Vos personnages, vos factions

Une fine métaphore dystopique martiale

Re: Vos personnages, vos factions

Ah, et au passage (désolé pour le double post), j'ai déjà cédé au démon de l'écriture de background pour mon perso principal, si ça peut interesser quelqu'un (on ne sait jamais...)

JOSEF « DOC » MANHEIM
Né le 18 décembre 1930 à Munich, fils d’un professeur de psychologie et d’une laborantine bavaroise, Josef Manheim démontra très tôt des dispositions pour les sciences et la médecine. Après de brillantes études, Manheim fut placé dès 1953 dans un laboratoire de Düsseldorf sous les ordres du professeur Dieter Strauss, éminent spécialiste de la question Ubermenschen, lui-même sous les ordres de Vitus K.Poelzig.

Manheim eut l’occasion de constater par lui-même les pouvoirs de ces êtres à part, ainsi que les différents états pathologiques liés à leur condition : aphasie, catatonie, schizophrénie, psychopathie... Il développa envers eux une sorte de malaise incontrôlable qui conduisit à sa demande de mutation en juin 1956. Le docteur Strauss, voyant partir un chercheur encore tout jeune et plein d’avenir, fit en sorte que Manheim soit envoyé dans une unité bien plus traumatisante encore, afin de l’en dégoûter et de lui proposer un retour à son ancien travail aussi vite que possible.

Manheim entra sous les ordres du Colonel Kurt Weissenback en novembre 1956. Sa tâche, aussi révoltante soit-elle, était de faire parler quiconque lui était présenté en utilisant au mieux sa connaissance du corps humain et de ses points de pression. Manheim tortura donc durant de longs mois des dissidents du NeuReich, des révoltés polonais, des prisonniers de guerre russes, des déserteurs, des suspects, des indics, des enfants, des témoins, des innocents et quelques coupables… En février 1958, Manheim tenta de fuir le NeuReich et de rejoindre l’Angleterre afin de pouvoir enfin pratiquer la médecine d’une manière positive. Il fut intercepté à la frontière et passa en court martiale. Suite aux amendements des « 14 Résolutions pour le Neureich », votées en 1956 et prônant l’exclusion voire l’extermination des couches de la population jugées « indésirables » et « non-productives », Manheim fut condamné à l’exil dans WarsaW, un substitut commun à la peine de mort. Il fut placé de l’autre côté du mur le 12 avril 1958 avec une gourde d’eau potable, un masque à gaz en piteux état, trois jours de ration et un Luger P08 chargé d’une seule balle….

Josef Manheim découvrit alors la cruelle réalité de ce côté du mur : en quelques heures il fut mis à mal par trois pillards, qui le dépouillèrent et le laissèrent pour mort. A son réveil, il n’eut d’autre choix que de récupérer les haillons d’un cadavre à moitié enseveli et de se terrer pour éviter bombes, balles perdues, vents toxiques et blutgeisters. Après 48 heures dans Warsaw, Manheim regretta de ne plus posséder l’arme chargée. Le docteur n’aurait pas survécu à ces trois jours s’il n’avait rencontré Ernst Charitanov, le leader d’une faction locale de l’ouest de Warsaw, en patrouille dans la zone sinistrée où se terrait Manheim, affamé et réduit à boire l’eau de quelques rares flaques.

Charitanov l’emmena jusqu’à l’ancienne aciérie transformée en quartier général et utilisa leurs rations pour le remettre en état. Les connaissances médicales de Manheim furent très vite utiles aux membres de la faction qui accèptèrent de le garder parmi eux. Manheim se révéla un allié précieux, prompt à proposer ses services en dehors de l’abri et capable de survivre aux engagements armés, sans pour autant être un foudre de guerre. Bien accompagné, le « Doc » Manheim traversa ainsi Warsaw de long en large. Un jour de novembre II 1963, alors qu’il revenait de faire du troc dans la sous-ville de Bielany, accompagné de Jakub Bronislaw, Vladimir Trusik et Demitri Leibovitz, ce dernier repéra la fumée montant de leur camp de base…
Une colonne de Stakhanovs, selon toute vraisemblance, avait réduit en cendres leur demeure et sans doute beaucoup de leurs amis. Les quatre survivants reprirent la route de l’est en espérant rejoindre au plus vite la plus proche faction alliée pouvant encore les accueillir.


Voilà: l'idée de base étant que la faction que je vais trouver sera celle de mes autres camarades PJs. je ne sais pas encore si Bronislaw et Trusik vont survivre (et devenir des troupes de la faction) ou mourir en chemin, ça reste à voir... Pour la première partie, je suppose qu'on va imaginer un début à deux pour justifier la rencontre de nos persos. Ca va être miam miam, de la bunga bunga intellectuelle!
Reed
Gobelin Lunaire
 
Messages: 15
Inscription: 22 Nov 2011, 17:14

Messagepar Reed » 23 Nov 2011, 18:01

Haut

Re: Vos personnages, vos factions

J'aime bien, c'est assez cohérent. Seul truc bizarre, c'est que le type soit exilé à WarsaW et qu'on lui file des ration et un flingue. Puisqu'il sagit d'une condamnation à mort officieuse, je ne comprends pas pourquoi leneuireich prendrait cette peine là.
Enfin, background qui tien la route à mon goût.
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 24 Nov 2011, 15:19

Haut

Re: Vos personnages, vos factions

Mmm... je voyais ça genre "tiens, voilà de quoi bouffer 3 jours, histoire de tenir un peu pour avoir le temps de bien regretter d'avoir essayé de te barrer et quand tu auras bien pleuré d'avoir fait le mauvais choix, il te restera toujours ta balle. Allez maintenant va mourir, ducon."

Mais je suis un petit pervers...
Reed
Gobelin Lunaire
 
Messages: 15
Inscription: 22 Nov 2011, 17:14

Messagepar Reed » 24 Nov 2011, 15:41

Haut

Précédente

Retourner vers WarsaW

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron