L'encyclopédie WarsaW

Une fine métaphore dystopique martiale

L'encyclopédie WarsaW

Bonjour à tous.
Dans le but de toujours faire vivre le jeu et faciliter la besogne des MJ(et aussi pour maintenir en vie le forum), je propose aujourd'hui une nouvelle aide de jeu, bien qu'il sagisse plus d'une source d'inspi et d'un ajout pour étayer un peu le background du jeu.
Une fois encore cet ADJ proposera des éléments de background déduits du livre de base pour attayer son univers et ajouter du contenu. Les auteurs ont le droit de veto sur toute invention qui leur semble en désacord avec le jeu.
De plus cette encyclopédie est ouverte et chacun peut y participer.
Je traiterai dans ce topic de sujet sur la vie à WarsaW par des textes résumant des sujets de façon thématique. Voilà le premier.

Alimentation:

Dans WarsaW chercher à s'alimenter est sans doute l'une des préocupations principales des populations réfugiées. C'est même pour certains LA préocupation permanante. En effet, si dans certaines guerres l'état distribuait des rations au compte goutte, ou on pouvait encore élever du bétail en campagne, à WarsaW vous êtes livré à vous même.
Bien que certaines ruines de la ville soient à l'abandon et que la végétation y repousse, il est quasiment impossible d'imaginer une agriculture au coeur de la ville. Les dallages au sols ainsi que les bombardements voir l'utilisation de gaz toxiques est de plus en plus courante, excluent la posibilité de pouvoir cultiver des patates ou des bettraves en plein air.
A WarsaW les cultures se font souvent sous serre dans des caves. à l'aide de terre et d'engrais improvisés (parfois un compost) d'un systême d'éclairage permanant, certaines communautées arrivent à faire pousser quelques champignons, céréales ou encore des racines. En général on se sert de barrils metalliques vides que l'on coupe en deux dans le sens de la hauteur. On obtient alors deux récipients que l'on remplit de terre après les avoir perforés en leur fond pour évacuer l'eau. Selon les moyens, les communautées utilisent des lampes puissantes, ou des ampoules de phares de véhicules volés pour générer un éclairage artificiel. Certaines communautées ont même le moyen de s'acheter des tubes néons et des des systèmes de minuterie permettant de simuler les cycles solaires et les saisons.

L'arrivée de l'erbrochen en 1947 à révolutionné le quotidien des réfugiés, même s'il a fallu attendre 1951 pour que sa culture se répande dans la ville entière. Avec la pomme de terre et le blé importé clandestinnement, l'erbrochen est le végétal plus courant dans les gamelles.

La viande elle aussi, est appréciée. La plus courante reste le porc suivi de près des volailles et des lapins.
Elevés dans des enclos spéciaux à l'intérieur des batiments (parfois à l'exterieur, dans les zones perrifèriques de la ville) les cochons assurent souvent de quoi s'alimententer dignement. Selon les moyens, les communautées permettent au porc de s'alimenter correctement et de vivre dans des enclos spacieux et confortables, même si cela reste rare, cela garantit une meilleur qualité d'élevage. Il est plus simple d'élever des volailles dont les plumes peuvent faire des duvets, et qui peuvent pondre des oeufs riches en protéines.
De plus les poules offrent l'avantage de prendre moins de place et on peut en élever facilement en grand nombre.

Certaines communautées vivent uniquement de pillages et, incapables de créer leur propres ressources vivent en volant celles des autres.D'autres factions sont alimentées par des communautées en échange d'une protection.Certaines communautée servent parfois même de nourrisses pour les stations alentours.
Dans les zones les plus hostiles et les plus pauvres de WarsaW l'élevage fait place à la chasse et au chapardages.
Ainsi chaque jour des hommes et des femmes prennent le risque de sortir de leurs abris et de mourir pour aller poser des pièges à rongueurs à l'extérieur ou encore ramasser les rations militaires des soldats morts.
Le rat est une viande assez fréquente à WarsaW, capturé avec un chat ou des pièges il forment une source de protéine facile à attraper et on en trouve de partout dans la ville. Si cet aliment peut en dégouter plus d'un, rares sont les réfugiés qui n'en n'ont pas mangé au moins une fois dans leur vie à défaut de provisions.
Il existe de deux façon de cuisiner le rat. La première consiste à le dépecer puis retirer la tête et la queue enfin retirer les entrailles et faire cuire le reste, puis le manger en brochettes. La seconde dite "polnyi" ou "en entier" en russe consiste à retirer rapidement la peau à l'aide d'un couteau, puis de faire cramer le rat dans les braises. Littéralement carbonisé l'intégralité du rat se mange, même les os! mais il perds en valeur nutritive.
Certaines communautées élèvent également les chiens ou les chassent pour les manger.
D'autres communautés, vont carrément jusqu'a manger les cadavres apres les avoirs fait cuire. "vous pourez dire c'ke vous voulez, il y aura toujours plus à bouffer dans une cuisse d'homme que sur ce mulot"
Evidemment la consomation de rats, de cadavres ou encore de mutants s'avère parfois dangereuse puisqu'ils véhiculent un bon nombre de maladies, de poussières radioactives ou toxiques.

On peut souvent évaluer le niveau de vie d'une communauté au aliments qu'on y mange. L'élevage de cochons prouve une certaine prospérité ou une faction nombreuse. les factions mangeants du rat sont au contraire souvent plus démunies.
Il existes bien d'autres denrées comme les fruits secs, le chocolat,les produits laitiers, le sucres, le café... la plupars sont des trésors obtenu grace à la contrebande et les raiseaux exterieurs.

Quelques plats fréquents à WarsaW:
-Le porc grillé, souvent fumé et roti sur la braisse ou les flammes le porc grillé est un plat assez courant dans les zones dévellopées.
-La prükna, sorte de bouillie de céréales (orge ou blé) et d'erbrochen assortie d'épices et de morceaux de lard. On la fait cuire à feu doux avec un peu d'eau au fon d'une casserole. Certains étale ensuite cette purée sur une plaque pour en faire une sorte de fouguace.
-Le rat noble, variété de rats assez gros (mutation due au radiations) que l'on nourrit quelques mois avant des les tuer. Cuits dans la graisse de porc et salés ils sont souvent aussi bon que le porc.
-Les galettes, faites à base de céréales elles remplacent le pain et viennent accompagner de nombreux plats.
-Le smolyatouva ( du nom d'un célèbre contrebandier Igor Smoliatov qui a alimenté plusieurs quartiers de la ville en lançant un raiseau de vente d'erbrochen en 1948) il s'agit d'un erbrochen bouilli en morceaux et assaisoné, on y ajoute ensuite des oeufs grillés. Il existe une autre sorte de smolyatouva selon les zones, dans laquelle l'erbrochen est accompagné de pommes de terre et de morceaux de poulet sèchés.
Quelques expression en rapport avec la nourriture.
"Etre bien lardé" "Etre cochonisé" en parlant d'une communauté, d'une faction ou même d'un individu signifie qu'il/elle à un niveau de vie correct à WarsaW, en référence au groupes ayant les moyens d'élever des porcs, ce qui à WarsaW est un peu un luxe du pauvre."Le vieux médih est revenu de la station miarskyzwonie, bah dit toi qu'il sont sacrément cochonisés là bas"

"Ne pas y voir, la pousse" se dit d'une culture sous serre qui se révèle infructueuse."tu ferais mieux d'aller prendre tes champignons chez les gars de la zone Niarasy, ceux de Sankow n'y voient pas la pousse."

"Plomber un plat" y rajouter de la chair humaine pour le rendre plus nourrissant et lui donner d'avantage de consistance. Le vieux Piotr a canné la nuit dernière je soupçonne le chef de la faction d'avoir plombé nos gamelles. ça expliquerai le rab de ration aujourd'hui."

Voilà, je pensais en faire d'autres ce soir mais je suis crevé je continurai demain promis.
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 22 Jan 2011, 01:36

Haut

Re: L'encyclopédie WarsaW

J'adore ! Bravo pour cette immersion. Très impressionnant. :D
"Qui contrôle le présent contrôle le passé, qui contrôle le passé contrôle l’avenir" ~ Georges Orwell.
Avatar de l’utilisateur
Julien H
Bête des profondeurs
 
Messages: 200
Inscription: 05 Nov 2007, 12:11
Localisation: Warsaw

Messagepar Julien H » 22 Jan 2011, 11:33

Haut

Re: L'encyclopédie WarsaW

+1 :shock:

J'avoue n'avoir pas vraiment songé à la bouffe jusqu'à présent, ça va vite amener un réseau d'interaction entre une faction et son environnement.
Avatar de l’utilisateur
Bismuth
Loup des enfers
 
Messages: 76
Inscription: 25 Nov 2009, 14:25
Localisation: Belgique

Messagepar Bismuth » 22 Jan 2011, 11:41

Haut

Re: L'encyclopédie WarsaW

Heureux que cela vous plaise je continue sur ma lancée.

Les loisirs:

Quand on passe son temps à essayer de survivre, il faut rentabiliser au maximum chaque minutes afin de d'allonger son esperence de vie. Cela dit, à quoi bon survrivre si on ne prends pas un minimum de plaisir à vivre?
A WarsaW comme partout ailleurs les gens jouent,Les occasions sont rares car il est toujours préfèrable de mettre son temps à contribution et être productif.Aussi dans le monde difficile de WarsaW, le quotidien est un tel enfer que la moindre réjouissance aussi minuscule soit elle met du baume au coeur des survivants. La fin d'un rude hiver,une réparation achevée, un parachutage, une musiques passant à la radio... toute nouvauté capable de briser la routine monotone est appréciée.Parfois, les varsoviens s'amusent, pour oublier leur soucis et donner une étincelle à leur vie.
Faute de moyens, les divertissements les plus attendus restent les fêtes.
Il arrive à de rares occasions, mais souvent attendues avec impatience, que certaines factions ou communautées se réunissent clandestinement dans des lieux secrets que seul le bouche à oreille permet de connaitre. En général les gens se regroupent dans un vieux batiment abandonné ou un souterrain, il est rare que des communautées laissent entrer des étrangers sur leur territoire même pour des fêtes par soucis de sécurité.Difficiles à organiser et souvent annulées en raison de la guerre qui fait rage, les fêtes sont souvent courtes leur début et leur fins sont annocées par un fifrelain chargé de clore les festivitées en sonnant du fifre. En effet, il est difficile de faire la fête longtemps sans finir par attirer l'attention.
A la fête tout le monde se réunit, enfants, réfugiés, saltimbanques, magiciens et artistes en tous genre. On y danseet on y chante des chants populaires souvent en polonais. On organise des loteries ou l'on perut gagner un porc, un fusil, du bois, de la vodka pour se chauffer ou des bricoles... Des musiciens en profitent pour gagner un peu d'agent en jouant des airs parfois oubliés ou éffacés par la barbarie des deux camps, faisant emerger chez les plus anciens la nostalgie des anciens temps.

Pour les plus grandes d'entre elles, il existe de nombreux jeux de foire comme le tir à la cordre ou les factions s'affrontent.les jeux de balles. Les courses de rat. Les combats de chiens ou l'on parie des munitions. Mais il y a aussi des foires au monstres où l'on exhibe des mutants, des animaux à deux tetes, des blutgaisters, parfois même des assilikis.
De nombreux vendeurs itinérents profitent de l'occasion pour essayer de vendre leur produits, souvent des confiseries ou des beignets d'erbrochen au sucre pour les enfants.
Les chefs de factions profitents de ces rares occasions pour recruter des nouvelles recrues ou embaucher des mercenaires.
C'est aussi l'occasion de se réunir pour se transmettre les informations et rumeurs d'une faction à l'autre, pour se tenir au courant.Les contrebandiers annonces les futures marchandises qu'ils font importer et prennent les commandes.
La prostitution est souvent présente, et en échange de quelques zlotys ou autre denrée, ces dames vous vendront leur corps quelques heures.
Hors des fêtes, les gens jouent beaucoup au cartes ou au jeux de douilles (sorte d'echecs où les douilles servent de pions) on joue de la musiques grace à des pipeaux ou des ocarinas de fortune. Certains récupèrent des douilles d'obus qu'ils transforment en tambours ou en tabourets qu'il ornent.
Les gens à WarsaW sont de grands amateurs de lampions et de lanternes de papier colorées. Selon la soirée elle embeaument les pièces d'un lueur douce et colorée.Si on évite de les sortir en pleine nuit ce qui attire les bombes, on les allume dans les tunnels et les. On s'en sert aussi pour signaler les limites de son territoire, ou pour signaler les zones blutgeister(seules occasions où on eclaire l'exterieur)
Les enfants jouent avec ce qu'il trouvent, et leur inventivité les amène à crer d'innimaginables machines. DEs figurines de robots à l'aide de boites de conserves et de fils de fer, des poupées tissus bourrées au gravats, ou encore des chars faits sur des brouettes!
Les adultes eux écoutent la radio surtout Strazsnicy la fameuse radio clandestine qui commence à se tailler une belle réputation chez toutes les populations non militaires de WarsaW. Qui plus est écouter la radio permet de se distraire tout en travaillant.
Les rumeurs racontées au pres du feu au son de la guitare son légions à WarsaW. Certains aèdes sont tellement talentueux qu'on leur offre un lit pour la nuit en échange d'une belle histoire.
Dernière édition par deux quatre deux le 11 Fév 2011, 00:55, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 22 Jan 2011, 15:27

Haut

Re: L'encyclopédie WarsaW

Moins convaincu par celle-là, ça fait trop fête foraine à mon goût.
Trop d'imprévus potentiels pour ne serait-ce qu'oser organiser un truc pareil.

Limite dans un quartier occupé et loin des zones de conflits; les gens qui se réunissent à la distillerie du coin, quelques-uns qui sortent des vieux instruments.
Ou alors organisé par les soldats, à l'occasion d'une fête nationale, avec la participation (forcées ou pas) des civils.

Pour moi, dans un contexte tel que celui de WarsaW, le moindre petit plus est motif de réjouissance : un dîner avec des légumes frais, une bonne affaire, un rétablissement, la fin de travaux, une naissance, etc. donne lieu à une modeste célébration (genre on ouvre une bouteille et on profite au maximum du moment présent); et donc pas la peine (ni les moyens) d'organiser quelque chose de plus gros qui demanderait une longue préparation et des privations en prévision.


(note que c'est facile de critiquer quand on a rien fait, donc encore une fois Well done pour ton job !)
Avatar de l’utilisateur
Bismuth
Loup des enfers
 
Messages: 76
Inscription: 25 Nov 2009, 14:25
Localisation: Belgique

Messagepar Bismuth » 22 Jan 2011, 16:02

Haut

Re: L'encyclopédie WarsaW

En fait je pense que les fêtes et leur organisation dépends fortement du niveau de dévellopement d'une zone. et de son niveau d'occupation. Je te rejoins sur ce point, il est quasi inconcevable d'envisager de tels évements en zone occupée ou en zone de guerre. Ce genre de foires n"ont lieux qu'en lieu surs surtout dans des souterrains. Qui plus est elle ne nescessitent que peu d'organisation. Il s'agit plus d'une fête des voisins où chacun viens avec ses spécialitées dans le but de se faire connaitre et d'étendre son commerce et son traffic. ces fêtes sont autant divertissantes que lucratives. Dans un contexte comme WarsaW il faut d'avantage immaginer des marchés noirs animés dans une veille cave souterraine en zone neutre. Qu'un marché ouvert en pleine rue. Qui plus est ces évenements reste rares et ne réunissent rarement d'avantage de 150 personnes pour les plus grosses.
A l'exeption des zones vraiment à risques les communautées ne peuvent vivre de façon indépendante. Il y a un commerce et des compétitions. Grace à la station de radio Strazsnicy, les fédérations interfaction,les alliances commerciales et politiques et l'émmergence zones neutres ce genre de rassemblements me parrait largement envisageable.
Qui plus est tout le monde y trouve un interet Les factions les plus puissantes peuvent parrainer ces foires et ainsi gagner en pouvoir en fédérant des communautés, les contrebandier peuvent y faire commerce avec des marchends venus de tous les horizons, les simples habitants des ruines peuvent espèrer y vendre leurs maigres biens pour se nourrir, les factions engagées peuve profiter de ces rencontres pour recruter leur futurs partisans... (puis avouons le scénaristiquement ça offres pas mal de possibilitées pour le MJ)

Mais je pense que cela dépends de l'échelle festive, il existe bel est bien des petites fêtes ou plutot des soirées au sein même d'une seule communauté pour feter la reconstruction du grillage, ou un parachutage de provisions par exemple.chaque occasion de faire la fête est saisie et célèbrée piètrement selon le niveau de vie.
Comme tu l'as si bien dit.

Je n'aime pas trop relativiser dans mes argumentations, mais je pense que cela dépends du lieu et des zones.
Je suis aussi carrément d'accord quand tu dis"le moindre petit plus est motif de réjouissance : un dîner avec des légumes frais, une bonne affaire, un rétablissement, la fin de travaux, une naissance, etc. donne lieu à une modeste célébration (genre on ouvre une bouteille et on profite au maximum du moment présent); "
C'est aussi mon point de vue. Dans un univers aussi noir la moindre chance qui vous sourit est une manne dont tout le monde se réjouit et les exemples cités sont évocateurs des joies quotidiennes que peuvent rencontrer les civils.
Mais il ne sagit pas pour autant de loisirs ou de divertissements (peut être au sens Pascalien du terme).
Cela dépends aussi du niveau survival que l'on donne à WarsaW. Même si la mienne est hardcore survival, elle ne peut exclures les fêtes "interfactionnales" même si elles demeurent rares.
En fait je suis plutôt d'accord avec ce que tu as dit
Ca reste des pistes ouvertes, et non obligatoires.
N'hésitez pas si vous avez d'autres points qui vous chagrinent, je pense qu'au contraire les critiques sont utiles car elle permettent de confronter nos interprétations du jeu , d'où l'interet du forum.
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 22 Jan 2011, 20:56

Haut

Re: L'encyclopédie WarsaW

Cadavres:

Comme le disais Jean-Gustave Saboisier un célèbre poète français engagé dans la lutte pour une Varsovie libre, "de toutes les villes ayant existé en ce monde, je n'en ai connu d'aussi triste, agonisante et funeste que WarsaW. Cette ville des morts est le véritable cimetière de l'Europe!" .
La ville martyre a effectivement vu durer 50 années de guerre quasi continue. Aussi il est parfois difficile d'immaginer comment la vie des rares survivants peut encore demeurer au coeur des décombres.
Les corps des morts jonchent les rues et les places. Des cadarvres de partout.
Les Varsoviens n'ont eu d'autres choix que s'y habituer. Soldats, résistants, civils, enfants, veillards.... S'il y a bien une forme d'équité à WarsaW c'est dans la mort. Certains cadavres datants du début du conflit font parfois emergence au milieu d'un cratère d'obus fraichement creusé. Malgrès l'empreinte importante de la religion catholique, les varsoviens ont du se résigner à enterrer leurs morts et à prèfèrer la crémation. Il reste difficile de se débarasser des cadavres. Les "nécrophores", c'est ainsi que l'on appelle les hommes stipendiés, ceux que l'on charge de détruire les corps. Il s'agit des rares individus que personne n'agresse en raison de leur role qui profite à tout le monde. maigrement payés ces fantomes à l'allure étrange, vétus de caches poussières et de lunettes de tankistes arpentent les rues avec une brouette et chargent les corps et les incinérent, en quète d'une récompense insignifiante.
Les squelletes parcourent les ruines, partout où l'on pose le regard, on assiste à une nature morte. L'idée de la mort est omniprésente. Aussi la vue permanante des maccabés à sensiblement changé la vision de la mort des varsoviens. Loin d'en écarter la tristesse causée par la perte d'un proche, la mort c'est banalisée d'une certaine manière dans les esprits.
D'ailleurs l'état de survie permanante des populations, les a ammené a admettre le fait qu'ils peuvent mourir du jour au lendemain, faire le deuil d'une personne que l'on aime est une expérience quasi innévitable dans WarsaW. On s'éfforce de l'enseigner au plus jeunes, surtout au nouvelles générations d'enfants afin de mieux les préparer au futur.
Surtout difficile pour les plus anciens ayant connu la paix, la "mort au jour le jour" est une nouvelle doctrine qui s'est peu à peu installée dans la vie de chacun.
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 11 Fév 2011, 01:47

Haut

Re: L'encyclopédie WarsaW

Tract trouvé après leur passage dans un marché :
Les adultes ont fait de Warsaw un enfer total, les enfants sont tués, mis en esclavage, martyrisés, abandonnés. Alors une seule solution vivre entre nous, ne plus faire confiance aux adultes, leurs paroles sont le poison de la guerre, si tu veux vivre rejoins nous, rejoint les Jungwandervogel.


Les Jungwandervogels (« les jeunes oiseaux migrateurs »)
Ils ont entre 3 et 13 ans, filles et garçons survivant ensemble dans des communautés fermés, ils vivent de façon nomade, vivant de rapines et de débrouille dans les ruines de Warsaw, parcourant les quartiers au gré des saisons. Les principes qui les guident : Aucun système, aucun règlement, chacun fait ce qu’il lui plait, combat des jeunes contres les vieux, quand tu deviens un adulte tu doit partir du clan et ne jamais revenir !

Il faut transformer les enfants en sauvage !
Ce sont des petits groupes de gamins de taille variable cela va du petit clan de 5 à 10 enfants, à des troupe d’une trentaine. Ils vivent de façon nomade, se déplaçant dans Warsaw en suivant les offensives afin d’être parmi les premiers à fouiller les ruines éventrées en quête de vivres et surtout de livres d’enfants et de cadavres fraichement tué, n’hésitant pas à achever les blessées voire à s’attaquer aux quelques soldats survivants afin de les dépouiller. Ils recueillent les orphelins que les innombrables offensives créer par dizaine.

Si un orphelin est aperçu, il est automatiquement adopté par le clan et confié aux filles qui entre autres gèrent les plus jeunes, vers 5 ans, les garçons comme les filles, suivant leurs aptitudes sont répartis entre ceux qui gèrent les campements temporaires et ceux qui partent en razzia.

Ceux du camps doivent préparer le peu de nourriture glaner lors des razzias précédentes, apprendre à lire aux plus petits sur les quelques livres pour enfants qui sont pour eux leurs biens les plus précieux leurs apprendre les bases de la survie dès leur plus jeune âge. Ils doivent surtout assurer la sécurité du camp par la pose de pièges et la mise en place de guetteurs, préparer des solutions de replis car ils ne restent jamais plus de quelques jours au même endroits sauf en hiver.

Les razzias : les plus rapides, les malins ceux qui n’ont peur de rien, partent en « razzia » ils peuvent aller voler dans les entrepôts des deux camps, se mettre au service d’officiers de façon temporaire pour les plus rusés afin de glaner des renseignements, connaitre les prochaines offensives, voir les aller-venus de camions ou zeppelins de ravitaillement pour la nuit venus monter des opérations commandos pour prélever de quoi vivre, n’hésitant pas si nécessaire à tuer. Ils sont devenus aussi des spécialistes des razzias sur les marchés, arrivants comme une nuée de sauterelles, ravageant les étals, volant et semant la confusion avant de s’évanouir tel une volée d’étourneaux !

Au sein du clan, il n’y a pas de hiérarchie, chacun connait sa place les plus âgées apprennent aux plus jeunes et tout se règle lors de conseil durant lequel chacun à droit à la parole. Les conseils peuvent servir à régler des différents internes comme à statuer sur le sort d’un prisonnier ; pour un adulte cela signifie souvent la mort par lapidation sauf s’il connait une comptine ou une histoire encore inconnue du clan.

La quête
Tous les clans connaissent l’histoire du livre perdu, celui que tous les Jungwandervogels cherchent désespérément depuis des dizaine d’années dans les ruines fumantes de Warsaw ; Le livre mythique : Peter and Wendy de JM Barrie qui narre les récits de Peter pan, le guide des Jungwandervogels celui qui doit emmener tous les enfants loin de Warsaw et de son horreur pour les conduire au pays imaginaire, loin de la mort et de la souffrance ! En attendant ce jour merveilleux pour supporter l’horreur de Warsaw, tous les soirs dans les campements les plus âgés pour calmer les petits qui ont du mal à s’endormir lors des bombardements, leurs lisent des histoires récupérées des décombres ou leurs chantent des comptines transmisses au fil des années.

Le Jamborascka : Chaque année au début de l’automne, les diverses familles de Jungwandervogels se donnent rendez vous pour échanger des nouvelles, faire du troc, et parler de la quête du livre mythique. Les Jamborascka c’est l’occasion de grandes fêtes, de chants, de jeux, de troc de livres pour enfants qui ainsi changent de famille et permettent de renouveler les lectures des longues soirées d’hiver. Il y a aussi des concours entre les clans : concours d’adresse au couteau, à la fronde, à la lutte.
C’est à ce moment que les plus âgées, ceux qui sont devenus pubère partent : il y a des signes que tous connaissent et appréhendent. Pour les garçons c’est « Quand la voix de l’enfant se brise » et les filles « c’est quand elles saignent pour la première fois » Ils se préparent alors à quitter leurs clans pour souvent rejoindre des factions d’adultes. La plupart cherchent le plus souvent à rejoindre des factions d’historiens pour la sauvegarde des livres, dans l’espoir de trouver le livre mythique et pourquoi pas de pouvoir ainsi redevenir un jungwandervogel à part entière ! Ceux qui refusent de partir, ou retarde leur départ sont parfois chassé avec violence car désormais ils sont l' ennemi, un adulte porteur de guerre !

Les Jungwandervogels sont ennemis avec tous les adultes !! Ennemis implacables de la soldatesque du Neureich et du komingrad, ainsi qu’avec les factions qui soutiennent les deux idéologies. Les factions de résistance sont potentiellement des ennemis mais il peut arriver qu’ils puissent faire cause commune pendant un laps de temps très court et souvent à la demande des dites factions qui connaissent les capacités de survie des jungwandervogels. Les seules factions tolérées sont les historiens, le palais sur l’eau et la communauté d’enfants de Mathias Korczak

NEMO

Librement inspiré du mouvement méconnu mais au combien fascinant des wandervogels, je vous laisse découvrir de quoi il retourne pour ceux que ça titille... 8)
Mon blog d'illust : http://ulric.over-blog.com/
Avatar de l’utilisateur
nemo
Zombie maresqueux
 
Messages: 41
Inscription: 06 Nov 2008, 11:31

Messagepar nemo » 12 Fév 2011, 18:33

Haut

Re: L'encyclopédie WarsaW

Woaw !!! bravo! c'est plutôt bien trouvé et j'y aurai vraiment pas pensé. :shock:

Au début, je me demandais comment des enfants arriveraient à se féderer entre eux surtout si les plus vieux ont grand maximum 14 ans.
Mais au final, quand on y réflechis bien, dans WarsaW les enfants doivent être sacrément endurcis et débrouillards car ils n'ont connu que la guerre. L'idée me séduis, en plus elle permettra à d'interagir avec la carrière "gosse de rue" qui pourra faire intermédiaire avec le reste du groupe. Le fait que les Jungwandervogels attaquent presque tout ceux qui ne sont pas enfants peut vraiment offrir des perspectives diplomatiques interessantes voir en faire un sorte de faction crainte de tous, mais que certains refuseraient d'attaquer pour des raisons morales...

Bonne trouvaille!
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 18 Fév 2011, 23:32

Haut

Re: L'encyclopédie WarsaW

Warsaw 1944

Image
Mon blog d'illust : http://ulric.over-blog.com/
Avatar de l’utilisateur
nemo
Zombie maresqueux
 
Messages: 41
Inscription: 06 Nov 2008, 11:31

Messagepar nemo » 28 Fév 2011, 21:18

Haut

Re: L'encyclopédie WarsaW

dés que j'ai le temps, j'essaye de pondre un scenar mettant en scène les Jungwandervogels ! j'ai le début en tête...
Mon blog d'illust : http://ulric.over-blog.com/
Avatar de l’utilisateur
nemo
Zombie maresqueux
 
Messages: 41
Inscription: 06 Nov 2008, 11:31

Messagepar nemo » 04 Mar 2011, 09:02

Haut

Retourner vers WarsaW

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron