Les dimensions fludiques

Les dimensions fludiques

Un résumé synthétique de mes élucubrations et de celles des (ex-)membres de CBVMDC (Ce Bon Vieux Mois Des Conquêtes).
Bonne lecture




Généralités

LE Fluide - ou Mana chez les Murokais, Force-Vive chez les Gadhars, magie chez les Batranobans et les scientifiques tanæphisisens mais fluide pour les Armes, forcément - existe dans plusieurs dimensions. Personne dans le monde ne les connait toutes et rares sont ceux qui ont conscience de l’existence de la deuxième. Quant à la troisième… Les dimensions dites fluidiques sont donc au nombre de trois. Et elles sont étroitement liées les unes aux autres.

La première, la seule connue des tanæphisisens, est présente dans le monde réel. Le monde y baigne. Il s’agit du fluide réel ou fluide libre ou mana. Le fluide y est présent partout avec une densité plus ou moins égale à 1. Densité insuffisante pour modifier le monde, mais parfois suffisante pour en altérer légèrement les lois. Il est possible de l’observer au travers de phénomènes dit magiques. Et il est relativement facile d’accéder à ce fluide … quand on sait comment faire.

La troisième est la dimension élémentaire ou dimension des morts ou des âmes. Le fluide y est omniprésent. Il s’agit du fluide primal. Sa densité, à l’échelle du fluide libre est de l’ordre de 100 (cent). Soit l’équivalent d’une puissance dix fois supérieure à celle d’une Mère de toutes les tempêtes, mais en continu ! C’est là que les « âmes » résident, lentement diluées après avoir quitté une forme quelconque de vie. Elles s’y transforment en autres choses, et notamment de nouvelles âmes, qui iront ensuite s’incarner sous différentes formes de vie du « monde réel », en un cycle perpétuel.
Cette dimension, si l’esprit humain pouvait en appréhender les lois, apparaitrait comme une autre réalité semblable à celle connue des personnages. Réalité qui possède, selon ses propres lois, des reliefs, des cours d’eau, des formes de vie, mais aussi le temps et l’espace, etc., mais totalement inaccessible à la compréhension humaine.

Un peu de pseudo physique de comptoir

Pour visualiser le fluide, imaginer une sphère ou une planète.
Le noyau (10%), le cœur de la sphère, représente le fluide primal, cette force évoquée dans C&L comme étant à l’origine même du Big Bang. Le fluide y est extrêmement concentré.

Vient autour le fluide astral, qui occuperait plus de 85% de la sphère. On le retrouve à différent stade de dilution, en mouvement perpétuel et alimentant le fluide primal d’un coté et le fluide libre de l’autre.
Enfin, le fluide libre – mana - qui engloberait l’ensemble, formant une mince croute (<5%). Lui par contre est relativement stable et beigne la réalité telle que les personnages la connaisse. C’est ce fluide que certains êtres manipulent principalement, le concentrant en eux ou autour d’eux afin de produire des effets dit magiques. Les stilfari’n puisent aussi dans le fluide astral. Ce fluide très concentré est difficilement contrôlable (rappelez-vous l’explosion de la machine sur Sulustan).

Les poches de magie glauque ne sont donc que des micros afflux de fluide astral dans le fluide libre. Ou une concentration de fluide libre devant de fait du fluide astral. Ces flux sont perceptibles car ils modifient sensiblement la nature, pendant une durée aléatoire. Un peu comme l’effet d’une explosion solaire lorsqu’elle atteint la terre. L’irruption de fluide se manifeste sur Tanæphis dans les déserts de Haas sous la forme des Mères des tempêtes. De rares privilégiés ont pu observer ce même fluide s’échapper du corps d’un fusionné à sa mort. Les poches de magie glauque finissent naturellement par se résorber avec le temps.


Entre les deux se trouve la dimension du fluide astrale (densité supérieure à 5). Zone éthérée sous la forme d’une soupe fluidique plus ou moins stable qui sert de lien, voire plutôt de « pont », entre les dimensions réelle et primale (par référence aux natures de fluide). Le fluide astral est une forte concentration de fluide libre, une poche de magie glauque permanente et extrêmement dense. On retrouve dans la dimension astrale les âmes de passage vers l’une ou l’autre dimension. Mais aussi parfois quelques créatures incorporelles présentes à la fois dans le monde réel et la dimension astrale. Ou encore des créatures capables de projeter leur esprit dans le plan astral voire qui en sont restées prisonnières après la mort ou la destruction de leur corps. (Cf. C&L pour découvrir l’épice batranoban qui permet de voir la magie du monde réel à partir du plan « astral »).

Et la dimension fantomatique me direz-vous ? Elle est récente à l’échelle de l’Évolution. Elle est même artificielle, créée par une expérience (malheureuse ?) d’un stilfari connu sous le nom de Silas Kramer. Elle a pris forme au sein de la dimension élémentaire (primale) et y est présente comme l’humidité dans l’air. La dimension fantomatique existe donc au sein de la dimension des « âmes » (dimension des morts).
C’est cette forme d’osmose qui permet aux esprits en transit d’y « survivre ». Ces esprits (ou âmes) arrachés à leur corps lors d’un transfert total par les stilfari’n, sont lentement transformés par le fluide primal dans l’attente d’être réimplantés dans les cristaux qui animent les armes pensantes. Comme vous pouvez l’imaginer, les âmes des morts n’apprécient pas la présence de ses esprits en transit et qui échappent aux lois de la dimension élémentaires. Elles tentent de les soumettre – ou les détruire – afin de les incorporer à leur cycle. Mais cela prend du temps et en général, les esprits sont rapatriés par les Stilfari’n, inconscients du phénomène ou plutôt du trouble provoqué.
Cependant, avant cette fin inéluctable, certains esprits, sous la pression des âmes des morts, préfèrent l’exil volontaire à la destruction. Elles « traversent » alors le fluide astral grâce à la déchirure créée par Wattanani pour « s’incarner » sur Tanæphis.

En fait, sans la brèche créée par les Pères, ces esprits ne parviendraient pas à franchir le Voile Métamorphique qui sépare les dimensions fluidiques. Ils seraient alors assimilés au fluide primal (pour une faible partie d’entre eux) ou réincarnés – dans de petites boules métalliques et volantes, par exemple…
Le problème, est que la « dimension fantomatique » se développe et enfle au même rythme que le nombre d’esprits subissant un transfert total. Ce ne serait pas si grave, compte tenu de leur faible nombre, si la déchirure provoquée par l’affrontement des pères n’alimentait également cette « dimension fantomatique » en mana. La principale conséquence, pour ne pas dire la seule – à l’exception du désagrément causé dans la dimension primale – est la disparition de l’exotisme des formes de vie sur Tanæphis et, à terme, sur la planète. Même s’il reste quelques millénaires avant que cela ne se produise. Par contre, au rythme où vont les choses, le fluide libre aura disparu de Tanæphis avant 1070 !

« Encore un screm et il sera à portée. »
La présence de GrenZuf à mes cotés me rassurait un peu, bien que ma fébrilité n'ait cessé de croître depuis le début de ce complot insensé. Comme de coutume à la fin de chaque cycle, TramKat descendait la Vallée Mémoriale en laissant sa forme éthérée entrainée par le Flot Discursif. Il heurta violemment le filet psychique que GrenZuf et moi-même avions tendu en travers de la vallée. Immédiatement, nous sûmes que nous avions fait une erreur en sous-estimant la puissance de TramKat. Avant même que les lames virtuelles des autres conjurés n'aient pu le transpercer, il avait, dans un tourbillon d'énergie, fait voler en éclats notre filet et établi ses défenses. Nous ne pouvions lutter contre une telle puissance. II ne restait comme seule issue que la fuite. Plutôt l’exil matériel volontaire que la dissolution dans un Puits Oublieux. Quelle folie avait été la nôtre que de nous attaquer à un des Majeurs. Sans une pensée pour les amis que j'abandonnai derrière moi. je franchis le Voile Métamorphique.

Clang… Clang… CLONK.

Le marteau de Brumhold se brisa sur la lame de l'épée nouvellement forgée. Elle sortait à peine du brasier fumant de sa forge et pourtant elle était déjà refroidie. son tranchant impeccable et un éclat tel qu'on l'eût cru polie la veille. Surpris, Brumhold leva l’épée pour l’examiner. Elle était d'une légèreté insoupçonnable et parfaitement équilibrée. Une diffuse sensation de chaleur s'en dégageait, remontant dans le bras de Brumhold jusqu'à envahir tout son être, Le forgeron éclata d'un rire puissant en faisant tournoyer l'arme au-dessus de sa tête. Pas de doute possible, son épée était habitée.

Les couleurs, les sons, les odeurs ... tant de choses à découvrir. Et cet être si fragile qui me tient dans sa main, tissu de passions éphémères et contradictoires. Je dois apprendre. Apprendre à le connaître, à le comprendre. Apprendre, et peut-être parviendrai-je à découvrir ce que je fais ici, à rappeler ce souvenir diffus de ce que j'étais avant de me glisser dans cette gangue de métal. Apprendre…

© Stéphane Bura paru dans les VdD


Donc Käâh-Bûm (la planète) sera totalement privée de fluide libre bien avant que les premiers effets néfastes de la dimension fantomatique ne se fassent sentir dans le fluide primal.



L’utilisation de la magie sur Käâh-Bûm

(Käâh-Bûm est le nom de la planète sur laquelle se trouve Tanaephis. Je savais pas quel autre nom lui donner ...)

La magie semble se manifester sous différentes formes. Plus exactement, l’accès et l’usage du fluide se manifeste différemment et ce principalement en fonction de sa densité. Il n’existe donc pas une seule façon de l’utiliser. Il est d’ailleurs aisé de constater que selon le continent (pour faire simple), le peuple, la culture des magiciens – qui accèdent plus ou moins naturellement au fluide – le mode d’apprentissage et le niveau de maîtrise, l’utilisation du fluide est différente.
La seule chose qui soit commune à tous les utilisateurs est leur capacité à agir sur la réalité qui les entoure.
Pour l’essentiel, tout est expliqué dans Contes et Légendes. Pour le reste, les différents meneurs ayant sévi sur le MdC ont été prolifique.
Voici une brève compilation de ces productions arrangées à ma sauce.

Le dieu serpent
Le dieu serpent des indigènes Væreliens (les Murokaïs, cf. Les indigènes de Vaeriel) fut banni un temps dans la dimension fantomatique avant de perdre son intégrité ou unicité lors de sa fuite dans le plan astral. Plan dans lequel il est finalement resté. C'est à partir de la dimension astrale qu'il est parvenu à établir un lien entre les reptiles et les Murokaïs. Il prépare les âmes en transit dans la dimension astrale avant leur incarnation ou naissance dans le monde réel.


Les Drrabhans
Les Drrabhans sont les descendants décadents du peuple qui fut le plus puissant de Sulustan. Leur civilisation fut quasiment détruire lors d’une guerre contre les Elfes.
Les Drrabhans ont besoin de l'énergie fluidique libérée par la mort d’êtres vivants pour (sur)vivre et se reproduire. L’énergie structurelle libérée est associée au fœtus lors de la fécondation. Plusieurs fécondations sont réalisées pour un être vivant sacrifié lors d’orgies rituelles. En fait, sans absorption régulière de fluide provenant d'êtres vivants les Drrabhans meurent !
Pourquoi se cachent-ils ? Quel est leur puissance/pouvoir/limites ? Nul ne le sait pour le moment car ils vivent cachés sous la presque-ile de Domm au nord de Sulustan.
Ils ont quelques informations sur les elfes qui ont vécu sur Sulustan.
Les Drrabhans sont peu nombreux et sont en voie d’extinction. Les habitants de l'ile de Domm ont des talismans faits à partir du sirop d'agrab (arbre des plaines sanglantes) qui les protègent des Drrabhans. Les habitants de Domm font également des sacrifices pour les maintenir à distance. L’explosion de la montagne a libéré du fluide en quantité et qui, depuis, suffit en grande partie à "nourrir" les Drrabhan aujourd’hui. Mais pour combien de temps ? Et quid de l’interaction avec la rébellion en fuite ?


Les Gadhars
Tout ou presque a été dit dans PdA, C&L et les VdD, ainsi que dans l’article du MdC sur la sorcellerie gadhare.
Les gadhars capables de se lier aux lézards des marais utilisent inconsciemment une forme de magie empirique comparable à celle des Murokaïs de Væriel et leur Dieu-Serpent.
Quid des souvenants ? La mémoire génétique décrite dans C&L. Rien de magique, du moins dans ce cycle.


Les Stilfari’n

Les protocoles de sous-bannissement qui leurs sont appliqués leurs donnent un accès permanent au fluide. Y compris dans les zones dont la densité du fluide est extrêmement faible, voire quasi inexistante. Sur Tanæphis, par exemple, les stilfari’n ont toujours la possibilité de capturer le fluide, mais avec une moindre efficacité par rapport à Væriel ou Sulustan. Comme je l’ai indiqué dans l’aide sur l’Harmonie (ex-Humanité abordée dans les VdD), la différence de niveau de fluide par rapport à Væriel ou Sulustan, a également pénalisé les Stilfari'n dès leur arrivée sur Tanæphis, il y a moins de deux siècles. Ils ont dû adapter leurs machines pensantes à ces faibles niveaux et faire évoluer leur propre maîtrise du (des ?) fluide. Maintenant, ils sont prêts ! (cf. magie stilfari) pour les détails sur leur magie …


Les Nékrobioticiens, les Nécromants et les Shamans
Les premiers sont les rares stilfari’n qui sont passés outre l’interdit qui frappe l’étude de cette science. Cette « capacité » fonctionne comme les pouvoirs spécialisés qui découlent de la maîtrise du Fluide qu'exercent les Stilfari'n.
Les « âmes » incarnées le sont durablement puisque la source du fluide utilisée est plus concentrée et donc plus puissante (les morts-vivants n’ont aucune intelligence). Corolaire le contrôle de cette énergie est extrêmement délicat. Le plus avancé dans le domaine est un certain Karl Veris.
Ces stilfari’n nékrobioticiens étudient et utilisent ce pouvoir dans le plus grand secret. S’ils venaient à être découverts, le châtiment serait une exécution immédiate sans procès !
Mais chacun sait qu’aucun stilfari n’étudie plus cette science depuis des millénaires. Seuls les vilains nécromants souhaitant le retour de l’infâme Borak s’adonnent à ces pratiques impies…

Les seconds, les nécromants justement, à défaut de pouvoir développer les protocoles de sous-bannissement répondant aux besoins de leurs pratiques, ont su développer une affinité avec le fluide à l’instar de la magie pratiquée par les Gadhars ou les Murokais, voire les elfes. Les nécromants ont dès lors accès à des pouvoirs plus importants (plus puissants ?) que ceux des nékrobioticiens, au travers de rituels par exemple. L’accès au fluide est plus facile et moins dangereux, mais les effets sont très rarement permanents.
Par contre, l’apprentissage initial de cette forme de magie contre-nature est assez malsain pour ne pas dire inhumain.

Enfin, les shamans – Manzazuu pour les Murokaïs - vont beaucoup moins loin dans leurs relations avec les âmes des morts. Leurs capacités sont principalement basées la communication avec les défunts. Mais pas que. Elles se manifestent sous la forme de divinations et, pour les plus puissants d’entre eux, par l’invocation (l’appel) d’animaux ou de leur esprit. Les Manzazuu ont toujours un haut niveau de maîtrise de la magie symbiotique. Les autres capacités sont assimilables à de la nécromancie, mais sans comparaison avec la celle pratiquée par les væréliens.


Les Pères et les Elfes
La magie des Pères et la magie des Elfes sont respectivement abordées dans PdA et C&L. Je n’en dirais rien de plus.


Morts-vivants
A l’instar des fusionnés et de l’albâtre elfique, la faible concentration de fluide présente sur Tanæphis rend les morts-vivants plus résistants. Il faut un coup mortel pour les abattre.
Le fluide présent en chaque morts-vivants y est plus « concentré » que dans leur environnement proche. Il leur permet aussi d’animer leur corps. Sans être indestructibles, les morts-vivants doivent subir un coup « fatal » pour qu’ils s’arrêtent de bouger. Il faut briser le « lien magique » qui anime leur corps et y maintien l’âme. Réduire leurs points de vie à zéro ou moins ne suffit pas à les tuer.
Ailleurs, sur Sulustan et Væriel notamment, l’écart de densité entre le fluide contenu dans le corps des mort-vivants et celui présent dans leur environnement immédiat étant faible, il suffit de réduire les points de vie d’un mort-vivant à zéro ou moins pour qu’il « meure ». L’âme est à nouveau libérée. Le fluide qui a permis au mort-vivant de s’animer se disperse alors dans la nature et le corps est plus ou moins rapidement réduit en poussière selon son ancienneté.

Mais qu’est-ce qui anime un mort-vivant ? Si vous avez bien suivi, la réponse est évidente : il s’agit du fluide astral !
Souvenez-vous, à leur mort toutes les formes de vie « libèrent » leur âme. La plupart des « âmes » sont projetées dans le fluide astral avant de rejoindre le fluide primal.
Les morts-vivants n'ont donc pas vraiment faim de chair humaine, mais bien du fluide qu’elle « contient ». C'est à dire cette petite partie de fluide astral assimilable à l'âme. Les morts-vivants l'absorbent en tuant leurs victimes, un peu comme les Drrabhans. D’où leur attirance pour les formes de vie animale et notamment humaine dont l’âme est plus riche en fluide.


And from the origins comes the end
La déchirure causée par la guerre des Pères peut tout changer.


Voici pour le premier jet. Je ne pense pas aller plus loin ici. Tout ce qui concerne l'utilisation de la magie sera développée ailleurs ... un jour.

ReadU
Dernière édition par amaelys le 30 Sep 2014, 00:53, édité 4 fois.
Avatar de l’utilisateur
amaelys
Dragonbellule
 
Messages: 190
Inscription: 15 Juin 2012, 10:11

Messagepar amaelys » 28 Nov 2012, 00:40

Haut

Re: SPOILER - Les dimensions fludiques

Ouaaaaa, chapeau.

Le reste est bien, mais là je suis largement séduit. Je fais un copier coller dans mon adaptation de BLM :wink:

Merci pour cette vision et cette synthèse magnifique... mieux, je dirais cette synthèse magique :wink:
Avatar de l’utilisateur
scorpinou
Blaireau-effraie
 
Messages: 131
Inscription: 17 Aoû 2012, 10:17

Messagepar scorpinou » 28 Nov 2012, 08:28

Haut

Re: SPOILER - Les dimensions fludiques

scorpinou a écrit:Ouaaaaa, chapeau.

Le reste est bien, mais là je suis largement séduit. Je fais un copier coller dans mon adaptation de BLM :wink:

Merci pour cette vision et cette synthèse magnifique... mieux, je dirais cette synthèse magique :wink:


Merci à toi Scorpinou pour ce retour enthousiaste. Ça fait plaisir ! :D

Je vais essayer de poursuivre dans la même veine ...

ReadU
Avatar de l’utilisateur
amaelys
Dragonbellule
 
Messages: 190
Inscription: 15 Juin 2012, 10:11

Messagepar amaelys » 28 Nov 2012, 10:51

Haut

Re: SPOILER - Les dimensions fludiques

Je dois avouer que j'aime beaucoup, même si je pense rester personnellement au plus prêt de la version Metal pour mes deux campagnes.
Petite question au passage: pour les souvenant Gadhar c'est volontaire de ne pas reprendre l'idée que la mémoire génétique vient d'une manipulation des très lointain ancêtres ( cycles solaire antérieurs) gadhar qui avaient trouver ce stratagème pour ne pas repartir à zéro au niveau de leur civilisation ou du moins c'est ce que j'avais compris. Je ne me rappel plus où j'avais lu cette information, mais je suis sur que c'est dans la gamme officielle.

En tout cas bravo pour le travail de titan et de qualité que vous avez fournie.
cern
Loup des enfers
 
Messages: 75
Inscription: 06 Juin 2012, 21:02

Messagepar cern » 30 Nov 2012, 00:03

Haut

Re: SPOILER - Les dimensions fludiques

cern a écrit:Je dois avouer que j'aime beaucoup, même si je pense rester personnellement au plus prêt de la version Metal pour mes deux campagnes.
Petite question au passage: pour les souvenant Gadhar c'est volontaire de ne pas reprendre l'idée que la mémoire génétique vient d'une manipulation des très lointain ancêtres ( cycles solaire antérieurs) gadhar qui avaient trouver ce stratagème pour ne pas repartir à zéro au niveau de leur civilisation ou du moins c'est ce que j'avais compris. Je ne me rappel plus où j'avais lu cette information, mais je suis sur que c'est dans la gamme officielle.

En tout cas bravo pour le travail de titan et de qualité que vous avez fournie.


Merci ! Content que cela plaise. Cela peut vouloir dire que l'article tient la route. C'est le principal ... :wink:

Mais je rappelle l'objectif : me fournir un cadre de cohérence pour la "Chronique des trois frères". Campagne prévue uniquement pour BL Origins, pas pour BLM.
Donc j'écris pour m'obliger à structurer mes notes et mes idées, avant de les soumettre à votre critique.

Les gadhars, je crois que c'est une partie de l'article que j'ai zappé. :oops: Je n'ai aucune raison de toucher à cette partie du background, elle me va très bien.
De mémoire, c'était paru dans un plasma avant d'être repris dans C&L.
Je vais "corriger" cela prochainement.

ReadU
Avatar de l’utilisateur
amaelys
Dragonbellule
 
Messages: 190
Inscription: 15 Juin 2012, 10:11

Messagepar amaelys » 01 Déc 2012, 15:13

Haut

Retourner vers Une autre couche de secrets

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron