Sulustan - Histoire (terminé)

Sulustan - Histoire (terminé)

Histoire


0 : l’année la plus froide de Käâh-Bûm la planète aux quatre continents (Tanæphis, Sulustan, Væriel, et…).

4500 :le réchauffement de l'atmosphère réveille les virus et les bactéries. Ceux-ci anéantissent presque entièrement les communautés naissantes en tuant 9/10ème de la population. Celles qui restent développent des immunités qui leur permettent de survivre. L’effet des virus mêlés à la magie latente sur Sulustan déclenche des mutations étranges, entraînant la création de nouvelles races, toutes originaires des humains.
La plupart de ces races mutantes sont instables et disparaissent sans descendance, à l’exception de deux d’entre elles. Une de ces « races », petits humanoïdes au teint grisâtre qui rappel la couleur de la roche, développe une affinité avec la pierre sous toutes ses formes. Cette affinité sera la cause de tous leurs malheurs. Ce sont les Irixiks (cf. CdFT – VdD 10). Contraints par une race d’intra-terrestres (aujourd’hui disparus) de bâtir la Cité Pétrifiée (cf. CdFT – VdD 10), une partie des Irixiks finira par fuir la montagne, se jetant involontairement dans les griffes de nouveaux tortionnaires.
La seconde « race » exotique, dotée de capacités télépathiques innées et d’un contrôle empirique du fluide, donnera naissance à la plus puissante civilisation originaire de Sulustan : les Drrabhans. Ce sont eux, effrayés par les récits des Irixiks mais avec leur aide, qui construiront la porte à l’entrée de l’Obek sous les monts granitiques.

6000 : Assez peu évolués, les Irixiks seront rapidement soumis au diktat des Drrabhans, la population montante de l’est de Sulustan. Sans être réduits en esclavage, les Irixiks deviennent une main-d’œuvre docile et abondante.
Volontiers conquérants, les Drrabhans dont le cœur de la civilisation naissante se trouvent dans la forêt haute, étendent leur influence sur une grande partie de la plaine d’émeraude, les plaines sanglantes actuelles.
Lors de leur extension, les Drrabhans finiront par s’établir des relations commerciales avec la race d’intra-terrestres des Monts Granitiques. Nourriture, bois et essences sont échangés contre du marbre et différents minerais. C’est à la fin de ce millénaire que la race aujourd’hui disparue construira les portes afin de prévenir une invasion Drrabhane.

6996 : Après avoir fuit Tanæphis, les elfes découvrent Sulustan. Après l’exploration des cotes sulustaniennes, ils décident de s’installer dans les grandes plaines à l’ouest de la chaine de montagne volcanique qui coupe l’ile-continent en deux. A leur arrivée, le désert d’aujourd’hui était encore une immense savane giboyeuse peu arborée (quelques forêts de faible envergure) à l’exception du sud dans la région d’Erakkata.
Les relations avec les autochtones sont délicates car les différences sont profondes. Apparence, modes de vie, développement, tout les sépare. Mais les elfes ne peuvent pas se permettre une guerre. Alors ils s’ouvrent aux sulustaniens de l’ouest tout en essayant de réformer leur propre mode vie. L’homosexualité ne semble pas viable sur la durée. Et les elfes ont grand besoin de main-d’œuvre pour reconstruire leur civilisation.


7000 - 7148 :Après avoir stabilisé leur civilisation moribonde, les elfes explorent Sulustan. Ils découvrent une ile-continent différente de Tanæphis, mais tout aussi riche.

7149 - 7665 : Les elfes entrent en contact avec l’autre grande civilisation de Sulustan : les Drrabhans. Ces derniers vivent principalement au cœur de la forêt haute dans les plaines de l’est de Sulustan. La civilisation Drrabhane va connaitre un essor sans précédent, grâce à l’aide des elfes (aide technique et magique). Les elfes les assistent notamment dans la construction de structures durables. L’un des fruits de cette association donnera le pont des titans ! Sous l’impulsion des elfes, une élite Drrabhane, sensible à la magie, va développer sa propre maîtrise du fluide. Très rapidement, ils parviennent à pratiquement couvrir l’ensemble des champs de la magie elfique, mais avec des limites physiques propres à la nature de leur maîtrise. Contrairement aux elfes, ils n’absorbent pas naturellement le fluide. Leur technique, bien que plus avancée, est assez proche de celle des gadhars d’aujourd’hui : ils accumulent le fluide autour d’eux pour l’utiliser. En quelques générations, c’est plus des trois quart de la population Drrabhane qui utilise la magie, mais à des niveaux assez hétérogènes.
Hélas, le respect révérencieux des Drrabhans à l’égard des elfes évolue : après la déférence vient l’envie puis la jalousie, teintée de peur. Jalousie pour leur puissance, et rejet sans cesse croissant de leur mode de vie. Mais surtout, les Drrabhans prennent conscience de la fragilité de la civilisation elfe. Ces derniers, bien qu’apparemment immortels, ne sont finalement pas très nombreux …
De leur coté, les elfes aimeraient bien soumettre cette civilisation avant qu’elle ne devienne trop puissante, à l’instar des nains sur Tanæphis. C’est quelques années avant la guerre que les elfes font un présent aux Drrabhans qui causera leur perte.


7666 :la rechute de Sulustan
Les deux seuls peuples maîtrisant la magie sur l’ile continent vivent de chaque coté des monts bleus. Malgré leurs nombreux contacts, l’incompréhension croissante les pousse finalement à s’affronter.
Connaissant les pouvoirs des uns et des autres, et sachant qu’il ne pourrait y avoir qu’un seul vainqueur, Elfes et Drrabhans utilisèrent des armes de destruction massive. L’une brutale et rapide, l’autre vicieuse et insidieuse.

Les Drrabhans, effrayés par le potentiel de leurs nouveaux voisins, finissent par attaquer les premiers. Ils décidèrent de simplement surcharger en fluide un point du territoire à l’ouest des monts bleus, afin de provoquer une réaction en chaine. L’instabilité ainsi provoquée eut pour conséquence de créer une vague de fluide dont l’orientation et la forme furent en partie contrôlés par les Drrabhans participant à l’expédition. La « bombe » explose sur l’emplacement de l’actuel Terminus. L’expansion de la « déflagration » prend - en grande partie - la forme d’un immense éventail. La Mère de toutes les tempêtes (car c’en est une) qui balaye tout l’ouest de Sulustan, des monts bleus à la mer ne laisse rien sur son passage. La destruction de la quasi-totalité des formes de vie de l’ouest de Sulustan ne pris que quelques jours, le temps que la Mère traverse les plaines de l’ouest avant de se disperser au dessus de la mer. Très rares sont les Elfes qui parviennent à quitter la région. En fait, seuls ceux installés sur la cote échappent à une mort brutale et rapide, les cellules disloquées et dispersées, leur âme projetée dans la dimension des morts. Mais nul ne sait ce que devinrent les trop rares survivants, car aucun d’entre eux ne repris pieds sur Sulustan. De toute façon, il n’y avait plus personne pour les accueillir…
La région n’est plus qu’un immense désert radioactif. La forme imposée à l’explosion par les Drrabhans aura pour - heureuse - conséquence d’épargner la région d’Erakkata. Toutefois, les monts bleus, au nord-est de l’actuel site de Terminus, subirent une hausse sensible de la densité du fluide. La roche de la montagne se gorgeant du fluide résiduel expulsé à l’opposé de la formidable tempête. Cette zone n’attend depuis cette date qu’une étincelle pour imploser. Les væreliens le découvriront à leur dépend.

Avant de disparaitre, les Elfes ripostent de leur capitale avant qu’elle ne soit désintégrée. Bien que moins spectaculaire, la frappe est hélas tout aussi efficace. Cette contre-attaque n’a pas pour but la destruction totale des territoires contrôlés par les Drrabhans, mais simplement de faire place net. Comme à leur habitude, les elfes ayant prévu de se débarrasser des Drrabhans en leur faisant un présent irrésistible (évoqué plus haut). C’est en fait un cheval de Troie version elfique. Mais la bombe, puisque s’en était une, pouvait être déclenché à distance. Lorsque les elfes activent l’artéfact, le niveau de fluide est augmenté brutalement à partir de l’ile formée par les deux bras de l’Obek, où se trouve le siège de la civilisation Drrabhane. Une onde concentrique et invisible balaye la forêt haute en quelques heures. Elle est bien moins destructrice que la Mère des tempêtes créée par les Drrabhans, mais engendre une immense poche de magie glauque. Les Drrabhans qui vivent aux abords de la forêt haute dans la plaine d’émeraude ne seront pas épargnés, même si l’onde a déjà beaucoup perdu de sa puissance. La fréquence choisie par les Elfes a pour conséquence de totalement déstabiliser la réponse immunitaire des cellules des Drrabhans. Une fois touché par le fluide, leur système immunitaire, complètement perturbé, se retourne contre lui-même. En quelques jours, les Drrabhans sont déformés par des tumeurs gigantesques ou se vident de leurs fluides vitaux par tous les pores. Et souvent les deux simultanément. Ils sont alors réduits à l’état de plaie vivante. La mort est longue et extrêmement douloureuse. Les rares survivants s’enfuient vers le nord de Sulustan, au-delà du bras bouillonnant. Du moins ceux qui vivaient dans la plaine d’émeraude. Ils seront à jamais marqués par les stigmates de la bombe elfe. Le pire étant, pour les Drrabhans exilés, la baisse tragique de leur fécondité…
Dans l’ouest de Sulustan tout comme dans la forêt haute, il faudra quelques siècles pour que le niveau de fluide retrouve une densité proche de l’équilibre (cf. (CdFT – VdD 8 ).
Les Drrabhans, sans être omniprésent avaient imposé leur diktat sur les tribus éparpillées de l’est sulustaniens. A leur disparition, les tribus éparses ne reformeront jamais un peuple uni et resterons morcelées survivant de justesse aux effets secondaires de l’attaque des elfes.

7667 - 9775 : Les dommages collatéraux sont sensibles et ramènent Sulustan à l’âge de pierre.
A l’ouest, les rares survivants de l’holocauste forment désormais deux peuples qui évolueront différemment. L’une de ces peuplades s’installera sur les contres-fort des monts bleus et est aujourd’hui connu comme les Bathakis. Certains d’entre eux retourneront dans le nouveau désert en souvenirs de leurs anciens maîtres. Ils prendront le nom d’Hayjonnis. D’autres survivants s’installeront au sud de la forêt d’Erakkata et sur les bords ouest de la baie d’émeraude pour former les Briizs.
A l’est des monts bleus, les Irixiks se réfugient sous les monts granitiques – dont les précédents habitants ont disparus - et développent une grande méfiance, voire une certaine agressivité, envers tous les êtres humains plus grands qu’eux. Dans l’inconscient collectif, les humains sont associés à leurs anciens maîtres esclavagistes.
Les peuples de l’ile-continent évolueront très lentement jusqu’à l’arrivée des Væreliens …

9776 :Naufrage de quelques drakkars égarés le long des cotes sulustaniennes. Il s’agit des « exilés » (les Piorads), compagnons d’infortune d’Ulrik Mennegiss. Ces Piorads débarquent sur Sulustan.
Ces exilés, bien que braves et ne craignant pas la mort, ne sont que des parias incultes. Ils avaient passé leur vie dans les prisons ou sur les galères Væreliennes. Incapables de retourner sur Væriel, incapable d’atteindre Tanæphis, les « Piorads » feront de Sulustan leur nouveau foyer.

9777 - 10099 : Contrairement aux Piorads qui atteindront Tanæphis, les naufragés s’imposent en douceur et se mêlent immédiatement à la population locale, qui par ailleurs est sur le déclin. Les piorads ne sont de toute façon pas assez nombreux pour survivre en restant isolés et encore moins pour se livrer aux pillages et aux mises à sac promis par Ulrik.

10100 : L’empire Værelien découvre Sulustan. Une terre « vierge » - selon les væréliens. Hélas, sans la moindre structure à s’approprier et dont les ressources restent à découvrir.

11077 : La colonisation de Sulustan par les Væreliens se fait de la seule façon acceptable pour eux : une invasion brutale !

11153 : Découverte de gaz naturel dans les marais de brumes. Ils seront rebaptisés « Marais gazeux ». Après quelques années d’études et d’expérimentation, il s’avère que ce gaz peut servir de combustible, notamment pour les nouveaux navires à aubes.

11201 : le Port est terminé. Les entrepôts et les usines vont désormais pouvoir sortir du désert lentement mais régulièrement.

11368 : Au cœur des monts bleus, le sol de la montagne baigne toujours dans le fluide résiduel consécutif à l’attaque des Drrabhans. Les vaereliens inconscient du niveau de fluide présent sous leurs pieds expérimentent une nouvelle arme pour mettre un terme à la guérilla Bathakis. La machine doit permettre d’exposer les montagnards à des doses mortelles de fluide. La machine infernale est le catalyseur de terrifiantes réactions magiques dues au fluide qui volatilisent - ou « engloutissent » selon les versions - une partie de la montagne de Sulustan. L’île de Domm est née… (VdD p 89)

11402 (875 ap Néinnes) Les premiers agents væréliens sont envoyés sur Tanæphis afin de commencer la collecte d’informations précises sur la géographie, les pouvoirs en place et les capacités de résistance du continent.

11478 A l’ouest, à l’est et au nord de la forêt haute, et malgré leur puissance, les væréliens se replient devant la virulence des attaques des tribus sulustaniennes.

11563 (1036 ap Néinnes) Après plusieurs mois d’entrainement dans la forêt d’Erakkata, trois groupes de 4 Elus menés par un Stilfari sont envoyés sur Tanæphis. Leur mission principale est d’explorer les marais des jungles gadhars pour y chercher des sources de gaz naturel. La mission secondaire est de collecter toutes les informations possibles sur le passé, la culture et la magie gadhars.

11579 (1052 ap. Néinnes) aujourd’hui et maintenant. Les premiers tanaephisiens libres ont débarqué sur Sulustan. Ce sont des fusionnés, et ils sont en fuite …

ReadU
Dernière édition par amaelys le 14 Juil 2015, 14:48, édité 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
amaelys
Dragonbellule
 
Messages: 190
Inscription: 15 Juin 2012, 10:11

Messagepar amaelys » 01 Nov 2012, 16:57

Haut

Re: Spoiler - Sulustan - Histoire

Ayo,
Quelques corrections, mises à jour mais cette partie est close maintenant.
ReadU
Avatar de l’utilisateur
amaelys
Dragonbellule
 
Messages: 190
Inscription: 15 Juin 2012, 10:11

Messagepar amaelys » 24 Aoû 2013, 02:07

Haut

Retourner vers Une autre couche de secrets

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron