La science au service de la guerre.

Une fine métaphore dystopique martiale

La science au service de la guerre.

J'ai créé ce topic spécialement pour parler de l'armement, l'équipement et plus globalement toutes les technologies pionnières utilisées dans WarsaW.
Si vous avez des questions, des avis ou des propositions sur les sujets préalablement cités c'est ici.
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 09 Jan 2010, 21:20

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Sur la lame rétractable d'assiliki, à l'intérieur du bras en style wolverine : y a pas plus bourrin, c'est utile pour tout, pas besoin de fouiller son barda ou de tendre la main à sa ceinture pour dégainer son couteau etc etc...ça vous sort des situations les plus atroces, celles où le MJ vous enlève tout votre équipement :mrgreen:

"Lève les mains !"

"Vous voyez bien que j'ai pas d'arme..."

"Bon approche..."

SCHLAC

"Eurg...."

Les utilisations et applications de cette modification simple comme tout sont très nombreuses.
Pruck
Gobelin Lunaire
 
Messages: 20
Inscription: 04 Sep 2009, 11:37

Messagepar Pruck » 10 Jan 2010, 16:31

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Salut,

C'est des connaissances que tu as du a ton boulot et / ou à une passion ?
skarlix
Blaireau-effraie
 
Messages: 127
Inscription: 07 Déc 2007, 17:42

Messagepar skarlix » 14 Jan 2010, 12:12

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Nouvelles innovations pionnières que j'avais promises:
Enjoy !



GAZ TOXIQUES:

Depuis le début des premiers, les scientifiques du Komnigrad et du Neureich n’ont pas arrêté de travailler sur les gaz de combat. Le premier vrai gaz créé fut le fameux « gaz moutarde » (ypérite) encore utilisé aujourd’hui. Néanmoins le gaz moutarde était jugé inefficace entre autre parce que ses effets incapacitants et létaux étaient trop tardifs. En 1932 le Neureich élabora un nouveau gaz à base de tri hydrure d’arsenic dit « arsine » qui avait l’avantage d’agir en quelques secondes et de traverser les filtres de masques à gaz, trop coûteux et difficile à conserver, la production fut stoppée en 1940. Les russes eux attendront 1957 pour fabriquer leur nouveau gaz « novichok 1 » ou « k-84 » dérivé du methylfluorophosphonate de pinacolyle, très volatile et entraînant la mort dans les délais les plus brefs (10 à 20 secondes) il est toujours utilisé de nos jours. Le dichlore sera le gaz le plus utilisé par l’armée allemande à partir de 1950.Aujourd’hui tous les soldats sont équipés de masques anti-gaz plus ou moins efficaces, souvent usagés (surtout dans l’armée rouge), de plus ils ne protègent que les voies respiratoires. Rares sont les combinaisons intégrales, protégeant la peau des agents chimiques et toxiques des gaz. Les rues de WarsaW sont pleines de barils de gaz liquide sous pression abandonnés lors d’assauts ou simplement disposés à des positions stratégiques ,n’attendant que la venue d’une balle pour les perforer et libérer leur contenu mortel.
Les gaz les plus fréquents demeurent le NC-K 84russe et le dichlore III allemand.
Le premier est très volatile et se propage très rapidement dans l’air, il est totalement inodore et invisible il bloque l’action de cholinestérase (comme le tabun ou sarin). La victime suffoque, vomit puis finit par mourir tétanisée. Le NC-K 84 ne peut fonctionner que par inhalation, le contact cutané n’a pratiquement aucun effet. Le Dichlore III est un gaz très concentré de couleur vert foncé, plus lourd que l’air moins puissant que le NC-K 84.Cependant le dichlore III a l’avantage d’être corrosif et très irritants, il provoque la mort par brûlure des voix respiratoires, hémothorax ou encore brûlure de la peau. Ces dernières années les ingénieurs Becker et Liemsberg on ajouté au Dichlore III un agent à base fer destiné à condenser le Dichlore au contact de surfaces solides. Les dichlore III forme une buée vert et bordeaux sur les vêtements et la peau, rendant sont rinçage plus difficile.

BOJE:

Il s’agit d’une invention du Komingrad destinée à confiner les Blutgeisters dans un périmètre. Le grillage électrifié était trop difficile à mettre en place et finissait souvent dégradé par les pluies acides. Les ingénieurs russes mirent au point des antennes à hautes tension , les « Boje » . Il s’agit de sortes de cylindres en forme de bouées (d’où leur surnom) rattachés à une chaîne reliées au sol .Ces cylindres sont en sustentation dans l’air grâce à des électro-aimants, ils sont hérissés des courte tiges extrêmement conductrices. Une fois mis en marche les « Boje » se transmettent des hautes décharges électriques. Elles sont disposées à 2 m les unes des autres, leurs aimants les empêchent de tomber et leur charges électriques reparties de telle manière qu’elles ne peuvent s’entrechoquer par un système de répulsion. Chaque « Boja » émet des grands arc électriques discontinus et crépitants. Bien que destinées à la base pour bloquer le passage d’une rue en électrocutant les Bluts à la manière d’une clôture volante, les « Boje » sont toutes aussi efficaces contre les soldats et autres individus s’aventurant dans les ruines.
Les champs de « Boje » comptent entre 8 et 40 bouées, une décharge de « Boja » tue instantanément celui qui aurait le mauvaise idée de passer au milieu du champ voire à proximité. Les « Boje » sont alimentées par des câbles dissimulés reliés à de puissants générateurs parfois situés à plusieurs kilomètres. Les champs de « Boje » sont un véritable calvaires pour les patrouilles voyageurs et véhicules. Il faut imaginer des sortes de mines sous-marines cylindriques en suspension dans l’air, qui flottent comme des ballons d’héliums rattachés au sol et émettant des éclairs impressionnants. La meilleure façon de s’en débarrasser reste toujours de rompre le champ en le faisant sauter avec une bonne charge d’explosifs. Pour les plus pauvres, une autre solution dite du « fil de la mort » consiste à se débarrasser de tout objet métallique conducteur et de trouver le câble d’alimentation pour le couper ,privant ainsi le champ d’alimentation, cette méthode est périlleuse beaucoup sont mort électrocutés en coupant le câble ou alors en s’approchant trop près du champ.

BLÄSER:

Les « Blasers» sont d’énormes ventilateurs destinés à repousser les gaz de combat ennemis ou canaliser ses propres gaz dans une direction. Au début du conflit, les gaz étaient acheminés vers les lignes ennemies par des tuyaux de plusieurs centaines de mètres, malheureusement les soldats avaient tendance à tirer dans les tuyaux, et le gaz finissait par se répandre au mauvais endroit. Durant le milieu des années 40 les deux camps s’en remirent au vent pour les attaques au gaz en connaissant la météo on pouvait anticiper les attaques au en sachant comment les vents tourneraient. Cette technique était assez hasardeuse et il n’était pas rare que les nuages toxiques reviennent à l’envoyeur juste à cause d’une bourrasque. En 1965 les Allemands mirent au point leur première soufflante destinée à repousser les gaz russes, durant l’hiver 65 les vents venaient tous de l’est et l’armée rouge fit des ravages grâce au gaz et au vent tournant à leur faveur. Au début les soufflantes étaient conçues pour dévier les gaz, très vite les ingénieurs comprirent qu’ils pouvaient s’en servir pour orienter leur propre gaz dans la direction de l’ennemi, le « Bläser » était né! Le blaser n’est ni plus ni moins qu’une énorme turbine en forme d’hélice grillagée (comme un ventilateur) pourvue d’un bout en forme d’entonnoir. Une fois mise en route la turbine créée un puissant courant d’air dans l’entonnoir, le diamètre se réduisant, la quantité d’air doit sortir par un orifice restreint ce qui créé une énorme pression à la sortie. On injecte le gaz à l’entrée de l’entonnoir et le gaz est projeté. Pour réussir à projeter le gaz suffisamment loin on utilise des turbines très puissantes. Le courant créé est parfois si intense que les soldats s’en servent sans gaz technique dite «staubtuch» (chiffon) , se contentant de créer un vent(souvent chargé par la poussière du sol) inverse au sens d’offensive ennemie, afin de déstabiliser les troupes.
Les Bläser (turbine à injection de gaz toxique) ne sont utilisés que par l’armée allemande, le novichok 84 russes trop volatile est inutilisable. Les russes ont récemment mis au point de grosses hélices à deux pales en bois, montées sur un fut à roulettes, reliées à un moteur à essence pour contrer le gaz ennemi

CHIENS DE COMBAT:


C’est au début des années 1935 que les deux blocs se penchèrent sérieusement sur l’utilisation de chiens dans à des fins militaires. Les premiers véritables chiens de combat verront le jour dans les rangs russes. Des dresseurs ayant élevé des chiens sont envoyés avec leur meute en première ligne. Leur but: harceler l’ennemi avant un assaut en lâchant les chiens entraînés à tuer. Il est bien plus facile de prendre une position d’assaut quand ses défenseurs sont trop occupés à se débarrasser de féroces toutous pour vous mitrailler.
Le concept marchait plus ou moins bien car il était souvent rare que tous les chiens soit tués et certains fantassins russes eurent la mauvaise surprise de s’apercevoir que leur chiens qui en avait fini avec l’ennemi avaient encore envie de morde. De nos jours les deux camps utilisent les chiens au combat. Et si les russes on conservé leur vieille tactique d’ « harcèlement canin » les germains, eux, ont utilisé leurs dogues d’une toute autre manière.
Bien que les chiens allemands soit tout comme ceux des russes dressés pour attaquer, leur apprentissage incorpore d’autres notion mettant à profit les facultés du chien. Le chien de combat Allemand est formé pour détecter les explosifs ou mines dissimulées grâce à leur flaire, transporter d’une tranchée à l’autre des munitions ou des objets ou encore pister les snipers. Un ingénieur Allemand Axel Rainer conçoit par la suite en 1942 un harnais de kevlar destiné à protéger les chiens. Ce même harnais est pourvu de poches et permet le transport de cartouches par le chien. Tous les chiens de combat du Neureich en sont aujourd’hui dotés.
Les Danois sont les chiens de prédilection de l’armée allemande dès leur plus jeune age ils sont dressés pour obéir. Les russes par souci de temps et d’argent élèvent leur bêtes en cage et les dopent entre autre au rotertod ou au sang de Blut pour accroître leur férocité, transformant alors les braves clebs en véritables monstres infatigables.




PYROLAMES:

Les pyrolames sont la réponse du Reich au teslamass russes. Il s’agit d’un sabre complexe fonctionnant grâce à l’énergie atomique. A l’intérieur de la lame un tube remplit plutonium, de combustible et de graphite. A la manière d’un « micro-réacteur » nucléaire la réaction à l’intérieur de la lame est contrôlée par une tige d’absorption de neutrons parallèle au tube de combustible. La réaction produit de la chaleur qui est transmise au tranchant de lame par un métal conducteur inconnu capable de catalyser la température à des seuils mirobolants. À l’aide d‘un levier (semblable au frein d’un guidon de vélo) placé sur la poignée du sabre, l’utilisateur contrôle la tige d’absorption limitant la réaction: s’il est lâché le levier approche la tige d’absorption et stoppe la réaction nucléaire la température chute brusquement, s’il est empoigné la tige d’absorption s’éloigne et la réaction reprends avec une hausse de température transmise au tranchant de la lame.
Vue de l’extérieur la pyrolame ressemble à un sabre classique muni d’une garde iso thermique pourvue d’un un mécanisme et d’un thermomètre, la lame mesure 1 mètre de long pour 18 mm d’épaisseur en moyenne, la poignée ressemble à un guidon de vélo avec son frein ( levier de contrôle) qui lorsqu’il est pressé fait rougir puis blanchir le tranchant de la lame (celle ci atteint alors plus de 2000°c !) le pommeau est équipé d’une valve acheminent du liquide de refroidissement dans la lame par un petit tuyau ce qui oblige le porteur à transporter une bonbonne d’azote reliant par cordon (semblable à celui d’une pomme de douche) son sabre.
Bien que parfaitement confiné le chœur est hautement radioactif est très dangereux si lame venait à casser. D’ailleurs fourreau de la pyrolame est fabriqué en plomb pour stopper le rayonnement infime de la pyrolame. Il peut arriver que le cœur soit incontrôlable suite à une chute ou hausse brutale de température ,dans ce cas une goupille de sécurité permet l’injection d’un liquide absorbant de neutrons directement dans le cœur pour étouffer la réaction en chaîne. Selon les physiciens allemands les quantités très faibles d’uranium ne seraient à cette échelle incapable d’entraîner une explosion nucléaire. En revanche il est déjà arrivé que le choc thermique trop brusque entre le chœur de la pyrolame et le liquide de refroidissement entraîne une distorsion de la lame l’éclatement du tube de confinement et par conséquent une émission de radioactivité ,doses mortelles sur de petits périmètres. Ils est parfois arrivé que des sections de soldats fassent une trêve pour évacuer une pyrolame éclatée contaminant un immeuble irradié. Les convention militaires parlent d’interdire l’arme jugée polluante pour les soldats. Aujourd’hui elle reste rare et très appréciée par les officiers pour sa brûlante puissance, les brûlures irréversibles et sa capacité à ouvrir les coques d’acier comme du beurre. ( à noter que si la température de la lame peut paraître extraordinairement élevée elle ne tranche pas avec la même aisance qu’un « sabre laser » il faut beaucoup insister pour ouvrir une porte avec une pyrolame, le métal qui la compose est inconnu du grand public, certains affirmeraient que seuls les uberms sont capable de le produire) .
D'autres à suivre....
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 16 Jan 2010, 17:23

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Vraiment excellent tout ça...!

La pyrolame ne me plaît pas spécialement, je vois déjà les remarques autour de la table qui plomberont l'ambiance lourde si difficilement instaurée, mais le côté kitch du gros ventilateur dans les rues de WarsaW, génial...! :D
Et je comptais utiliser les gaz, du coup ça tombe à point...!

Côté chien, ça va particulièrement plaire à mes joueurs, je les vois bien partir pour essayer d'en trouver pour leur faction... :roll:


J'en trépigne d'impatience...!
Avatar de l’utilisateur
Bismuth
Loup des enfers
 
Messages: 76
Inscription: 25 Nov 2009, 14:25
Localisation: Belgique

Messagepar Bismuth » 16 Jan 2010, 19:34

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Merci de nous faire profiter de ces inventions, j'ai un penchant tout particulier pour les "boje". C'est excellent, visuellement et en terme d'invention. :D
"Qui contrôle le présent contrôle le passé, qui contrôle le passé contrôle l’avenir" ~ Georges Orwell.
Avatar de l’utilisateur
Julien H
Bête des profondeurs
 
Messages: 200
Inscription: 05 Nov 2007, 12:11
Localisation: Warsaw

Messagepar Julien H » 18 Jan 2010, 20:48

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Salut,

C'est des connaissances que tu as du a ton boulot et / ou à une passion


Désolé pour ce retard de réponse.
Non non ce n'est mon boulot je ne travaille pas dans la ballistique ou l'armement.
Je ne suis pas non plus passionné, ou du moins ce n'est pas comme ça que je me définirais.
Je suis juste un connaiseur en matière d'armement et pars élargissement toutes technologies aéronautiques,mécaniques. Je suis sourtout rôliste pointilleux au point de faire de longues recherches approfondies dans ces dommaines , c'est ça la vraie réponse en réalité.
Quand certains maitres de jeu ont pour spécialité de creer des pnj superapprofondis ou un parfait roleplay moi j'ai pour spécialité de faire plein d'ajouts de véhicules, d'armes, d'objets divers etc. disons que chaque MJ à sa spécialité moi c'est de proposer des panels imposants de flingues ou d'équipement ou encore de véhicules dans la plupars de mes jeux (même je pense que j'ai d'autres spécialitées ) mais rassurez vous nos parties ne se limitent pas à débatre des heures sur le fonctionnement des turboréacteur de l'aile volante nothrop B2 spirit :lol: :lol: :lol: toutes ces longues recherches sont destinées au jeu de role, je ne me suis jamais servi d'armes à feu je n'aime pas ça ,j'ai tiré au FAMAS une fois lors d'une foire militaire et ça fait mal au oreilles, et je suis particulièrement trouillard au volant de ma voiture c'est te dire ....
La pyrolame ne me plaît pas spécialement, je vois déjà les remarques autour de la table qui plomberont l'ambiance lourde si difficilement instaurée, mais le côté kitch du gros ventilateur dans les rues de WarsaW, génial...!
Et je comptais utiliser les gaz, du coup ça tombe à point...!

Merci de nous faire profiter de ces inventions, j'ai un penchant tout particulier pour les "boje". C'est excellent, visuellement et en terme d'invention.





Tans mieux ,je suis d'autant plus content que ça vous serve que ces inventions pionnières sont droit sorties de mon immagination(à l'exeption des chiens)dans vos parties.Ca me motive à continuer j'en ferai d'autres.
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 23 Jan 2010, 12:20

Haut

Re: La science au service de la guerre.

C'est vrai que ces innovations sont biens dans l'ambiance de WarsaW je trouve. Félicitations !
Après, pour moi il ne faut peut être pas qu'elles soient trop communes non plus car le quotidien d'un habitant est pas non plus steampunk.
Corren
Zombie maresqueux
 
Messages: 36
Inscription: 08 Oct 2009, 16:49

Messagepar Corren » 23 Jan 2010, 12:46

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Je suis 100 % d'accord, les innovations pionnières (adj comme ldb) sont à mon gout des "outils" destinés à singuliariser l'univers de WarsaW mais aussi apporter de l'originalité.
Leur utilisation doit être parcimonieuse, sinon on risque de plus s'y retrouver.
L'idéal selon moi serait de récapituler les innovations pionières ( LDB+ adj + ajouts persos du MJ ) sur une feuille en les récapitulant en quelques lignes et les garder à portée durant le jeu. Ainsi le mj avec sa fiche d'innovations sous les yeux pour selon son gré et lorsque qu'une situation si prète faire intervenir une innovation pionnière pour rappeler l'univers du jeu, pour relancer une phase de jeu morte qui stagne ou encore combler un un trou de scénario.

- Mes joueurs devaient prendre cette rue, j'avais préparé une embuscade de pillards mais finallement ils ont pris la direction du vieux pont.je regarde ma "fiche innovation pionières" et OH! pourquoi ne pas leur envoyer au trousse une meute de chiens russes enragés.

- Mes joueurs ont réussi miraculeusement à prendre d'assaut un char T-34 russe, maintenant il s'en servent pour leurs déplacement. Cela risque de se corser s'ils doivent se déplacer sur la zone Neureich hors ils doivent y arriver indem. je regarde ma "fiche innovation pionières" et OH!
Pourquoi ne pas s'arranger pour qu'il rencontrent des armures tesla vapeur elle metraient en panne le char les obligeant à poursuivre leur voyage à pied.

-Mes joueurs ont mis fin au scénario en tuant un personnage clé de l'intrigue sans le savoir. Que faire ? je n'ai rien prévu d'autre et mon autre scénario est bien trop long hors ils nous reste à peu près une heure et demi de jeu.je regarde ma "fiche innovation pionières" et OH! Pour combler ce trou pourquoi ne pas les lancer sur une quète secondaire, des rebelles engagent les persos pour saboter une foreuse géante risquant de détruire leurs installations.Le temps est comblé.

-Un de mes joueurs décide d'interroger des civils de cette zone pour obtenir informations et rumeurs.je regarde ma "fiche innovation pionières" et OH! pourquoi ne pas immaginer une rumeur faisant écho des batteries de dernières pensées?

-mes joueurs décident d'atteindre une bibliothèque secrète pour trouver des documents encore existants épargnés par les salamandres. Je voudrais néanmoins leur corser la tache je regarde ma "fiche innovation pionières" et OH! pourquoi ne pas leur bloquer l'acces de ladite bibliothèque pas un champ de Boje?

Voicis des exemples bateaux destinés à illustrer la façon dont on pourrait se servire de la fiche .Ajoutez y les listes des evenements d'ambiance. Une bonne musique de fond et le tour est joué vous obtenez un WarsaW dans vote salle de jdr. Les prochaines innovations pionnières arriveront bientôt.
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 10 Fév 2010, 16:13

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Je suis Barack Obama et j'approuve ce message !


Plus sérieusement, je suis entièrement d'accord, les innovations pionnières doivent rester assez rares afin d'être auréolées d'un certain mystère. Après, cela permet aussi de distiller l'ambiance WarsaW. Donc c'est un savant équilibre. Trop souvent mises en scènes, elles deviendront communes et le jeu prendra une teinte pulp (cela dit, cela peut être l'optique de groupes de jeu, ce n'est pas un souci). Trop rares, ce serait quand même se priver à l'excès d'un pan de l'univers qui peut être fun, flippant et glauque.

La manière de Deux Quatre Deux de les utiliser me semble pertinente et c'est vrai qu'on peut rebondir dessus pour créer des scénarios ou des quêtes annexes.
"Qui contrôle le présent contrôle le passé, qui contrôle le passé contrôle l’avenir" ~ Georges Orwell.
Avatar de l’utilisateur
Julien H
Bête des profondeurs
 
Messages: 200
Inscription: 05 Nov 2007, 12:11
Localisation: Warsaw

Messagepar Julien H » 17 Fév 2010, 11:09

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Dans la catégorie des "innovations pionnières", je viens ajouter ma pierre à l'édifice. Après tout, ça fait quelques temps que je lurke ici, et j'ai copié-collé tout un tas de trucs sans vergogne, notamment l'excellent travail de Deux Quatre Deux. Voici mon ajout :

Panzer-Truppen

Récemment formée par Berlin et dépendant de l'armée régulière (Wermacht), cette unité de troupes de choc lourdement blindées est le chainon manquant entre les armures tesla-vapeur et l'infanterie plus "classique" : des soldats portant d'épaisses armures pare-balles, armés de MG-42 et équipés de masques à gaz et de lunettes à vision nocturne. S'il est nécessaire d'avoir suivi un entrainement spécifique pour se déplacer à peu près normalement avec ces armures, il n'est en revanche pas nécessaire de recourir à des moteurs pour la mouvoir, comme c'était le cas avec les armures Tesla-Vapeur. Grâce à d'épais gants isolants, les soldats de ces divisions peuvent se servir de la mitrailleuse légère MG-42 comme d'un fusil d'assaut, ce qui est normalement impossible étant donné la température qu'atteint l'arme au bout de quelques secondes de tir continu. Littéralement blindés grâce à leurs armures, immunisés à la plupart des gaz de combat par leur masque à gaz, et capable de voir dans l'obscurité grace à leurs lunettes à vision nocturne, les panzer-truppen sont un atout de taille dans l'arsenal du Neureich, d'autant plus qu'ils ne sont pas à proprement parler une "technologie pionnière" vu que leur équipement ne repose que sur des technologies assez "rustiques". Ils ne souffrent donc pas des problèmes de fiabilité inhérent à des technologies complexes. Néanmoins, il serait peu judicieux de les croire invincibles : primo parce qu'un bon sniper ou un soldat doté d'une arme antichar aura largement de quoi les terrasser, secundo parce que les armures ne les immunisent en rien au feu (surtout les cocktails molotov), tercio parce qu'ils sont extrêmement lents, avec pas loin de 70 kg de métal sur eux, et enfin parce que leurs lunettes, même si elles leur permettent de voir dans le noir, réduisent considérablement leur champ de vision. C'est pour cette raison qu'ils ne sont jamais déployés seuls : ils sont motorisés (en général dans des véhicules de type half-track), et secondés soit par des éclaireurs, soit par un uberm de type sonar, qui devient les yeux et les oreilles du groupe.

[edit du 8/03/10] Bon, même si je l'ignorais, il semblerait qu'au Japon quelqu'un ait eu la même idée que moi mais avant moi, et ça donne ça :
Image

Tractocycles :

La difficulté pour la plupart des véhicules non chenillés à se déplacer dans WarsaW, notamment dans les secteurs les plus endommagés de la ville, força très tot les ingénieurs des forces en présence à se pencher sérieusement sur l'idée d'un véhicule à la fois léger et capable d'aller partout, partout incluant une flaque d'acide capable de faire fondre un pneu, les ruines éboulées d'un immeuble ou une canalisation d'égout. Sans surprise, c'est la moto qui servit de part et d'autre de modèle de base des deux cotés de WarsaW. D'un coté les soviétiques, s'inspirant de prototypes de motos chenillées conçues pour porter un éclaireur sur la neige, conçurent un modèle militaire rapide et léger, presque autant qu'une "vraie" moto, la Мотоцикл гусеничный. Ces appareils désarmés étaient surtout conçus pour déplacer des éclaireurs, des coursiers ou éventuellement une patrouille rapide d'infanterie légère.
Image
La riposte allemande ne se fit pas attendre, sous la forme d'une moto chenillée bien plus lourde, moins maniable mais plus robuste, la Steedverfolgt. D'abord désarmée, cette moto fut ensuite équipée d'une mitrailleuse, lui permettant de jouer un rôle de soutien à l'infanterie, ou de pourchasser les motos soviétiques.
Image
Les russes lancèrent en retour une moto de combat lourde, la Мамонт, conçue pour servir de plate forme d'armement, un appareil lourd pouvant porter, sur chaque flanc, une arme lourde comme une mitrailleuse, un lance missile ou un lance-flamme. Une mitrailleuse légère pouvait être éventuellement ajoutée devant le conducteur.
Image
[D'autres ajouts suivront sur ce même post]
Saedroth
Gobelin Lunaire
 
Messages: 4
Inscription: 07 Mar 2010, 16:28

Messagepar Saedroth » 07 Mar 2010, 19:00

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Alors la châpeau franchement !
Merci pour ces innovations pionnières, en plus avec des photos !
Les motos a chenilles fallait y penser, j'imprime immédiatement.

J'en profite pour résumer:

-Armures à tesla-vapeur.
-Tanks géants (uberpanzers).
-Zeppelins de guerre.
-Batteries de dernières pensées.
-Foreuses géantes.
-Gaz de combat Globus.
-Frostflamm.
-Teslamass.
-Gaz de combats.
-Ventilateurs de guerre mobiles.
-Chiens de combat.
-G.A.P.S.E "Boje" (Générateurs.Anti.Personel.à Sustentation.Electromagnétique).
-Pyrolames.
-Panzer-truppen.
-Motos à chenilles de guerre.
à venir: Bunkers de rues, Capsules Antimateriel, Projecteurs au krypton, Rations militaires,Piles U.
Dernière édition par deux quatre deux le 10 Mar 2010, 15:34, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
deux quatre deux
Blaireau-effraie
 
Messages: 138
Inscription: 01 Sep 2009, 20:19

Messagepar deux quatre deux » 10 Mar 2010, 15:05

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Bien vu !

De petites améliorations du quotidien de la guerre qui sont bien dans le ton de WarsaW :D
Corren
Zombie maresqueux
 
Messages: 36
Inscription: 08 Oct 2009, 16:49

Messagepar Corren » 10 Mar 2010, 15:18

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Enorme, les moto à chenilles ! :D
"Qui contrôle le présent contrôle le passé, qui contrôle le passé contrôle l’avenir" ~ Georges Orwell.
Avatar de l’utilisateur
Julien H
Bête des profondeurs
 
Messages: 200
Inscription: 05 Nov 2007, 12:11
Localisation: Warsaw

Messagepar Julien H » 10 Mar 2010, 20:00

Haut

Re: La science au service de la guerre.

Merci à tous, ravi de voir que ça plait! Je n'ai aucun mérite, ça a été réellement développé dans les années 30 pour se déplacer en terrain difficile. C'est juste que les prototypes sont restés au placard. Un document d'archive parlant du prototype de "Steedverfolgt" (c'est un nom que j'ai inventé de toute pièce) prétend que sur terrain plat elle peut monter jusqu'à 40mph, soit du 65km/h. Pour une moto de l'époque, c'est pas mal! On peut bien sur imaginer des variantes "side-car" de ces engin...

à venir de mon coté :
- Uberzeppelin.
- drogues de combat utilisées par les différents camps.
- shotguns dans WarsaW (shotgun étant un terme générique sans réel équivalent français pour désigner toute arme d'épaule qui tire des cartouches à plomb).
- Munitions spéciales et atypiques (ou "et maintenant votre armurier va enfin servir à quelque chose").
- Customisation d'armement (dans un univers où l'équipement est surtout "bidouillé", ça manque cruellement).
- Blitzableiter.

Je crois que ça suffira pour le moment. Je rappelle bien sur que ces technologies pionnières sont rares, peu fiables et innovantes, et qu'il vaut mieux en faire usage avec parcimonie et ne pas forcément les laisser tomber entre les mains des PJ faute de quoi on perd toute une partie de l'ambiance de WarsaW.
Saedroth
Gobelin Lunaire
 
Messages: 4
Inscription: 07 Mar 2010, 16:28

Messagepar Saedroth » 10 Mar 2010, 20:08

Haut

Suivante

Retourner vers WarsaW

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron