sur les mains et le visage, les yeux bleus perçants, une cicatrice large et dégueu sur le cou genre égorgé. Il parle d'une voix rauque de cancéreux et demande à voir PA1.
Celui-ci arrivera et le fera rentrer dans ses quartiers. Tout le monde sera viré. La discussion durera une heure pendant laquelle les mercs et les skins se regarderont en chien de faïence.
Au bout d'une heure, le Skin (qui s'appelle Légion 88) sort, monte dans le camion et se tire.

PA1 fera une annonce.
"Mes chers soldats. Une nouvelle ère s'annonce. Comme je l'avais prédit, le GammaDeltaPowerForceA entamera bientôt un nouveau pas vers sa destinée. Les évènements ont permis à la Nouvelle France de trouver en nous des alliés. Toute rancœur doit être dissipée. En vérité, je vous le dis, nous venons de faire d'un échec un atout considérable pour le futur. Au combat !"
Et les soldats de reprendre le mot d'ordre, l'amen guerrier : "Au combat!".

Dorénavant et pendant plusieurs mois, le groupe travaillera gratuitement pour les Skins, leur fournira des armes et de l'assistance.

Digestion difficile mais après tout, les mercs bossent pour le pognon non ? Alors les skins ou un autre, après tout.

Quelques jours passent puis c'est l'effervescence. Comme tous les trois mois arrive au camp un marchand itinérant : le tatoueur. C'est un noir de taille moyenne, musclé comme c'est pas permis, au longues dreads sales, portant plusieurs couches de vêtements longs style cape, poncho et couvertures, avec des breloques autours des bras, du cou et sur la tête. Il traverse la france avec une douzaine de gitan dans une demi-douzaine de mobile-home équipés pour le commerce. Là c'est un peu la fête. Il amène des livres et magazines notamment la parole de Raide et Nevloke le mag des hommes des vrais des trapus, ainsi que des drogues diverses, de la lessive, de la bouffe et des épices bref plein de petits trucs qui rendent la vie moins dure. Pendant que lui et son équipe tatouent quelques mercs, plusieurs rumeurs parviennent aux oreilles des personnages.

*Les skins sont plutôt endormis en ce moment. Jean d'estragon a du mal à recruter. (D'où la proposition aux mercs)
*Ça barde à l'ouest, on dit que les bretons sont en guerre. On sait pas contre quoi mais pour la première fois, ils sont en difficulté. (Et c'est plutôt rare que les bretons galèrent AHAHAHAHAHHA. Hem. Même les fourmis n'y foutent pas les pieds d'habitude.)
*Le Camp Mike à mis la main sur un gros dépôt d'arme et souhaite s'en débarrasser rapidement.
*Le Camp Oscar a été dispersé il y a quelques semaines. (C'était prévisible, leur chef est mort lors d'une embuscade et PA1 ne leur a pas envoyé de support).

Suite à la rumeur sur le camp Mike, PA1 décide de lancer une mission, les personnages sont envoyés en normandie escorter le chargement d'arme depuis le camp Mike jusqu'au BA107.

Part tou (touyoutou ?) :

Une belle équipée de deux sections part en pickup dans la joie et la bonne humeur.
Les sergents Capone et Couille-de-taureau dirigent 4 mercs de droits (les personnages) ainsi que 6 débutants à former.
*Ptipoulet, un skin tout fin sadique.
*Mamba, un indien habillé d'une longue gabardine et d'une paire de lunette noire pour se la raconter. Les cheveux coupés à la mister T. Cherche à donner une impression de professionnalisme. Se bat avec un couteau de boucher et une arbalète de poing.
*Dequerre, un architecte sur sa première mission. A été recruté de force. Flippe tout le temps, tiens mal son fusil et pleure parfois. Fusil de chasse winchester.
*Docteur Maboul, un guérisseur qui n'a pas peur de se mouiller. Obnubilé par l'anatomie et les corps ouverts. Manipule un couteau à trancher le jambon (long et très fin) et possède un canion scié deux coups.
*TNT et White Russian, deux punks sur leur deuxième mission. Plutôt speed, ils ont besoin d'être canalisé pour éviter de faire des conneries. TNT se bat avec une batte cloutée et un pistolet d'alarme, WR avec des griffes de combat et un Tokarev TT.

De menus évènements ponctuent le voyage donnant la possibilité de discuter et d'apprendre le fonctionnement de tout le monde.

Une crevaison rapidement réparée par Couille-de-taureau avec l'aide de Bud qui tente de se la raconter, sans succès.
Un pont crevassé à traverser à l'aide de planche trouvée par Mamba. La conduite est un peu compliquée mais ça passe.
Une dispute entre TNT et WR fera un blessé grave. En effet, un bousculade fait tomber WR. Son Tokarev ne disposant pas de sécurité, le coup est parti, le blessant gravement au pied. Maboul sera fortement intéressé par la corolle de chair à vif ainsi que le déchirement de la basket dont les petits morceaux de tissus pourrait, et ce serait joli à examiner, infecter la plaie.
Arrêt pour bouffer. Mamba tente d'abattre un sanglier avec un carreau d'arbalète de poing. Le sanglier s'énerve et charge. Il faudra une belle rafale de Sad pour descendre l'animal qui sera, sur la demande de Jack, emmené et attaché à l'arrière, balançant des tripes et du sang un peu partout.
Puis c'est le passage dans la forêt. Un homme est allongé sur le sol, un autre appelle à l'aide. Capone est à l'avant et demande à Bud de leur rentrer dedans, selon lui c'est un piège. Bud ne le croit pas et préfère tenter de les éviter, ce qu'il réussit non sans mal. Jack dans le deuxième pickup ne voit les hommes qu'au dernier moment, percute le premier et écrase le second juste avant d'esquiver un semi-remorque remplit de Viking qui surgit de la forêt !
La poursuite commence et c'est un festival de n'importe quoi et de jets ratés. Citons en vrac un bud qui tente de renverser une moto qui fait rien qu'à esquiver, plusieurs Viking dont Jesus ikea qui s'amusent à se jeter sur la route à pleine vitesse, puis des combats à pied à base d'étranglement et de coups de tête. Au final, les Vikings fuient et les personnages recupèrent une moto en très bon état qui sera mise à l'arrière du deuxième pickup.
Citons un petit pétage de plomb de ptipoulet qui larde un Viking mort de coups de cutter pendant près de 3 minutes non-stop.

Enfin c'est l'arrivée au péage, un tunnel bloqué par des fils du métal.
Capone descend seul et négocie. Il paye mais doit donner deux flingues au lieu d'un seul car les fils du métal n'en veulent pas. Ils ont de moins en moins de munitions depuis quelques temps alors que des flingues, ils en ont plein.
Bref, les personnages entrent dans le tunnel. Qui se ferme derrière eux. Avec la lumière qui s'éteind. Et du gaz qui le remplit.
Tout le monde s'écroule à l'exception de Bud qui tente un morceau de bravoure en tentant de péter une plaque de métal de plusieurs centimètres d'épaisseur en écrasant son pickup dessus avec lui dedans. C'est un échec.
Jésus Ikea fait une fois de plus parler de lui en résistant au gaz, en repérant les agresseurs et en tentant, toujours dans le noir de leur éclater la tronche. Une série de Krâsses plus tard, le Viking s'écroule assommé.

Part Tri (lalalala) :

Réveil difficile. Les personnages sont attachés à un mur de pierre, à moitié à poil sinon quelques haillons dégueulasse et pas à la bonne taille, dans l'entrée d'un château type médiéval.
Devant eux, une douzaine d'humanoïdes se tenant bizarrement accroupi et portant des masques vénitiens blancs se tortillent en les observant. Sur un balcon surplombant l'ensemble, un homme de haute stature, portant lui aussi un masque vénitien ainsi que des vêtements de chasse à courre et un fusil à son bras, commence son monologue.

"Chers partenaires, je suis heureux de vous voir éveillé, nous allons pouvoir commencer.
Je suis le Veneur, le responsable de cette soirée pendant laquelle, je l'espère, nous allons tous nous amuser.
Rentrons dans le vif du sujet, voulez-vous ?
Le jeu auquel vous êtes conviés s'appelle La Grande Vènerie. Le principe en est simple, vous êtes le gibier, je suis le chasseur. Rassurez-vous, vous avez toutes vos chances.
Premièrement, il vous suffit d'être en dehors des limites de la chasse pour être en sécurité. Parvenez à sortir et vous gagnez !
Deuxièmement, mon équipage et moi-même avons disposé de-ci de-là, quelques objets susceptibles de vous aider à survivre.
Enfin, s'il ne reste qu'un survivant à la fin de la journée, il sera épargné et récompensé comme il se doit.

Quelques derniers conseils pour la route :
- Attention à vos coéquipiers, ils pourraient parfaitement vous trahir.
- Vous ne devriez pas aller au cercle des druides. Non vraiment, vous n'aimeriez pas ce qui s'y trouve.
- Méfiez-vous de tout et de tout le monde. Mais il me semble l'avoir déjà dit.

Et pour pimentez un peu la course, sachez que l'un d'entre vous est un traitre, il survivra s'il me permet de belles prises.
Je vais maintenant aller m'habiller pour la chasse, je vous conseille de commencer à courir."

La dessus, un des membres de son équipage lance une grosse clé. Capone s'en empare, libère tout le monde puis sort du chateau en direction de la forêt proche.
Grâce à sa maitrise de la lecture, Jack arrive à déterminer quelques endroits dignes d'intérêt sur une table en pierre couverte de végétations. Capone et couille-de-taureau décident de se séparer pour couvrir plus de territoire, trouver les objets et se rassembler au lac central pour décider quoi faire.
Capone part avec Memba, Jack, Ptipoulet et Docteur Maboul.
Couille-de-taureau avec Bud, Sad, Jesus, Dequerre.
(Je me souviens plus où se trouvaient les punks)
Le temps est dégueulasse, il se met à pleuvoir.

L'équipe de Capone est la plus lente. Ils n'ont pas beaucoup en survie et sont ralenti par Maboul qui sait pas courir et Ptipoulet qui fait trois pas en avant et deux pas en arrière tellement il est agité. De plus les jets sont bien pourris. C'est avec la meute de chiens sur les talons qu'ils arrivent en vue d'un manège (ceux où on joue de la musique) au centre duquel brille un globe genre éclairage de jardin. Ils n'auront pas le temps de l'examiner car ils doivent déjà fuir alors que des coups de feu retentissent.
Pendant ce temps l'équipe de Couille-de-taureau traverse le parc très facilement. Le sergent maitrise parfaitement ce genre de déplacement, Bud et Jesus ne sont pas gênés par la végétation et seul Dequerre ralentit, légèrement, le groupe qui arrive au niveau d'une cabane en bois complètement pourrie adossée à un vieil arbre, le toit écrasé par un tronc couvert de mousse. Dequerre fait un carton plein et aide pas mal le groupe, notamment en trouvant le piège situé sur le toit (une série de pieux sensés traverser celui qui pénètre dans l'abri). Jesus entre et attrape l'objet laissé par le Veneur, un petit pistolet cal .25 et deux balles en bon état. Il laisse là l'engrais et ne prend qu'un bidon plein de soude qui trainait sous un établi. Les outils de jardin sont inutilisable, les fers étant rouillés et le bois mangé par les insectes.
Fort de cette trouvaille, Couille-de-taureau se dirige vers la mare aux fées.

Suite au prochain épisode.

Résumé rédigé par Yannick
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 08 Sep 2009, 15:10

Haut

Re: DkAsphalt [CR et règles]

La suite !

Présents :
Equipe 1, dans la boue.
*Bud, Hell's joué par Jibé
*Sad, Guérisseuse jouée par Matth
*Jack Daniels, Merc joué par Alexis

Equipe 2, rescue team
*Johnny Walker, merc joué par Javier
*Bruno l'déglingo, Fils du métal joué par Roman
*Black Ninja, Indien joué par Marc

Résumé :
Pendant que l'équipe 1 fait tranquillement des pâtés de boue dans la forêt de Fougères, PA1 commence à se demander s'il n'a pas hérité d'un paquet de bras cassé qui mettent quand même longtemps avant de revenir avec le matos. Au bout de deux jours sans nouvelles donc, une équipe 2 est formée pour aller chercher les perdus. Deux mercs (Black Ninja et Johnny), un chair-à-canon (Bruno) et le sergent Li qui veut absolument chercher ses petits gars même s'il est encore en convalescence. C'est pas deux balles de 7.62 dans la poitrine qui vont l'arrêter non ?

Départ sur les chapeaux de roues en direction du camp Mike. La route se passe bien et l'équipe 2 arrive sans encombres au point-repas de l'équipe 1. Du sang et des tripes par terre. Bourdayl, que s'est-il passé ? Un sanglier aurait été tué dans le coin, comme en atteste les impacts de balle sur le sol non loin. Bruno en profite pour amener le déjeuner sous la forme de deux petits marcassins tournant depuis deux jours autour des tripes du cadavre de leur môman. Bien joué Bruno, enfin de la viande.

On traine pas, c'est reparti. Quelques heures plus tard, arrivée devant le péage. Johnny part se positionner avec son lance-roquette, Bruno et Li vont négocier/interroger les fils du métal, Black Ninja part, une fois de plus, se cacher.
Les fils du métal sont tendus, ils ne veulent pas dire ce qu'ils s'est passé. Ça s'envenime très vite et c'est Bruno qui ouvre les hostilités. Il y a quatre mercs contre 15 fils du métal. Bonne chance.
Bruno charcle à tout va, Li pose un genou à terre et arrose au Famas, Johnny use de son arme de destruction massive et met à terre une demi-douzaine d'adversaire tandis que Black Ninja, heu, on sait pas trop en fait.
En quelques tours, c'est plié, les fils du métal désorganisés ploient sous la puissance de feu et le courage de nos héros. Un fils du métal est interrogé, mais il ne veut pas parler. Lui promettant une mort douce et sans douleur, synonyme d'infamie chez les siens, il préfère avouer. Il finira dévoré par le chien de Bruno, c'est bien le moins qu'on pouvait faire.
L'équipe 1 a été capturée par un homme qui s'en sert comme du gibier. Il se trouve au château de Fougères, en Bretagne, à quelques kilomètres de la faille.

Pendant ce temps, ça patauge dans la boue et sous la pluie. Ca court, ça cherche des sorties, mais ça ne trouve pas grand chose à part des pièges et de piètres objets, armes et armures médiévales, pour les aider. Et toujours les chiens sur les talons, et le veneur avec son gros fusil qui n'est jamais loin.
Un par un les personnages disparaissent. Couille-de-taureau, Capone, Mamba etc. Et toujours cette voix qui résonne dans la forêt, toujours ce traitre qu'il reste à découvrir, si toutefois il existe, rien n'est moins sur.
L'espoir se réduit à mesure que la nuit avance et que les hommes disparaissent ou sont blessés.

L'équipe 2 arrive en vue du château. BN laisse son équipement dans le véhicule et va explorer. Li, Bruno et Johnny s'aperçoivent que BN porte sous sa robe de bure, une superbe armure futuriste couverte de caoutchouc et parcourue de petits éclairs électriques. Waza ! BN entre dans l'enceinte du château alors qu'une vingtaine de créatures abjectes, de monstres déformés, courent en tout sens. Des câbles électriques partent des pointes de chaque tours et sont reliées à un énorme générateur version steam-punk non loin des écuries. La pluie et les éclairs achèvent de donner aux lieux une chouette ambiance "Igor et les vampires des Carpates". D'un coup black ninja se colore en vert irisé. Littéralement. Tel un phare dans la nuit, il attire les créatures qui foncent vers lui, toutes griffes dehors. Fuite de l'intéressé qui comprend que l'armure sensée le rendre invisible possède un défaut majeur de conception se déclenchant à proximité de bobines électriques.
Qu'à cela ne tiennent, il reste la manière forte.

Percussion du véhicule de Johnny qui rentre dans le château, roulant sur les créatures fauchées par les balles du sergent et de Bruno. Sortie façon commando et enfermement dans le château avec claquage de porte et renversement de mobilier. Plus un bruit à part quelques grattements à la porte, un peu de poussière du toit et le grondement du tonnerre étouffé par les gros murs en pierre. Exploration des étages et des balcons. Rien d'intéressant.
La cuisine par contre montre des corps découpés, pendus à des chaines, attachés sur des tables de cuisine, déjà entamés. Le four laisse échapper une douce odeur de viande grillée. La faim tenaille les héros mais pas de ça chez nous. C'est en serrant les dents que les mercs descendent vers la cave d'où ils entendent des cris étouffés.
Un passage secret ouvert mène à une grande salle médiévale où luisent une vingtaine d'écrans devant un pupitre en métal et une chaise en cuir. Il n'y a personne. La moitié des écrans ne montrent que de la neige tandis que les autres sont pointés vers la forêt. Sur au moins deux écrans apparait un homme de haute taille portant un fusil de chasse. D'un coup, l'un deux pointe son arme et tire. La caméra change d'angle et sur un autre écran, les personnages voient distinctement le corps de Jack Daniels s'écrouler, touché par une balle de gros calibre !
Merde ! s'écrit Li qui se précipite pour rejoindre la forêt. Bruno trouve un passage souterrain parcourant toute la zone et disposant d'un plan tandis que Johnny convainc Li de rester sur place pour les aider par le biais des hauts-parleurs dont il semble avoir le contrôle d'ici.

Les mercs traversent les souterrains puis sortent, via un escalier de métal, près du lac boueux, où se trouvent d'ailleurs un tas de crocodiles amorphes, et tentent de retrouver Johnny. Peine perdue, le sang est absorbé par la végétation et aucune piste n'est visible. Une forme au loin, il pointe quelque chose. Une rafale claque dans la nuit, c'est Johnny qui tire. La forme s'effondre. Il s'agissait du Docteur Maboul, un membre de l'équipe 1. Ce serait lui le traitre ? Pourquoi avait-il un fusil ? Pas de temps à perdre, il faut retrouver les autres. C'est Capone qui fera la jonction amenant l'équipe 2 à l'équipe 1. Jack se tient la jambe. Il a perdu énormément de sang. Mamba est là aussi, le ventre ouvert, sans vie.

Les doigts de fée de Sad ainsi que la trousse de soins de Johnny sauveront in extremis les deux blessés mais ils restent intransportable pour le moment. De plus, Jack ne tiendra pas longtemps, s'il n'est pas transfusé, il mourra en quelques heures.
Li rejoindra la troupe ainsi que Bud qui dira plus tard dans un souffle mystique qu'il a été guidé et qu'il savait qu'il devait retrouver tout le monde ici.
Encore une fois, il y a des souterrains. Li, Johnny et Bruno descendent explorer et trouvent un centre de commandement. Encore des écrans luisants. Assis sur une chaise de bureau défoncée se trouve un homme portant un masque vénitien. Braquage de le cible. Sa seule réponse est un effondrement sur le sol. Derrière le masque se trouve un visage putréfié, parcouru de gros vers blancs. Il a été tué de deux balles dans la poitrine. Propre. Li repère un plan où se trouve indiqué une sortie !
Retour à la planque puis descente précautionneuse des deux blessés. Pourvu que tout se passe bien. Et c'est le cas, personne n'attaque.
Les mercs rejoignent la sortie qui donne sur un parking tenu par des Fils du métal complètement bourrés. C'est le moment que choisit le communicateur de Li pour grésiller. C'est Couilles-de-taureau. Il se trouve dans un château abandonné non loin de la sortie et a trouvé de quoi communiquer ainsi qu'une grosse limousine en parfait état.

Transportant les blessés avec précaution, tout le monde s'embarque dans le véhicule pour arriver, quelques heures plus tard, au camp Mike.

Résumé rédigé par Yannick.


Sinon, juste une interrogation, quelqu'un lit ces résumés ou tout le monde s'en fout ?
-Hé, les gars. Si on se faisait une joaillerie ?
-Oh, toi tu penses qu'à bouffer.
Artefya, discours entre le golem à vapeur et son compagnon rabougri.

Le FuturdK c'est là!
orlanth
Murmure de Fin-du-Monde
 
Messages: 1385
Inscription: 09 Fév 2007, 08:55

Messagepar orlanth » 14 Sep 2009, 14:50

Haut

Re: DkAsphalt [CR et règles]

je lis je lis... Tu me connais... fan de la première seconde ;)
Avatar de l’utilisateur
Arkha
Golem saxophoniste
 
Messages: 710
Inscription: 01 Jan 1970, 01:00
Localisation: Haute-Savoie (74)

Messagepar Arkha » 14 Sep 2009, 21:19

Haut

Re: DkAsphalt [CR et règles]

Je ne dis rien mais je lis aussi. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Condutiarii
Blaireau-effraie
 
Messages: 135
Inscription: 05 Jan 2008, 14:48

Messagepar Condutiarii » 14 Sep 2009, 22:45

Haut

Suivante

Retourner vers Futuriste

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron