Un petit compte-rendu de campagne ?

Le jeu où à la fin, t'es vieux...

Un petit compte-rendu de campagne ?

J'ouvre ce fil pour raconter ce que font mes joueurs à ma table Deadline. La démarche peut sembler surprenante, vu que je narre ici une campagne déjà écrite, mais puisque Deadline est une trame avec des gros trous dedans, je pense qu'il peut être intéressant que je présente ma façon de remplir ces trous.

Je pense que je vais donner l'adresse de ce fil à mes joueurs afin qu'ils puissent garder une trace de ce qu'ils ont fait d'une séance à l'autre. Par conséquent :
- merci, si vous intervenez, de ne pas spoiler à tort et à travers. Pour ça, privilégiez le MP ;
- les posts se feront avec un décalage d'une séance : mercredi, nous avons joué pour la seconde fois, vous trouverez donc ci-dessous le résumé de la partie précédente. La raison en est notamment que certaines informations ne sont pas connues de tous les personnages, et que je veux savoir s'ils les partagent avant de les écrire ici ;
- tout sera présenté selon le point de vue des persos. Ainsi, si les PJs croisent un PNJ important juste pour discuter, il sera juste nommé dans le compte-rendu, sans indication sur son rôle dans l'histoire.
Wladoushkoï
Gobelin Lunaire
 
Messages: 17
Inscription: 23 Sep 2010, 07:37

Messagepar Wladoushkoï » 09 Oct 2010, 10:36

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Préambule : les persos.

Je commence par une question à Zill : est-ce normal que Kyle Lostings et Jonas Beckett aient moins d’Aspects que les autres ? Comment les prétirés ont-ils été créés ?

J’ai 4 joueurs (dont 50% de filles, je défie toutes les statistiques !), dont une seule novice en jdr. C’est donc assez naturellement que deux joueurs (les deux garçons) ont choisi de faire leur propre perso.
L’équipe est composée de :
- Mira Beckett, pré-tirée.
- Kyle Lostings, pré-tiré.
- Denis Dacko, fils d’un dictateur centrafricain envoyé à Harvard et « ami de la famille ». Ses principaux traits de caractère sont sa rapidité d’énervement, son alcoolisme et son intelligence. Son plus grand atout est sa connaissance de tout un tas de diplomates soucieux de ne pas se fâcher avec un État très riche en uranium… matériau qui est aussi à la source de la méfiance que Denis ressent à l’égard des Brésiliens en général, ces derniers lorgnant assez ouvertement sur les réserves d’uranium de la Centrafrique.
- Walter Crane, vice-président de la branche Innovation de DynElec (et donc un peu plus vieux que les autres). Spoiler (que mes joueurs ne doivent pas lire) : Il est persuadé d’être l’interlocuteur privilégié de la CIA, avec qui il a déjà signé quelques contrats de commercialisation. J’attends avec impatience le moment où il découvrira qu’il y a toute une branche de DynElec encore plus secrète que la sienne, qui a dix ans d’avance sur la technologie qu’il commercialise.
C’est un ancien ingénieur du génie pharmaceutique, un peu tête-en-l’air.


Episode 1 : 1er août 2035



Les personnages sont présents à l’anniversaire de Michael Beckett, dispersés dans la foule. A noter que je mets en place une fête plus « privée » que dans le LdB : il n’y a notamment ni paparazzi ni foule de badauds à l’entrée de la résidence. Je fais jouer quelques « rencontres aléatoires » :

- Mira est abordée assez tôt par un type trapu en costume avec un chapeau, du nom de Dino Forlani, qui s’annonce comme un ami de Michael. Il la félicite pour sa réussite à l’université et « tenait à se présenter, afin qu’elle sache distinguer ses amis de ses ennemis le jour où elle prendra la tête de la société ». Face à l’incompréhension de Mira, il précise qu’il est dans le domaine de la chaussure. En béton, la chaussure.
- Kyle est lui aussi importuné. Par Warren Goldir (p. 18), qui a de l’argent à placer… pourquoi pas dans la subvention des études de politique d’un jeune étudiant prometteur mais d’extraction modeste, comme Kyle ? Walter passant à proximité, Warren l’alpague pour causer de son problème de « charançons » (cf. ses soucis avec la SEC, p. 18) et de la possibilité d’obtenir un « insecticide spécialisé ».
- Alors que Mira discute avec Denis, John Folks fait son entrée en scène en se collant contre elle. Surprise par ce contact brutal, elle sursaute, mais voyant qu’il s’agit de John, ne lui fait pas de remarque (???). Il leur confie qu’il est en train de suivre discrètement Krystos, le magicien, qui s’absente régulièrement durant la soirée, pour voir si ça ne serait pas en lien avec la rumeur au sujet de Krystos et de la femme d’un sénateur (cf. p. 19). Faire parvenir des preuves d’un tel scandale au mari cocufié pourrait aider John dans sa carrière.

22h finissent par sonner et Michael Beckett monte sur scène, déclame son discours et ouvre ses cadeaux. Le gâteau est apporté en lévitation par Krystos, l’orchestre commence à jouer, Michael redescend dans la foule. Les PJs se retrouvent « par hasard » ensemble à la distribution du gâteau, se font la bise, etc. Soudain, John ressurgit, toujours à la poursuite de Krystos, et bouscule Denis par inadvertance. Ce dernier s’énerve parce que sa cravate est pleine de crème pâtissière, mais John lui glisse une liasse de billets en dédommagement, puis parvient à embarquer les PJs dans sa combine.
Ils se faufilent tous de buisson en buisson jusqu’au lac de la propriété sans perdre Krystos de vue, puis suite à un jet de Discrétion foiré, Mira se prend les talons dans sa robe et dévale la pente jusque dans l’eau. Aussitôt Krystos interrompt sa course et rejoint Walter et Kyle qui sont en train de la sortir du lac, tandis que Denis et John restent cachés derrière leur buisson. Mira décide d’aller se changer, pendant que Walter et Kyle tireront les vers du nez de Krystos.
Brutalement, trois coups de feu retentissent (deux rapprochés, puis un troisième). Les PJs se figent, Krystos s’enfuit en se couvrant la tête de ses bras. Kyle se lance à la poursuite du magicien (qui dira s'être mis à courir par pur réflexe de peur), les autres se ruent jusqu’à la serre qui se trouve juste à côté.
Dans la serre, ils ne mettent pas longtemps à trouver le corps de Michael. Mira s’évanouit aussitôt, alors que Denis est immédiatement sur le qui-vive (1 point de Tension à cause du choc de la vue du corps) et part fouiller les lieux. Walter gère les choses avec un certain détachement et appelle la police.
Denis ne met la main sur aucun indice, mais s’aperçoit qu’il y a 4 entrées à la serre et que le tueur doit déjà être loin. Il revient faire part de cette constatation au groupe, qui vient de réveiller Mira.
Quelques minutes plus tard, les PJs ayant bouclé la scène de crime (de toute façon personne d’autre n’a entendu les tirs), les voitures du CSI viennent ruiner le gazon à grands renforts de freinages brutaux. David MacKenzie, le lieutenant en charge de l’enquête (cf. LdB), faisait partie des invités, mais a été prévenu après le CSI, il arrive donc sous la serre au même moment. Il cause un peu avec les PJs pour savoir s’ils ont touché à quelque chose puis les oriente vers la tente de soutien psychologique qui est installée près de la serre. Assez secoués, les personnages sont très agressifs avec le psy, quand ils ne refusent pas carrément de parler avec lui (Walter et Kyle).
Finalement, les invités se sont massés autour de la serre et les fils Beckett ont été informés de la nouvelle, sauf Thomas qui est mystérieusement introuvable, de même que la tante Susan. Ce sont donc les fils de Michael qui recourent aux services du psy, ainsi que Krystos.
Pendant ce temps, MacKenzie fait remarquer aux PJs qu’ils ont peut-être des choses sur lesquelles ils ne veulent pas que la police tombe et que s’ils veulent les cacher, c’est maintenant ou jamais. Ils me demandent s’il y a un coffre dans le bureau, je réponds que oui et qu’il contient un disque dur privé de Michael. Immédiatement, les PJs s’y rendent. Je leur inflige un point de fatigue (après réflexion, j’aurais dû leur coller un point de Tension).
Dans le bureau, ils trouvent le coffre ouvert sans effraction, vide bien entendu. Après quelques instants passés à se lamenter (grâce à l’appui de John qui fait remarquer que là, c’est vraiment la merde), ils se dirigent vers le poste de garde sur l’impulsion de Walter, ramassant au passage les frères Beckett qu’ils mettent au courant de la situation.
Au poste de contrôle, le gardien est un Noir obèse endormi sur sa chaise, qui est réveillé sans ménagement. Il comprend qu’il a intérêt à faire profil bas et accède aux requêtes des PJs sans rien dire : c’est ainsi qu’ils remontent la vidéo de la caméra du bureau jusqu’au moment où on voit le voleur ouvrir le coffre. Grâce aux caméras, ils suivent son trajet à travers la maison mais le perdent dans le jardin. Walter suggère alors de regarder s’il se passe quelque chose au niveau du parking de la résidence quelques minutes après la sortie du voleur (qui portait une cagoule et l’a ôtée en sortant, révélant son crâne chauve mais pas sa figure). C’est ainsi que les PJs obtiennent l’image de l’Audi des voleurs (garée à l'extérieur mais dans le champ de la caméra) en voyant le cambrioleur escalader le mur. Au passage, le déroulement temporel laisse très fortement supposer que le chauve est bien le tueur et qu’il est passé par la serre entre la maison et le mur.

Au cas où, cherchant des complicités internes qui expliqueraient la parfaite connaissance du malfrat de la disposition des caméras, les PJs vont interroger Krystos, qui est avec le psy de la police. Dans la mesure où c’est Denis qui s’en charge, il fait son « regard de méchant dictateur sanguinaire » et Krystos avoue tout à propos de la femme du sénateur, mais affirme ne rien savoir à propos du meurtre.

Enfin, les persos vont se coucher… jusqu’à un coup de fil qui les réveille une demi-heure plus tard.

La suite au prochain épisode.
Wladoushkoï
Gobelin Lunaire
 
Messages: 17
Inscription: 23 Sep 2010, 07:37

Messagepar Wladoushkoï » 09 Oct 2010, 10:44

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Je vais suivre ton CR avec intérêt. D'autant plus que pour moi Deadline n'est pas pour tout de suite (j'ai un autre truc sur le feu pour encore 3/4 mois). Ce qui fait que quand je donnerai le coup d'envoi de la campagne, ben tu sera pas loin de finir. Je vais pouvoir te piller à mort :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Cocotte-minute
Gobelin Lunaire
 
Messages: 7
Inscription: 25 Juin 2009, 10:51
Localisation: Dijon

Messagepar Cocotte-minute » 10 Oct 2010, 10:11

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Je commence par une question à Zill : est-ce normal que Kyle Lostings et Jonas Beckett aient moins d’Aspects que les autres ? Comment les prétirés ont-ils été créés ?


C'est assez simple, leurs aspects ont été attribués en fonction de leur background. Comme dans la vie, nous ne sommes pas tous égaux :)
"Si ça saigne, ça peut se tuer"
Avatar de l’utilisateur
Zill
Zombie maresqueux
 
Messages: 35
Inscription: 10 Fév 2008, 22:50

Messagepar Zill » 11 Oct 2010, 21:06

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Concernant mon silence, pas d'inquiétude : mes joueurs m'ont planté la dernière fois, je garde donc mon CR au chaud. Je vous donne rendez-vous jeudi pour la suite.
Wladoushkoï
Gobelin Lunaire
 
Messages: 17
Inscription: 23 Sep 2010, 07:37

Messagepar Wladoushkoï » 01 Nov 2010, 23:55

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

En tout cas, moi, je te suis, que je m'en serve ou non, ta façon d'amener les évènements m'inspirera pour ma propre campagne débutée dimanche dernier...
Tu joues à quel rythme ?

Ca t'a pris combien d'heure de séance, la soirée et le meurtre ?

T'as eu du mal à expliquer les règles ?
Moi oui... Même si au final, mes joueurs ont compris le truc en jeu (ont eu du mal avec faille, handicap, défense, jauge 1D 2D... Je suis pas sûper matheux, et très raconteur, du coup, je donne pas assez d'opportunités de tirer les dès. C'est con, parce que je leur fais pas assez de fatigue et de tension)
Siestacorta
Gobelin Lunaire
 
Messages: 16
Inscription: 17 Juil 2009, 01:56

Messagepar Siestacorta » 02 Nov 2010, 13:54

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Chaque post correspondra à environ 3h de jeu (tous les 15 jours).

Quant aux règles, je donne les éléments nécessaires au fur et à mesure. Il n'y a pas encore eu de combat, juste des poursuites et des activations d'Aspects. Plus évidemment des mises de côté de Qualités.
Wladoushkoï
Gobelin Lunaire
 
Messages: 17
Inscription: 23 Sep 2010, 07:37

Messagepar Wladoushkoï » 02 Nov 2010, 14:18

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Nous retrouvons nos héros qui pestent parce qu’une demi-heure de sommeil, c’est insuffisant pour récupérer.

Le coup de fil vient de McKenzie, qui leur annonce que l’Audi du voleur a été retrouvée au bord d’une route à une dizaine de minutes de la villa. Les CSI vont procéder à l’analyse du véhicule, et McKenzie veut savoir ce qu’il doit faire du disque dur s’il le trouve. Les PJs lui répondent de le mettre de côté, et que de toute façon ils arrivent (sauf Mira, parce que la joueuse n’était pas là, qui a de fait à faire son deuil).

À leur arrivée, le disque n’a pas été retrouvé. La scène est la suivante : la voiture a traversé la route et est arrêtée sur le bas-côté gauche, à quelques mètres d’un bosquet d’arbres qui court déjà epuis plusieurs centaines de mètres et continue à perte de vue. De l’autre côté des arbres, il y a une rivière, qu’on peut entendre depuis la route.
Les flics disposent d’une douille avec une empreinte partielle qu’ils vont devoir identifier (cf. LdB). La personne assise à droite (le voleur, donc) a tiré sur son chauffeur, qui s’est apparemment enfui comme en attestent les traces de sang qui mènent, d’après McKenzie, à la rivière (et en ligne droite ou presque). Le chemin ainsi dessiné a été balisé par les CSI, il est important que les PJs ne marchent pas entre les marqueurs.
Walter demande à jeter un œil à la voiture pendant que Kyle et Denis suivent les traces de sang.
Sur une intuition, Walter ouvre le capot après avoir constaté que la voiture est bien vide comme on le lui a dit. Il découvre alors le symbole stylisé d’une hydre, peint sur la face intérieure du capot. En tant que cadre sup de la branche Innovation de DynElec, il est forcément au courant du conflit entre la boîte et le cartel de l’Hydre, je lui fais donc le topo sur le cartel.
Pendant ce temps, Denis et Kyle ont suivi les traces, vu que le débit de la rivière est très élevé, et demandé des torches pour chercher le corps du chauffeur, peut-être encore vivant. Au bout d’une vingtaine de minutes, ils abandonnent et décident de retourner se coucher.

Le lendemain matin, à 7h30, McKenzie les rappelle, toujours en mode audioconférence pour gagner du temps. Il leur révèle l’identité du possesseur de la douille, Hans Stans, et leur dit qu’il s’agit d’un ancien meuwinz qui a quitté l’armée et s’est retrouvé depuis avec un casier long comme le bras. Les PJs lui demandent son adresse, McKenzie leur répond que la dernière entrée dans son dossier renvoie au 123 Chuck Norris St (rah, faites pas chier, je ne sais plus quelle adresse j’ai donnée), dans une banlieue pauvre de Providence.

Denis se rend sur place, habillé en gangsta, pour repérer les lieux. Il découvre qu’ils ont mal interprété le terme de « banlieue » et qu’il s’agit d’un coin plutôt calme, avec des mamans blanches obèses au chômage flanquées de 10 gamins, et des vieux dont la retraite est très faible. Instinctivement, Denis évite une canette de bière qui lui est lancée par un petit grand-père avec une casquette de la NRA. Comme il est colérique, il prend le temps d’aller faire peur au vieux en lui disant que lui aussi possède une arme (et qu’un automatique contient plus de balles qu’un fusil de chasse).
Puis Denis parvient à l’adresse indiquée. C’est une toute petite maison d’une soixante-dizaine de mètres carrés, de plain-pied, avec un petit jardin qui en fait le tour. Le PJ rentre par derrière (la porte de la cuisine n’est pas verrouillée) mais fait grincer l’huis. Aussitôt, une femme demande, depuis une autre pièce : « Kyle, c’est toi ? ». Denis passe la tête à l’angle du couloir, et se retrouve les yeux dans les yeux avec une femme enroulée dans une serviette, dans sa salle de bains. Elle a un mouvement de recul, mais Denis, plein de ressources, explique qu’il est un lointain ami de Hans et qu’il cherche à le joindre. La femme, d’abord surprise (« Tiens, Hans n’est plus néonazi ? »), se laisse embobiner par les réponses de Denis (« Euh, non, pas que je sache. ») et explique que l’Allemand a disparu depuis plus d’un an et qu’elle ignore comment le joindre.
La porte de la chambre voisine s’ouvre alors. La femme ordonne « Non, Kyle, reste dans ta chambre. ». Denis prend alors congé pour ne pas effrayer la femme.

À la villa, Kyle a passé la matinée à faire jouer son réseau pour obtenir le numéro de téléphone d’un autre immigré Allemand chez les meuwinz, Rudolf Schauer, qui a fréquenté Hans. Walter, pour sa part, ramasse des cheveux des différents occupants de la maison pour savoir qui se drogue et aurait pu indiquer au voleur l’emplacement des caméras et le code du coffre (à part Mira, dont on sait déjà qu’elle se drogue, encore qu’il n’exclue pas qu’elle puisse être responsable).

Aussitôt Denis revenu, ils appellent Schauer sur un fixe de la base militaire du Kansas où l’Allemand vit. En réponse aux questions des PJs, il explique qu’il n’a pas eu de nouvelles de Hans depuis plusieurs années, hormis un faire-part pour la naissance de Kyle, le fils de Hans. Cependant il propose de contacter d’autres de leurs amis communs pour aller à la pêche aux infos. Au moment de raccrocher, il demande : « Au fait, vous m’avez dit que vous travaillez pour la police de quelle ville ? ». Sans se démonter le moins du monde, la joueuse de Kyle (Lostings) répond « New York. » et ceci semble contenter Schauer.
Guère avancés, les PJs commencent à envisager de demander à Kyle (Stans) où vit son papa, car pour une raison qui m’échappe encore ils s’imaginent que le gamin a des contacts avec son père à l’insu de sa mère. Denis utilise alors ses relations avec la communauté africaine de New York pour faire surveiller le domicile de Cynthia Stans. Il obtient un coup de main de 24 heures.

Avance rapide au lendemain. Denis reçoit le bilan de ses sbires : il semble que la veille était l’anniversaire de Kyle Stans. Il a reçu un unique cadeau par la Poste, et Cynthia a eu une moue réprobatrice, mais elle lui a donné le paquet quand même.
(À cet endroit, des paparazzi s’infiltrent dans la maison et sont violemment chassés par les PJs, mais je ne m’étends pas sur le sujet car cela n’apporte pas grand-chose à l’histoire)
Les PJs se disent alors qu’ils vont pouvoir remonter l’adresse de Hans grâce au colis (il leur semble logique qu’il en soit l’expéditeur) et, contre toute logique, au lieu de se rendre chez Cynthia, ils font un tour à la Poste pour soudoyer quelques employés. Évidemment, en ignorant tout du colis hormis son destinataire, ils ne parviennent qu’à obtenir le nom de l’expéditeur, « Rudolf Schauer ». Ils ne se laissent pas berner et imaginent bien qu’il s’agit en fait de Hans, mais par acquit de conscience prévoient de repasser un coup de fil à Rudolf.

Ils retournent alors chez Cynthia. Débarquant en pleine journée, ils trouvent la maison vide (mais mettent un moment à comprendre que les vrais gens avec des vrais problèmes d’argent vont bosser, la journée). Ils ont donc le champ libre pour enquêter. Ils mettent la main sur le colis, qui contenait un Action Man meuwinz, et en consultant le menu du téléphone, voient que Cynthia a appelé Schauer la veille dans la journée.
Soudain, un bruit résonne : quelqu’un tourne la clé dans la porte d’entrée. Vite, tout le monde fuit… sauf Walter, imperturbable, qui assiste à l’entrée de Kyle et de sa nourrice, en train de le gronder parce qu’il a oublié son doudou chez lui. Le PJ découvre à cette occasion que le gamin n’a pas 5 ou 6 ans comme tous le croyaient, mais seulement 2. Walter, très calme, demande au gamin s’il sait où est son papa. Kyle répond que non. Walter tente alors d’engager la conversation avec la nounou, mais il n’a pas remarqué (et ce n’est pas faute de l’avoir roleplayé de mon côté) que cette dernière avait sorti son portable et composé le 911 dans son dos (volumineux, le dos, surtout en bas). Elle se met alors à crier dans le téléphone et Walter est contraint de s’enfuir.

Sur le chemin du retour, les PJs croisent plusieurs voitures de police et font profil bas. Ils rentrent à la villa, où ils apprennent que l’enterrement aura lieu l’après-midi (cf. LdB).
Après un coup de fil de MacKenzie qui leur fait remarquer que l’intrusion de trois personnes correspondant à leur signalement a été indiquée dans une maison dont MacKenzie leur a filé l’adresse la veille (et qu’ils seraient bien inspirés d’être plus discrets la prochaine fois), nous procédons à une nouvelle avance rapide jusqu’à l’enterrement.

Les PJs y jouent le rôle de soutien psychologique auprès de Mira, et croisent plusieurs personnes déjà vues à l’anniversaire de Michael Beckett. Dont le mafieux Dino Forlani, à qui Walter touche un mot de la situation : il explique que le groupe cherche un Allemand du nom de Hans Stans, et qu’il serait débiteur de Dino si la mafia pouvait aider les PJs. D’abord abasourdi par ces gens qui proposent spontanément de contracter une dette auprès de lui, Forlani promet de voir ce qu’il peut faire.
L’enterrement est sobre et vite expédié. À la sortie, Denis se souvient qu’il a rencontré Alvarez F (cf. LdB) à l’anniversaire. Il se dit que le dictateur a sûrement des infos sur l’Hydre et lui passe un coup de fil. Alvarez lui explique succinctement qu’il est en Afrique et qu’il ne peut pas parler au téléphone, mais que si Denis se débrouille pour être à Bamako le lendemain à midi, ils pourront causer. Aussitôt, Denis saute dans un avion à destination de Bamako. Une fois sur place, ils rencontre Alvarez et apprend tout ce qui est écrit dans le LdB concernant le Cartel. En échange, il propose au dictateur d’aller se réfugier en Centrafrique. Puis il arrange le coup avec son père (le dictateur en place en Centrafrique, je le rappelle).

Pendant ce temps, les autres se rendent chez le notaire, où ils apprennent que Walter devient DG de DynElec, que Mira en devient Présidente avec 40% des actions, Paul et Jonas (PNJs) en recevant 10% chacun et KKyle 5%. Ils découvrent aussi que Michael avait une dette envers la CIA et qu’il comptait la rembourser en les aidant à embaucher Denis comme agent de terrain.
Pressé, Denis rentre direct à New York (16 heures de vol pour une heure sur place, youhou !), où il retrouve les autres PJs qui ont rappelé Schauer pour avoir confirmation qu’il n’a pas envoyé le colis, mais que c’est sûrement Hans qui a utilisé le nom de son ancien ami pour que Cynthia, en froid avec Hans, donne le paquet à son fils. Et que oui, Cynthia l’a appelé et qu’il lui a dit la même chose. Enfin, Rudolf leur signale qu’il a demandé aux personne susceptibles d’entrer en contact avec Hans de lui faire savoir qu’il devrait arrêter ses conneries.

Malgré toutes les possibilités qu’ils se sont construites (notamment prétendre qu’ils ont enlevé Kyle et faire passer le message à Hans via Rudolf et ses intermédiaires), les PJs ne savent pas quoi faire. Comme ils ont été très proactifs et pleins de bonnes idées durant la séance, je décide de leur offrir Hans : Dino les appelle quelques heures après (à 21h30) et leur apprend qu’il a été contacté par un Allemand qui a des données à vendre au plus offrant, des données qui peuvent nuire à la famille Beckett, en échange d’une protection contre l’Hydre (qu’il vient manifestement de décider de doubler). Dino s’est permis de faire une très grosse offre en son nom. Il a obtenu un rendez-vous avec Stans à 2h30 dans un bar de banlieue et y conduira les PJs.

La prochaine fois, baston ! (et fin du scénar).
Wladoushkoï
Gobelin Lunaire
 
Messages: 17
Inscription: 23 Sep 2010, 07:37

Messagepar Wladoushkoï » 04 Nov 2010, 08:20

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Tu avances ?
J'aimerai savoir 2 trucs : comment tu t'en tires avec les gros chapitres "infodump" de "l''actu cette année-là" et avec l'exposé de la machine à gaz administrative de la FAE ?
Moi, j'ai pas l'intention de développer beaucoup plus que les scénars centraux, je me demande si ça vaut la peine que j'explique tout, ou que je leur fasse un doc de référence...
Siestacorta
Gobelin Lunaire
 
Messages: 16
Inscription: 17 Juil 2009, 01:56

Messagepar Siestacorta » 03 Déc 2010, 08:34

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Toutes mes confuses les plus excuses, mon actualité un peu chargée m'a fait complètement oublier ce CR. Je travaille à rattraper mon retard. Mes joueurs ont pris connaissance de la Deadline, j'attends de savoir comment ils s'organisent pour les semaines qui suivent (et surtout ce qu'ils font du rapport). Pour l'instant ils veulent aller voir Campbell pour lui proposer leur aide dans l'analyse du rayonnement (enfin, l'aide de DynElec).
Wladoushkoï
Gobelin Lunaire
 
Messages: 17
Inscription: 23 Sep 2010, 07:37

Messagepar Wladoushkoï » 03 Déc 2010, 09:02

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Allez, un petit UP :

Le joueur de Denis étant absent, et Walter faisant une remarque un peu cinglante sur l’aller-retour (assez inutile en apparence) de ce dernier à Bamako, le Centrafricain part d’entrée de jeu bouder dans sa chambre d’amis avec une bouteille de champagne.

Les PJs présents se rendent au bar indiqué par Hans, le « 88 Bar », et rejoignent Dino dans une ruelle en face du bistrot. Le mafieux les informe de l’arrivée de Hans il y a quelques minutes. Il attend le signal pour aller récupérer le disque dur. Les PJs lui remettent une mallette avec l’argent demandé afin que Dino n’ait pas à avancer de sous.
Au bout d’une courte attente, les lumières du bar clignotent. Dino descend de voiture et va rencontrer Hans dans le bar. Dix minutes s’écoulent, puis le mafieux ressort, remonte en voiture et allume deux fois sa lampe torche. Bien que ce soit le signal qui indique que l’Italien a bien le disque dur et que Hans les attend, les persos restent dans leur voiture pour discuter de la suite des événements. Dino, de son côté, s’impatiente et actionne sa torche de multiples fois avant que les PJs sortent enfin de la voiture.
Après avoir marqué un arrêt à côté du véhicule du mafieux, pour confirmation du fait que Hans a l’air seul, les PJs se dirigent sereinement vers le bar. Denis n’étant pas là, ils n’envisagent aucunement de se battre et veulent acheter des informations sur les commanditaires de l’assassinat de Michael (ils ont d’ailleurs laissé leurs armes à la maison, seul Walter a apporté du poison).
À l’intérieur, Hans les accueille avec bonhommie, leur proposant tout de suite à boire. De préférence des alcools forts. Tous acceptent et s’installent au bar (Hans reste derrière le comptoir). Au cours de la discussion, les PJs apprennent que Hans a reçu la mission par mail, depuis alvarez.f@hydra.org. Stupeur et tremblements ! Stans précise toutefois que le style des mails d’Alvarez a changé depuis quelques mois, il s’est fait plus direct, moins poli, mais les persos n’en tiennent pas compte. Le mail contenait toutes les informations nécessaires, position des caméras et code du coffre inclus.
Hans est très insistant et leur propose très souvent de remplir leur verre. Cependant il n’a pas reconnu Mira… jusqu’au moment où Walter (qui a l’Aspect « étourdi »), la nomme.
L’Allemand se crispe légèrement et glisse les mains sous le comptoir. Un cliquetis métallique retentit. Instantanément, tout le monde se tait. Mais Kyle finit par calmer le jeu en rappelant qu’ils ne sont venus que pour récupérer des infos. Cette fois, les PJs acceptent que Stans remplisse leur verre. Dès que l’Allemand a le dos tourné, Walter envisage d’empoisonner le verre, mais à cause d’un jet raté, il perd trop de temps à se demander si c’est le bon moment et laisse passer son occasion.
Tous vident leur verre puis les PJs repartent. En sortant, ils entendent « Hé, c’est la fille Beckett ! », et des paparazzis commencent à les photographier. Par réflexe (c’est la deuxième fois en trois jours), les PJs cassent l’appareil photo et s’apprêtent à molester les photographes, mais ces derniers prennent la fuite avec la carte mémoire de l’appareil (ce qui aura une grande incidence sur l’avenir).
Pour finir, les persos disent à Dino, qui n’est finalement pas parti et attendait en renfort pour le cas où, que tout s’est bien déroulé et qu’ils le paieront pour son action ce soir-là.
Le lendemain, grande première pour nos héros : ils doivent participer à leur premier conseil d’administration. Mira suscite d’emblée la méfiance des gros actionnaires, mais en étant plus agressive que ses interlocuteurs et en assurant qu’elle gèrera DynElec « dans la continuité de ce que faisait Michael », elle remonte légèrement dans leur estime. Aux administrateurs qui lui demandent quel est son plan d’action, elle répond que la R&D doit être mise en avant. Walter vole à son secours et ils parviennent à emporter l’adhésion du conseil en proposant de lancer sur le marché les smartphones de 9ème génération avec 6 mois d’avance sur les prévisions, et de profiter de la bonne image qu’ils en tireront pour relancer la recherche sur les implants neuraux, qui stagne un peu depuis que les tests sur animaux ont donné lieu à des accidents handicapants.
Walter part ensuite à la direction financière demander des explications sur certaines opérations estampillées « SB » qu’il a vues dans les comptes de la R&D, et qui font disparaître des millions de dollars de la trésorerie de l’entreprise. Tandis que les responsables financiers planchent sur le sujet, il descend au labo avec Mira pour regarder le contenu du disque dur.
Ils y découvrent un échange de mails entre Michael et l’astrophysicien George Campbell, ce dernier demandant périodiquement des fonds pour sa fondation pour l’enfance et la paix, et se heurtant à des réponses négatives systématiques. Ils mettent aussi la main sur la correspondance entre Beckett et Gengrui Chan, sur l’agenda de Michael et sur un tas de fichiers corrompus (cf. LdB). Ils examinent l’agenda et trouvent le rendez-vous du lendemain avec John Doe, contenant l’adresse du restaurant et des coordonnées GPS, qu’ils imaginent immédiatement être celles du restau. Walter confie alors aux ingénieurs la tâche de restaurer les fichiers, et tous rentrent chez eux après avoir convenu d’aller au rendez-vous avec John Doe.
Le lendemain, à 12h, frais et dispos, les personnages débarquent à New York et s’installent au restaurant. Ils observent des gamins asiatiques qui font le tour des tables en demandant aux parents dont les enfants ont pris des Happy Meal s’ils peuvent avoir leur jouet, quand soudain l’un d’eux s’approche de la table des PJs et y dépose une enveloppe tirée de sous son pull. À peine a-t-il disparu que l’enveloppe se met à sonner. Ils décrochent aussitôt et entendent un Chinois qui leur donne rendez-vous en haut de l’Empire State Building. Ils s’y rendent tout de suite et une fois en haut, s’adossent à la rambarde pour scruter les gens. Kyle repère très vite un Chinois immobile parmi la foule mouvante, et Walter identifie facilement leurs adversaires au fait que ce sont tous des Asiatiques en lunettes noires qui les regardent fixement.
L’un des Chinois vient vers eux et s’accoude à la rambarde, sans les regarder directement. Walter lui demande alors s’il est bien John Doe, et l’autre lui demande pourquoi Michael n’est pas là. Les PJs expliquent rapidement la situation et affirment qu’ils ont toute autorité pour régler les affaires de Beckett à sa place. Le Chinois leur demande alors de lui livrer Gengrui Chan. Les persos répondent qu’ils ignorent complètement où il est et qu’ils ne peuvent pas le retrouver. Le tout en parfaite bonne foi, car ils n’ont fait aucun lien avec les coordonnées GPS. La discussion tourne vite court, et les PJs déclarent diplomatiquement qu'ils vont s’en aller. Au même instant, John Doe fait un signe de la tête et tous ses sbires convergent lentement. Les PJs tentent évidemment de les perdre dans la foule, et Kyle y parvient plutôt bien, mais Mira se fait attraper par la manche. Elle se retourne alors rapidement pour frapper son adversaire, mais ce dernier esquive et réplique d’un coup de statue de l’ESB qui sonne complètement Mira, lui cassant la mâchoire et lui causant une longue entaille sur la joue. Immédiatement, les badauds refluent et la terrasse se vide en un instant. Les Chinois s’éclipsent, laissant les PJs seuls. Ces derniers en profitent pour appeler le 911 et réclamer une ambulance.
À leur grande surprise, les infirmiers qui sortent de l’hélico qui arrive quelques minutes plus tard sont tous très baraqués et agissent avec une rigueur quasi militaire. Ils installent prestement Mira sur un brancard et s’apprêtent à l’installer dans l’hélico quand un homme en costume sort de l’appareil et déclare « Il n’y a pas assez de place pour tout le monde à bord, je vais redescendre avec vous prendre une voiture. ». Il s’agit de John Folks, qui avoue aux deux persos restés sur place (Kyle et Walter) que la CIA avait mis leurs téléphones sur écoute, ce qui justifie sa présence. En effet, il travaille pour la CIA depuis quelques temps, et l’Agence devait savoir quelles informations Michael avait léguées aux PJs. John leur propose ensuite de reprendre la place de Michael, ce que les persos acceptent avec joie. Enfin, les trois hommes sortent de l’ESB sans croiser leurs adversaires.
Dans les jours qui suivent, les PJs apprennent que la CIA n’est pas parvenue à arrêter John Doe, qui a pu fuir le pays en avion ; ils découvrent aussi que la fameuse SB n’est autre que la Shadow Branch, une section secrète de la société, et que certains de ses membres, délégués auprès de DynElec par la CIA, ont été rappelés au sein de l’Agence. Pour conclure, ils apprennent que Denis a été embauché par la CIA en tant qu’agent de terrain.
En parallèle, les ingénieurs DynElec leur annoncent ne rien avoir réussi à faire des fichiers corrompus du disque dur, pas même à les effacer. Au cas où, les PJs décident alors de laisser le disque en l’état et de le conserver dans le coffre-fort de Walter.
Enfin, la question de trouver Gengrui Chan est toujours d’actualité, et en épluchant les données dont ils disposent, les PJs finissent par s’apercevoir qu’ils n’ont pas utilisé les données GPS du RDV. Ils se rendent compte qu’il s’agit d’une petite maison de banlieue, et grâce aux renseignements téléphoniques, en obtiennent le numéro. Ils appellent, et tombent sur Gengrui Chan à qui ils annoncent qu’il n’a plus rien à craindre, et qu’il va pouvoir intégrer DynElec.
Wladoushkoï
Gobelin Lunaire
 
Messages: 17
Inscription: 23 Sep 2010, 07:37

Messagepar Wladoushkoï » 05 Jan 2011, 21:52

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Ah, ça fait 3 mois que je n'ai pas posté... bon, ne vous inquiétez pas, ça finira par venir. Mais sachez d'ores et déjà que la valeur ajoutée que j'apporte au jeu étant minime, je me contenterai de raconter le scénario 2 (que j'ai complètement remanié) pour que vous ayez une version alternative de la révélation de la Deadline. Ensuite, fini.

Fini parce que je ne change plus grand-chose par rapport à l'histoire, vous l'aurez compris, mais aussi fini parce que je ne pense pas finir le jeu. Nous en sommes au scénario... quatre, je crois (celui où les Immémorants apparaissent pour la première fois), et honnêtement, je vais rejoindre les avis mitigés sur Deadline. A la lecture, tout était hyper enthousiasmant, et je suis à peu près sûr que le jour où je voudrai faire de l'espionnage bourrin je reprendrai Mercure. Malheureusement je me fais sévèrement chier à maîtriser ce jeu parce que les personnages, PJs ou antagonistes, sont beaucoup trop puissants. Un exemple : mes joueurs ont capturé Kariakov (OK, mauvais mouvement de ma part, mais dans le feu de l'action...). Apprenant ce qu'ils doivent apprendre en sortant du manoir de Kariakov, ils décident d'aller à l'aéroport en mettant le général dans le coffre de leur 4x4. Histoire de pimenter un peu le jeu, je fais intervenir un policier un peu tatillon, qui vient tenter de les arrêter parce que les scanners ont révélé le passager dans le coffre (en plus du PJ qui s'est pris une grenade dans le dos et qui gémit allongé à l'arrière du véhicule). Les PJs agissent habilement et parviennent à prouver qu'ils sont de Renseignement. De mon côté, j'aimerais bien faire s'enfuir Kariakov, mais :
- s'il se barre en courant et qu'il disparaît alors qu'il est menotté, ça fait "script du meujeu vexé" ;
- s'il use de son influence pour se faire libérer, c'est pas mieux ;
- si les PJs l'interrogent trop (bon, heureusement, ils ont d'autres choses à faire), il a des tas d'informations à leur livrer et avec leur réseau, les PJs vont forcément être en mesure de réclamer des promotions hyper importantes et ils n'auront plus trop de raison de suivre la campagne.
Ce genre de situations récurrentes m'agace, et je vais essayer de convaincre mes joueurs de tout régler lors du scénario suivant (après tout c'est celui où on découvre les informations sur la Deadline restées secrètes, pour peu qu'ils réfléchissent un minimum ils pourront tout plier à cette occasion).

En outre, l'idée de jouer sur 50 ans était amusante, mais dans les faits, 3 jours tous les 10 ans, c'est peu intéressant. Au contraire, je pense que Mercure est tout indiqué pour jouer des scénarios de type 24h Chrono, où les PJs n'ont même pas le temps d'aller faire pipi et doivent sauver le monde en moins de 36 heures.

En conclusion, voilà, j'apprécie l'effort de Zill, l'expérience valait le coup d'être tentée, mais je n'ai clairement pas le niveau en tant que MJ.
Wladoushkoï
Gobelin Lunaire
 
Messages: 17
Inscription: 23 Sep 2010, 07:37

Messagepar Wladoushkoï » 06 Avr 2011, 13:14

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Raaah, la peste soit de ma flemme, je ne parviens pas à retrouver l'ordre des événements qui se sont déroulés. Aussi vous livré-je la façon dont j'ai procédé pour que la Deadline soit révélée quoi qu'il arrive (attention, ça spoile à mort) :

En lieu et place du scénario prévu, une fois que John Folks a remis aux PJs le disque dur qu'ils doivent garder pour lui, j'ai fait intervenir un agent fédéral de la NSA, Calvin Klein, qui vient de capturer Hans Stans, que les PJs avaient laissé vivant (par là même, je me suis offert une occasion de leur montrer que leurs actions ont un impact d'un scénar à l'autre). Stans a négocié une remise de peine contre des informations, et il a raconté qu'à l'occasion de son entrevue avec les PJs (les photos sont aisément trouvables dans n'importe quel magazine people de l'époque vu qu'il y avait eu des paparazzis à la sortie du bar en question, les PJs avaient même eu une altercation avec eux), il leur avait vendu un disque dur contenant des informations sur DynElec et Mike Beckett. Le disque, souvenez-vous, contenait des informations personelles, une copie de son agenda électronique, quelques échanges de mails avec George Campbell et Gengrui Chan, et un tas de fichiers corrompus suite, apparemment, à une tentative ratée de les supprimer.

Pour la sécurité de l'état, vu que l'Hydre voulait ce disque, Calvin Klein voulait y jeter un oeil. Après moult tergiversations, les PJs lui ont donné : John Folks, contacté par les persos, estimait qu'il n'y avait rien de risqué à livrer ces infos obsolètes et personnelles à la NSA, et ils étaient un peu obnubilés par le décryptage du disque de Folks (de ce côté-là, ils ont très vite découvert le rapport de Campbell sur la Deadline). De cette façon, Calvin Klein a pu accéder aux fichiers cryptés du disque de Mike Beckett, et notamment une étude préliminaire de George Campbell, envoyée à Beckett pour obtenir des fonds pour le satellite d'observation du rayonnement cosmique. Il est donc allé directement s'entretenir avec Campbell, qui a été trop heureux de tout lui raconter, et, lorsqu'il est devenu clair que les joueurs n'allaient pas en parler, Calvin Klein n'a plus eu qu'à rapporter l'histoire aux journaux, tiraillé par sa conscience qu'il était.

Évidemment, pour que ceci fasse crédible, il a fallu que je fasse intervenir Calvin Klein régulièrement dans la vie des PJs, pour qu'ils sentent bien qu'il enquêtait sur l'affaire. Notamment, à un moment, lorsqu'il était imaginable qu'il possédait le rapport préliminaire mais qu'il n'était pas encore allé voir Campbell, il est allé voir Folks, qui faisait partie des destinataires du rapport préliminaire (pour les raisons qu'on sait), pour lui demander des précisions sur l'histoire, et John, en réaction, a passé un coup de fil aux PJs pour leur demander si son disque était en sécurité, parce que Klein le voulait mais qu'il était hors de question qu'il l'obtienne. Ce qui a incité les PJs à fouiller le contenu du disque dur de Folks.

En parallèle, les PJs ont fait décrypter les deux disques (celui de Beckett et celui de Folks), et devant la situation, sont allés s'excuser platement devant Campbell et lui proposer plein d'argent et la coopération de DynElec. Mon moment préféré dans cette campagne :mrgreen: .
Wladoushkoï
Gobelin Lunaire
 
Messages: 17
Inscription: 23 Sep 2010, 07:37

Messagepar Wladoushkoï » 02 Mai 2011, 20:39

Haut

Re: Un petit compte-rendu de campagne ?

Allez, à vous les studios !
Wladoushkoï
Gobelin Lunaire
 
Messages: 17
Inscription: 23 Sep 2010, 07:37

Messagepar Wladoushkoï » 02 Mai 2011, 20:44

Haut

Retourner vers Deadline

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron